• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Impact: les succès contre Columbus en 2015 ne pèsent plus dans la balance 

Impact: les succès contre Columbus en 2015 ne pèsent plus dans la balance

Drogba, jeudi soir.... (Photo Olivier Jean, La Presse)

Agrandir

Drogba, jeudi soir.

Photo Olivier Jean, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne

On ne sait trop si c'est uniquement dû à l'arrivée de Didier Drogba ou si l'entrée en scène de Mauro Biello y est aussi pour quelque chose, mais il flotte un sentiment d'optimisme chez l'Impact de Montréal qui a de quoi faire rêver ses plus grands partisans. Cet état d'esprit était perceptible vendredi après-midi, au lendemain de son éclatante victoire contre le Toronto FC, et à quelque 48 heures d'un premier de deux rendez-vous éliminatoires avec le Crew de Columbus.

Même si l'Impact vivra la frénésie d'une série éliminatoire aller-retour de la MLS pour la première fois de sa jeune histoire, de nombreux ingrédients semblent en place pour venir contrebalancer l'inexpérience des hommes de Mauro Biello sur une telle scène. Au-delà de l'« effet Drogba », l'Impact abordera ce match fort d'une séquence de quatre victoires, incluant celle de jeudi, il amorcera la série au stade Saputo où il n'a pas perdu depuis le 22 août (6-0-0), et il affrontera une équipe qu'il a vaincue deux fois en autant de sorties en 2015.

C'est d'ailleurs face au Crew que l'Impact a mis un terme à une éprouvante séquence de 25 matchs sans victoire à l'étranger grâce à un gain de 2-1 le 6 juin. Cinq semaines plus tard, devant ses partisans, la formation montréalaise lui a servi un coup de pinceau de 3-0. Mais Biello et Dominic Oduro ont insisté sur le fait que ces deux victoires étaient de l'histoire ancienne.

« On ne va pas trop penser à cela. C'était dans le passé, a fait remarquer Biello vendredi après-midi, avant la séance d'entraînement de ses joueurs. On va jouer contre une équipe qui a marqué sept buts lors des deux derniers matchs et qui n'en a pas accordé. Nous allons devoir continuer sur notre lancée, continuer de progresser et essayer de battre cette équipe. »

« Même si nous aimerions nous attarder sur cet aspect, ça ne compte plus, a renchéri Oduro. Ce sont les séries éliminatoires, et nous recommençons à zéro. Tout est différent. Je suis sûr qu'ils (les joueurs du Crew) font leurs devoirs en ce moment. Ce qui importe, pour nous, c'est de pratiquer notre style surtout comme nous l'avons fait jeudi. C'est tout. »

Quant à la confiance qui anime les joueurs de l'Impact, on la sentait dans les commentaires de Patrice Bernier, auteur du but vainqueur jeudi soir après une saison marquée de beaucoup plus de bas que de hauts.

« Le niveau de confiance est très élevé depuis quelques semaines, lorsqu'on a réalisé qu'on arrivait à une plénitude, que le groupe se sentait bien et qu'on avait les résultats. Et quand on a les résultats, ça aide la confiance », a rappelé Bernier.

Le capitaine de la formation montréalaise a donné crédit à Biello pour avoir su impliquer tous les éléments de l'équipe.

« Mauro a donné la chance à plusieurs et donc, tout le monde se sent concerné. On a démontré que peu importe l'alignement sur le terrain, on peut être compétitif. Cela fait que l'on enchaîne les matchs, et tout le monde est prêt parce que nous avons tous eu quelques minutes de jeu dans les derniers mois. Et dans l'état d'esprit dans lequel on est, si on se maintient et que l'on joue de la même façon qu'hier (jeudi) et que les autres matchs avant, on peut faire quelque chose de spécial. »

Dimanche, les porte-couleurs du Crew se présenteront plus reposés que ceux de l'Impact puisqu'ils n'ont pas joué depuis le 25 octobre alors que la formation montréalaise en sera à un troisième match en une semaine. Mais Oduro n'est pas persuadé que les visiteurs seront plus avantagés.

« Ça pourrait les aider mais ça pourrait leur nuire aussi. Lorsque le repos est trop long, ça peut déranger votre rythme. Nous sommes sur une lancée en ce moment et nous jouons bien. Nous allons devoir faire rouler la machine et maintenir la cadence. »

Après avoir blanchi Sebastian Giovinco lors des deux derniers matchs, l'Impact tentera de tenir en échec Kei Kamara, qui a marqué 22 buts en saison régulière, le même nombre que Giovinco.

« Il est un joueur imposant, surtout en attaque, a noté Biello. Il faut le suivre et être physique avec lui. Il est en pleine confiance avec les buts qu'il a marqués cette année. Il existe une bonne chimie avec (Ethan) Finlay. C'est quelqu'un qu'il faut surveiller et faire notre travail sur lui. Ce sera un autre défi pour nous. »

Le premier duel sera présenté à 19 h dimanche, une heure qui ne plaît pas nécessairement aux dirigeants de l'Impact puisque le Canadien jouera en même temps, au Centre Bell, face aux Jets de Winnipeg. Par ailleurs, les prévisions météorologiques laissent présager une soirée plutôt fraîche, nuageuse et peut-être même pluvieuse.

Lors d'une brève mêlée de presse vendredi au complexe d'entraînement de l'équipe, le vice-président exécutif Richard Legendre a précisé que la décision finale revenait au réseau américain FOX Sports, qui tenait à présenter la rencontre à heure de grande écoute.

La deuxième rencontre au total des buts sera jouée le dimanche suivant, le 8 novembre, à Columbus.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer