L'Impact revient de loin

Anthony Jackson-Hamel (au centre) est félicité par ses... (Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse)

Agrandir

Anthony Jackson-Hamel (au centre) est félicité par ses coéquipiers après avoir marqué le but égalisateur.

Photo Hugo-Sébastien Aubert, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«Objectif: Ligue des champions» pouvait-on lire derrière l'un des buts du stade Saputo, mercredi soir. Pendant quelques minutes, la perspective de revoir l'Impact dans une compétition qui lui a procuré tant d'émotions et de visibilité, le printemps dernier, semblait s'être totalement évanouie.

Alors que le retard était de deux buts contre les Whitecaps de Vancouver, Laurent Ciman et Anthony Jackson-Hamel ont replacé le onze montréalais dans le bon sens de la marche, dans les toutes dernières minutes. Pour être sacré champion canadien au terme des deux matchs, l'Impact devra tout de même l'emporter à l'autre bout du pays, le 26 août, ou obtenir un verdict nul supérieur à 2-2.

«C'était une excellente fin de match, mais nous aurions dû mieux défendre sur les deux buts encaissés et on aurait pu être meilleurs dans le dernier tiers. [...] Avec ce résultat, tu te donnes, au moins, une possibilité de l'emporter. Un score de 2-0 aurait été un désastre, mais avec ces deux buts, tout est encore possible», a dit un Frank Klopas positif.

Une défaite montréalaise - surtout de cette ampleur - aurait été injuste, mercredi, compte tenu de la physionomie du match. Cela n'a pas atteint les mêmes proportions que face à D.C. United, mais l'Impact a encore eu l'ascendant contre un adversaire qui, lui, pensait avoir réalisé le match parfait à l'extérieur. Leurs deux buts ont été marqués sur une contre-attaque conclue par Darren Mattocks, seul dans la surface (65e minute), puis un coup franc de Pedro Morales qui a surpris Eric Kronberg (72e).

Loin de couler l'Impact, ce deuxième but n'a fait qu'accroître la pression dans le camp des Whitecaps. Car pendant plus de 80 minutes, les Montréalais ont rejoué un scénario bien connu, cette année: une domination, une multitude de tirs, mais une maladresse devant le but et quelques bons arrêts du gardien adverse. Il a finalement fallu un bon coup de tête de Ciman (84e) et le premier but en carrière de Jackson-Hamel, dans la minute suivante, pour stopper cette tendance.

«C'était une belle finition de sa part, a convenu Klopas. Il a montré beaucoup de confiance en lui. Comme je dis, tu n'as parfois qu'une occasion et tu dois la saisir. C'est très positif pour lui.»

Au total, l'Impact a obtenu 20 tirs - huit cadrés - et touché le poteau en début de match par l'intermédiaire de Maxim Tissot. Quelques excès d'individualisme ont aussi fait mal sur les contre-attaques.

Des Whitecaps prudents

Les Whitecaps avaient un plan bien légitime en vue d'un match retour à domicile: rester bien replié et ne pas prendre de risques inutiles. Lors du premier quart d'heure de la rencontre, ils n'ont ainsi réalisé qu'une seule passe dans le tiers offensif. Leur seule situation chaude des 45 premières minutes, qu'ils ont conclues sans le moindre tir, est d'ailleurs survenue après une perte de balle de Nigel Reo-Coker. La bonne sortie de Kronberg a cependant empêché Mattocks de tirer au but (18e). En deuxième mi-temps, les Caps pensaient bien que ce plan était le bon avant une fin de match pleine de rebondissements.

Rotation dans les deux camps

Malgré la belle porte continentale qu'il ouvre, le Championnat canadien est aussi l'occasion, pour les entraîneurs, de faire tourner les effectifs. 

Le match de mercredi n'a pas fait exception puisque, côté montréalais, Klopas a notamment accordé un congé à Nacho Piatti et repositionner Johan Venegas en numéro 10. En entrant à l'heure de jeu, Justin Mapp a aussi disputé un premier match en cinq mois. Celui qui a eu droit à une belle ovation des 12 395 partisans a délivré la passe décisive à Jackson-Hamel.

«C'est un joueur qui fait la différence dans le tiers, mais c'était son premier match. Je le vois à l'entraînement, je sais ce qu'il peut réaliser, mais je dois aussi être réaliste pour un gars qui a manqué autant de temps, a mentionné Klopas. La passe qu'il a faite à Jackson était fantastique.»

Les Whitecaps ont poussé plus loin ce raisonnement de rotation en se passant de leur meilleure arme offensive en Octavio Rivero, neuf buts en MLS. Trois de leurs quatre meilleurs buteurs étaient même sur le banc des remplaçants au début du match.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer