• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Contestation de sa suspension: Blatter «très confiant» 

Contestation de sa suspension: Blatter «très confiant»

Sepp Blatter... (Photo Sebastian Derungs, archives AFP)

Agrandir

Sepp Blatter

Photo Sebastian Derungs, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
GENÈVE

Le président déchu de la FIFA, Sepp Blatter, s'est dit mercredi «très confiant» avant son passage devant le Tribunal arbitral du sport (TAS) où il contestera sa suspension de six ans, selon une interview accordée à l'AFP.

«Je suis très confiant sur le fait que je pourrai convaincre les juges», a déclaré le Suisse de 80 ans, qui se rendra en personne le 25 août à Lausanne devant le TAS, plus haute juridiction sportive.

«C'est de l'arbitrage, comme un arbitre sur un terrain de football. Un joueur dit qu'il y a faute, un autre conteste la faute, et l'arbitre doit trancher. Nous verrons bien», a poursuivi Blatter.

Fin décembre 2015, Blatter avait été suspendu pour huit ans par le tribunal interne de l'instance pour un paiement controversé de 1,8 million d'euros à Michel Platini, également suspendu pour la même durée.

Cette sanction avait été réduite à six ans en appel par la Commission des recours de la Fédération internationale. La suspension de Platini a elle été réduite à 4 ans par le TAS en mai.

«C'est mal de décider une suspension d'aller dans les stades. Qui est suspendu des stades? Des joueurs, des entraîneurs et des arbitres, mais pas des présidents élus», a déclaré Blatter, qui a avait renoncé à son mandat le 2 juin 2015, alors qu'une vague de scandales sur fond de corruption à grande échelle frappait la FIFA. «C'est une sanction stupide», a asséné l'ancien patron du football mondial.

Le Suisse a également rendu hommage à Joao Havelange, président de la FIFA avant lui de 1974 à 1998, décédé à l'âge de 100 ans mardi. Le Brésilien est considéré comme le mentor de Blatter.

«J'ai rencontré Havelange à la fin de l'année 1974 puis au début de 1975. Il m'a dit: "Tu veux travailler avec moi?" J'ai dit oui, et il m'a serré la main. C'était le contrat», s'est-il souvenu.

Le reliquat de paiement controversé à Platini, qui vaut des ennuis à Blatter, s'est fait sans contrat écrit, mais sur la base d'un contrat oral selon le Suisse.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer