Sebastian Giovinco critique le terrain du BMO Field

Sebastian Giovinco... (PHOTO Cole Burston, AFP)

Agrandir

Sebastian Giovinco

PHOTO Cole Burston, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Neil Davidson
La Presse Canadienne
TORONTO

On croyait le partage du stade entre le Toronto FC et les Argonauts, de la LCF, être un sujet clôt, jusqu'à ce qu'il revienne à l'avant-plan quelques jours après que l'équipe de soccer eut perdu en tirs de barrage contre les Sounders de Seattle en finale de la Coupe MLS.

Et c'est une des étoiles du TFC qui a abordé le sujet.

L'attaquant vedette Sebastian Giovinco a rallumé un feu pratiquement éteint lors du bilan de fin de saison des joueurs, mardi, quand il a noté qu'il se sentait bien physiquement, mais que les «conditions environnementales» changeantes avaient affecté sa manière de jouer en fin de rencontre lors des trois derniers matchs à domicile des siens.

Relancé sur le sujet, il est entré dans les détails. Il a souligné qu'il avait analysé la saison et qu'il avait conclu que contrairement à l'an dernier, quand il avait brillé à domicile, ses meilleurs matchs lors des séries 2016 ont été disputés à l'étranger.

«Le seul facteur qui a changé depuis l'an dernier, c'est qu'il y a maintenant une autre équipe qui joue aussi au BMO Field, a dit Giovinco par le biais d'un interprète. Ça explique peut-être des changements au niveau du terrain.»

Giovinco a inscrit un but et deux aides en quatre matchs à domicile lors des éliminatoires. En deux sorties sur des pelouses étrangères, il a accumulé trois buts et deux aides.

L'Italien de 29 ans a déclaré n'avoir jamais souffert de crampes en quatre ans avant d'en ressentir lors de trois des quatre derniers matchs à domicile du TFC.

«Si tous les autres facteurs sont les mêmes, il y a quelque chose qui a changé quelque part», a-t-il dit.

Giovinco a reconnu ne pas avoir toutes les réponses. «Je ne suis pas jardinier», a-t-il dit en riant.

Giovinco a aussi insisté pour dire qu'il n'en faisait pas une excuse. Il souhaitait seulement expliquer pourquoi il n'a pas pu terminer les rencontres.

Le président du Toronto FC, Bill Manning, a reconnu que le terrain était sableux et «pas dans des conditions idéales», tout en rappelant le fait que le match avait lieu le 10 décembre et que le BMO Field avait accueilli la finale de la Coupe Grey quelques semaines plus tôt, ce qui n'avait pas aidé à offrir un terrain en parfaite condition.

«Il est un gars pour qui tout se joue en une fraction de seconde et selon le rebond du ballon», a dit Manning au sujet de Giovinco.

Manning a mentionné que des dirigeants de l'équipe prévoyaient se rendre en Europe pour évaluer des surfaces hybrides.

«Je suis confiant que ce sera mieux l'an prochain. Seba, il a vécu ça et il est frustré. C'est comme ça, mais c'est quelque chose que nous voulons améliorer.»

Un autre des joueurs désignés du TFC, Jozy Altidore, a aussi été bavard, mardi, déclarant que son équipe avait besoin de renforts en attaque.

«Bien honnêtement, je crois que nous avons besoin d'un joueur un peu plus créatif», a dit Altidore.

«Je pense que nous avons une très bonne équipe. Mais si nous avions un joueur créatif, que ce soit un ailier ou un joueur créatif qui peut faire la différence par lui-même, ce serait très bien.»

L'entraîneur Greg Vanney a déclaré ne pas s'attendre à beaucoup de changements.

«C'est certain que notre noyau ne changera pas. Nous voulons rester ensemble, a-t-il dit. Nous n'avons que gratté la surface.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer