L'Impact accède aux demi-finales de l'Est

L'Impact est devenu seulement la troisième équipe à... (PHOTO AP)

Agrandir

L'Impact est devenu seulement la troisième équipe à gagner un match de barrage à l'étranger depuis la création de cette ronde.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Décidément, l'Impact maîtrise à merveille l'art du contrepied. Alors que les 11 derniers matchs de barrage avaient sonné le glas des aspirations des équipes visiteuses, la troupe montréalaise a remporté une nette victoire de 4 à 2, jeudi soir, à Washington.

Le sommaire du match

Après avoir écarté D.C. United avec panache, elle a désormais rendez-vous avec les Red Bulls de New York, en demi-finale d'Association. Le match aller aura lieu dimanche au stade Saputo.

> Charles Dubé: L'Impact dominant à Washington

Sous le regard de Didier Drogba, réduit au rôle de spectateur, l'Impact a donné raison à l'audace de Patrice Bernier, qui, quelques heures avant le match, avait rappelé la «tendance [montréalaise] à créer des surprises». Sur l'ensemble de la saison, la différence a été minime entre les deux adversaires, mais les dernières semaines avaient fait grimper la cote de D.C. United en flèche. Avec quatre victoires lors des cinq derniers matchs et un attaquant en grande forme, l'équipe de Washington avait même enfilé le costume de la potentielle surprise en séries.

Et néanmoins, le suspense a été quasi inexistant au RFK Stadium, pourtant inhospitalier, ces derniers temps. Les pronostics de la grande majorité des observateurs ont, du coup, été balayés en l'espace de quelques minutes. Laurent Ciman a ouvert la marque, à la réception d'un corner, dès la quatrième minute. Matteo Mancosu (2) et Nacho Piatti, particulièrement remuant, ont augmenté l'avance montréalaise avant deux buts anecdotiques de D.C. United, en fin de match.

«L'équipe était concentrée et focalisée sur la tâche, s'est félicité Mauro Biello. On a vu une équipe qui était prête à se battre et à tout faire pour gagner. Bravo à mes joueurs pour, peut-être, la meilleure performance de l'année.»

Matteo Mancosu célèbre son but avec Ignacio Piatti... (PHOTO AP) - image 2.0

Agrandir

Matteo Mancosu célèbre son but avec Ignacio Piatti lors de la première demie.

PHOTO AP

Au coeur de la prestation offensive, la belle histoire de Mancosu avec l'Impact s'est poursuivie, jeudi, avec son premier doublé en MLS. On le vante pour ses appels dans la profondeur, mais il est tout aussi efficace pour se défaire sur quelques mètres du marquage des défenseurs centraux. Et, encore une fois, sa complicité avec Piatti a sauté aux yeux. Après Ambroise Oyongo, l'attaquant italien a été le partenaire privilégié de l'Argentin, avec six passes, dont une décisive, sur le premier but, et une autre qui a débouché sur une tentative imprécise (10e). Inversement, Mancosu a été le complice de Piatti sur le quatrième but de l'Argentin.

«C'est facile de jouer avec Nacho et de bien s'entendre avec lui sur le terrain. C'est un grand joueur qui a marqué beaucoup de buts, cette année, a rappelé Mancosu. Je suis content du résultat et je ne doute pas que l'on va pouvoir obtenir un bon résultat dans les deux matchs face aux Red Bulls.»

«On a été capables de bien tenir le ballon en milieu de terrain et on a su exploiter notre vitesse sur les côtés. On a eu une autre bonne performance de Mancosu, [Dominic] Oduro et Piatti», a ajouté Biello.

Un adversaire longtemps muselé

Ce n'est pas le simple fait de jouer à l'extérieur, avec la tendance des dernières saisons en MLS, qui inquiétait les partisans de l'Impact. À domicile, D.C. United avait aussi inscrit 16 buts lors des quatre derniers matchs. Dans le contexte d'une large avance, on ne s'attardera pas trop aux buts de Lamar Neagle et Taylor Kemp, après la 90minute. L'Impact a joué un excellent match sur la route en faisant le pari initial de presser son adversaire très haut sur le terrain. Il a, par la suite, su profiter des espaces et menacer en contre-attaque.

De son côté, la défense montréalaise a bien géré les centres de D.C. United, même si Lloyd Sam a quelques fois pris le dessus sur Oyongo, en première période. Ciman et Victor Cabrera, auteur de son meilleur match depuis bien longtemps, ont été particulièrement efficaces sur cette phase de jeu, autant que face à Patrick Mullins. L'efficacité du triangle, en milieu de terrain, augmente également de match en match.

Un défi bien plus important attend maintenant l'Impact face aux Bradley Wright-Philips, Sacha Kljestan et autres Taureaux rouges.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer