José Mourinho congédié par Chelsea

L'entraîneur José Mourinho était sur la sellette après le... (Photo Ben Stansall, archives AFP)

Agrandir

L'entraîneur José Mourinho était sur la sellette après le début de saison catastrophique de Chelsea.

Photo Ben Stansall, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Yann Bernal, Tom Williams
Agence France-Presse
Londres

Le blues lancinant a tourné à la rupture: José Mourinho, un des entraîneurs les plus renommés et charismatiques de la planète soccer, a été limogé jeudi de Chelsea, pour la deuxième fois de sa carrière, mais avec un gros chèque.

Oubliez le «Special One» de sa première période londonienne (2004-septembre 2007) et le «Happy One» de son retour à Londres (en 2013): voici le «Sacked One» (le viré), comme les réseaux sociaux l'ont déjà rebaptisé.

Il a été filmé par Sky Sports News en voiture à la sortie du centre d'entraînement, le visage caché par une capuche.

C'est une grosse tête qui tombe dans le gotha européen, alors que Rafael Benitez et Louis van Gaal sont eux aussi sur la sellette, respectivement au Real Madrid et à Manchester United, et que l'aventure de Pep Guardiola au Bayern pourrait s'achever à la fin de la saison.

«Ses trois titres de champion, sa Coupe d'Angleterre, sa victoire dans le Community Shield et ses trois Coupes de la Ligue sur ses deux mandats font de lui l'entraîneur le plus titré de notre histoire vieille de 110 ans», a écrit Chelsea dans son communiqué, rappelant que le palmarès des Blues s'est tout de même étoffé sous l'ère du «Special One» (52 ans).

«Mais aussi bien José que le directoire sont d'accord pour dire que les résultats étaient insuffisants cette saison et qu'il est dans l'intérêt des deux parties que nos chemins se séparent», a ajouté le club, au lendemain d'une réunion qui n'augurait déjà rien de bon pour le Portugais aux cheveux poivre et sel.

Au moins 13,7 millions d'euros d'indemnités

Selon des informations de presse, le propriétaire du club, Roman Abramovitch, devrait débourser au moins 13,7 millions d'euros (environ 20,7 millions $ CAN) pour régler les indemnités de départ de Mourinho, en poste depuis juin 2013 et qui avait prolongé de quatre ans en août. Il l'avait déjà évincé une première fois en septembre 2007.

Ce limogeage fait l'effet d'une bombe en raison du pedigree de l'entraîneur, vainqueur de deux Ligues des champions avec deux clubs différents (Porto 2004, Inter Milan 2010), moins par le fait lui-même: il était sur un siège éjectable depuis des semaines, incapable d'enrayer la spirale d'une équipe totalement à la dérive.

Lundi, Chelsea a concédé à Leicester, le meneur surprise, sa neuvième défaite de la saison en championnat, et végète à la 16e place, à un point seulement de la zone de relégation. Indigne d'un club de cette stature, champion en titre de surcroît.

La première place de groupe en Ligue des champions, décrochée à la dernière journée devant le Dynamo Kiev et Porto et synonyme de qualification pour les huitièmes de finale, n'aura pas fait illusion.

La «belle» face au Paris SG, pour la troisième année consécutive dans les tours à élimination directe, se fera donc sans «Mou».

Ironie de l'histoire, ce licenciement est intervenu quelques heures après les propos de Zlatan Ibrahimovic: «J'espère pour Chelsea que (Mourinho) va rester parce que nous voulons jouer contre les meilleurs», avait dit le buteur suédois du PSG à quelques médias dont l'AFP à propos de son ancien entraîneur à l'Inter (2008-2009)...

Affaire Carneiro

C'est une saison noire pour les Blues et singulièrement leur entraîneur. Elle avait commencé avec une défaite dans le Community Shield face à Arsenal, la première du Portugais face à son rival Arsène Wenger.

Puis il y eut la polémique autour de la médecin du club Eva Carneiro, qui a plongé Mourinho dans la tourmente, accusé de sexisme.

Et les revers face aux «gros» (Manchester City, Liverpool) ou aux sans-grade (West Ham, Bournemouth...).

Et les joueurs ne répondent plus. Eden Hazard n'est que l'ombre du meilleur joueur de Premier League de la saison dernière, Diego Costa s'illustre davantage par ses coups de vice que ses buts (3 en championnat), Pedro s'est vite éteint, Loïc Rémy joue les utilités et Radamel Falcao reste un flop monumental. Et les autres cadres peinent, les Fabregas, Oscar, Terry, Cahill et autres Ivanovic.

«Merci pour tout ce que tu as fait pour moi, a tweeté Cesc Fabregas. Je te dois beaucoup et tu me manqueras. Bonne chance pour la suite.»

Qui remplacera Mourinho? Outre la piste Carlo Ancelotti, ancien de la maison (2009-2011), les noms qui circulent avec le plus d'insistance sont ceux de l'Espagnol Juande Ramos et du Néerlandais Guus Hiddink (à Chelsea entre février et mai 2009).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer