• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Mondial 2006: la Fédération allemande dans le viseur de la justice 

Mondial 2006: la Fédération allemande dans le viseur de la justice

Des perquisitions ont été menées au siège social... (Photo Ralph Orlowski, Reuters)

Agrandir

Des perquisitions ont été menées au siège social de la Fédération allemande de soccer, mardi, à Francfort.

Photo Ralph Orlowski, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Damien Stroka
Agence France-Presse
Berlin

Le soccer allemand s'est enfoncé mardi au plus haut niveau dans la crise avec des perquisitions du siège de la Fédération (DFB) et des domiciles de son patron et deux ex-responsables, dont les explications sur un scandale présumé autour du Mondial 2006 peinent à convaincre.

Ces perquisitions conduites par une cinquantaine d'agents du fisc et du parquet visent à établir s'il y a eu fraude fiscale. Elles ne portent pas sur de possibles faits de corruption ou d'abus de bien social, comme initialement envisagé par la justice. Ces chefs-là sont en effet prescrits, a indiqué Nadja Niesen, porte-parole du Parquet de Francfort.

Au centre des questions, le versement controversé de 6,7 millions d'euros qui aurait transité entre le patron d'Adidas d'alors, Robert Louis-Dreyfus, des instances de la FIFA et la DFB.

Ce n'est cependant pas la DFB qui fait pas figure d'accusée mais «trois personnes physiques» qui ont vu aussi débarquer les enquêteurs chez eux: «le président de la Fédération, l'un de ses anciens présidents et un ancien secrétaire général», a dit Mme Niesen dans une déclaration à la presse à la mi-journée.

Le parquet n'a pas donné leurs noms pour des raisons légales, mais les trois hommes au coeur du scandale sont bien le président de la DFB, Wolfgang Niersbach, son prédécesseur Theo Zwanziger et l'ex-secrétaire général de la Fédération Horst Schmidt.

Fraude fiscale?

Ils sont soupçonnés de «fraude fiscale aggravée» pour avoir «soumis dans leurs responsabilités antérieures des déclarations d'impôts inexactes», selon Mme Niesen, des faits passibles de «six mois à dix ans de détention».

À en croire M. Niersbach, les 6,7 millions d'euros qui intéressent le parquet ont été versés à la FIFA en 2002, par l'intermédiaire du désormais défunt Robert Louis-Dreyfus, pour s'assurer d'une subvention pour l'organisation du Mondial 2006.

Par la suite, selon la presse allemande, Louis-Dreyfus aurait été remboursé en 2005 de manière détournée par la DFB au titre d'une contribution à un programme «culturel» de la FIFA.

C'est ce dernier versement qui intéresse le parquet allemand pour qui les fonds ont été «effectivement utilisés à d'autres fins» et n'étaient pas «déductible» des impôts.

Le parquet a jugé la DFB «coopérative» et la fédération a dit dans un communiqué soutenir «totalement les investigations».

L'affaire avait été révélée à la mi-octobre par le magazine allemand Der Spiegel, qui évoquait des soupçons de caisse noire pour acheter des voix lors de la décision, prise en 2000, d'attribuer le Mondial 2006 à l'Allemagne.

Pour M. Niersbach, l'organisation de la compétition n'a pas été achetée. En revanche, les fonds ont été versés, via le patron d'Adidas, à la commission financière de la FIFA pour obtenir la subvention.

La FIFA rejette la version Niersbach

Mais les déclarations embrouillées de l'ex-membre du comité d'organisation n'ont convaincu personne, d'autant que la FIFA a rejeté en bloc ces affirmations.

Il a par ailleurs entraîné dans l'affaire le patron de la FIFA Joseph Blatter et la légende du foot allemand, Franz Beckenbauer, révélant qu'ils avaient eu un «entretien en tête-à-tête» en janvier 2002 sur la question de la subvention de 170 millions d'euros (250 millions de francs suisses).

Enfin, l'ancien président de la DFB Theo Zwanziger, visé dans les poursuites et qui traite M. Niersbach de menteur, a encore mis en avant une autre version.

Il affirme tenir de Horst Schmidt que les 6,7 millions d'euros ont été versés à un membre du comité exécutif de la FIFA, Mohammed Bin Hammam. Ancien président de la Confédération asiatique (AFC), ce dernier est aujourd'hui radié à vie pour une affaire de corruption.

De son côté, Franz Beckenbauer a reconnu du bout des lèvres avoir commis une «erreur» pour obtenir la subvention, sans pour autant revenir sur les faits qui entachent le «conte d'été» de cette Coupe du monde 2006, comme on la surnomme en Allemagne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer