Ignacio Piatti absent pendant deux ou trois semaines

Ignacio Piatti a subi une opération à la main... (Photo Nathan Denette, PC)

Agrandir

Ignacio Piatti a subi une opération à la main gauche, vendredi.

Photo Nathan Denette, PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est sans Nacho Piatti que l'Impact devra tenter d'arracher sa qualification pour la finale du Championnat canadien, mercredi, au stade Saputo. Le joueur désigné argentin a été opéré à la main, vendredi matin, et devrait rater les deux ou trois prochaines semaines.

«Après des examens, il a été déterminé qu'il devait subir une chirurgie. C'est arrivé à Orlando (le 21 mai) quand il est tombé sur sa main et endommagé les ligaments de l'un des pouces, a précisé Mauro Biello. Il fallait les réparer tout de suite, sinon, cela pouvait lui causer des problèmes plus tard dans la vie. Par exemple, il ne peut pas tenir une fourchette sans ça.»

Piatti ratera le duel retour contre le Toronto FC, la semaine prochaine. Sera-t-il suffisamment rétabli, le 18 juin, pour le prochain match de MLS, à Columbus? Il a inscrit huit buts et délivré trois passes décisives en 13 rencontres.

«J'ai déjà eu une blessure de cette nature, mais pas à ce degré, a précisé Patrice Bernier avant de bifurquer sur le rôle majeur de l'Argentin. C'est un élément très important dans le secteur offensif, mais ça donne une opportunité aux autres joueurs. Je vois Michael Salazar qui est entré en fin de match, mercredi, et qui a apporté de l'énergie et de l'espoir à l'équipe. Oui, on a perdu beaucoup de joueurs avec les matchs internationaux et les blessures, mais on ne peut pas se donner d'excuses. Il faut avancer avec les gars qui sont là.»

Une question de mentalité

L'Impact a retrouvé le terrain d'entraînement, vendredi, au cours d'une séance largement axée sur la récupération. La journée, avec un peu de recul, a également été propice à une sérieuse réflexion sur le résultat et la performance offerte contre un TFC privé de ses joueurs clés. Au premier rang des accusés, selon les principaux intéressés: une mentalité inadaptée à la spécificité d'un match de Coupe contre un grand rival.

«Après une grande victoire comme celle face à Los Angeles, c'est normal de baisser un peu au niveau de l'état esprit. Recharger la batterie tout de suite et remonter, ce n'est pas toujours facile. Dans cette ligue, on n'a pas le temps de souffler et il faut être prêt à chaque match, a estimé Biello. C'est un peu la discussion qu'on a eue, aujourd'hui, avec les joueurs. Il faut cette mentalité. Il faut avoir une concentration permanente, peu importe qui joue en face. C'est quelque chose que l'on peut retenir.»

Dans les prochains jours, l'Impact cherchera donc à corriger cette situation qui a débouché sur quatre autres buts encaissés. Il faut remonter au 9 avril pour retrouver la trace d'un dernier blanchissage. 

«On n'est jamais content de prendre quatre buts, surtout en tant que défenseur. Les buts, ce sont la conséquence de ce qu'on produit sur le terrain et on n'a pas produit grand chose (mercredi), a dit Hassoun Camara. Il y a une équipe qui est allée au stade pour nous faire mal et, nous, on a peut-être pensé que ça allait être un peu plus facile sachant qu'il allait manquer des joueurs. Mais on se trompe parce que ceux qui entrent ont envie de montrer à leur entraîneur qu'ils peuvent jouer. Ils nous ont mangé et à nous à nous remettre en question et nous relever. Ça fait plusieurs matchs que l'on concède beaucoup trop de buts, je trouve.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer