Mondial-2018: un choc Espagne-Italie en qualifications

Oliver Bierhoff, le manager de l'équipe d'Allemagne a... (PHOTO KIRILL KUDRYAVTSEV, AFP)

Agrandir

Oliver Bierhoff, le manager de l'équipe d'Allemagne a effectué le tirage au sort.

PHOTO KIRILL KUDRYAVTSEV, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe GRELARD, Yann BERNAL
Agence France-Presse
Saint-Pétersbourg et Paris

Des chocs en perspectives: l'Espagne et l'Italie vont se croiser en qualifications au Mondial-2018 dans le «groupe de la mort», tout comme la France et les Pays-Bas, tandis que l'Allemagne, tenante du titre, aura la République tchèque en principal adversaire.

L'Italie et la France étaient les deux grosses nations versées dans le deuxième chapeau, celles des non têtes de série, la faute à une dégringolade au classement FIFA (respectivement 17e et 22e). Et, comme elles pouvaient le craindre, elles ont chacune hérité d'un adversaire particulièrement ardu, rien moins que les deux finalistes du Mondial-2010.

Italie-Espagne, cela fait figure de retrouvailles de la finale de l'Euro-2012, remportée par la Roja (4-0) qui conservait son titre européen de 2008 et faisait ainsi la passe de trois après avoir conquis sa première Coupe du monde en 2010.

L'Italie, elle, compte quatre Coupes du monde à son palmarès (la dernière en 2006) et avait fait bonne figure à la Coupe des Confédération 2013 (3e), où l'Espagne avait perdu en finale (3-0 face au Brésil).

Mais les deux nations latines ont vécu ensuite une énorme désillusion en se faisant éliminer dès le premier tour du Mondial-2014 au Brésil.

Et elles traînent quelque peu en qualifications de l'Euro-2016, en n'étant pour l'instant que deuxième de leurs groupes, l'Italie étant devancée par la Croatie et l'Espagne par la Slovaquie.

Belgique bien lotie

Mais Roja et Azzurri représentent toujours deux nations majeures du Vieux continent, surtout la première, comme en témoignent ses succès en clubs (FC Barcelone et FC Séville vainqueurs des deux coupes d'Europe en 2015) et en sélections de jeunes.

«Affronter un adversaire de la valeur de l'Espagne doit représenter une grande incitation pour la Nazionale et pour tout le mouvement footballistique italien», a réagi le sélectionneur Antonio Conte.

Dans leur groupe G, ils affronteront également l'Albanie, Israël, la Macédoine et le Liechtenstein.

La France va retrouver les Pays-Bas, troisièmes du dernier Mondial, qu'elle avait battus en amical en mars 2014 (2-0) et les croisera en match de préparation à l'Euro-2016. Dans leur groupe A figurent aussi la Bulgarie, le Belarus, le Luxembourg et surtout la Suède, qui pourrait se retrouver orpheline de Zlatan Ibrahimovic mais dont les Espoirs viennent d'être sacrée champions d'Europe.

Oliver Bierhoff, le manager de l'équipe d'Allemagne qui effectuait le tirage au sort, a eu la main plutôt heureuse. «Nous sommes heureux de ne pas être avec l'Italie et l'Espagne», a-t-il déclaré. Mais la Mannschaft de Joachim Löw devra donc batailler contre la République tchèque. Le groupe C des champions du monde comprendra en outre l'Irlande du Nord, la Norvège, l'Azerbaïdjan et Saint-Marin.

La Belgique, valeur montante en Europe sous l'impulsion de la génération Hazard, est particulièrement bien lotie (Bosnie, Grèce, Estonie, Chypre dans le groupe H), alors que le Portugal de Cristiano Ronaldo devra se méfier de la Suisse dans la poule B (avec Hongrie, Iles Féroé, Lettonie, Andorre).

Derby britannique

Dans le groupe F, il y aura un derby britannique entre l'Angleterre et l'Écosse (outre Slovaquie, Slovénie, Lituanie et Malte).

Les rencontres de la zone Europe seront disputées du 4 septembre 2016 au 10 octobre 2017, les neuf vainqueurs de groupe obtenant leur sésame pour la Russie, les huit meilleurs deuxièmes étant reversés en barrages en novembre 2017.

Pour l'Afrique, après un premier tour d'écrémage, le deuxième tour en matchs aller-retour (novembre 2015) propose un choc entre l'Angola et l'Afrique du Sud, et un rendez-vous cocasse entre le Maroc et la Guinée équatoriale, entre le pays qui devait organiser la CAN-2015 et celui qui l'a finalement fait.

En raison de la protection des têtes de série, ce deuxième tour ne devrait pas poser de problèmes aux grosses nations, des champions continentaux ivoiriens (contre Liberia ou Guinée Bissau) au Cameroun (Somalie ou Niger), en passant par la Tunisie (Sud-Soudan ou Mauritanie) ou l'Algérie (Tanzanie ou Malawi).

Les vainqueurs de ce deuxième tour seront ensuite répartis en cinq groupes de quatre, et les cinq vainqueurs de groupes iront en Russie.

Le Canada contre le Belize

Le Canada affrontera le Belize lors de la prochaine ronde de qualifications en vue de la Coupe du monde de soccer de 2018.

Le prochain adversaire du Canada a été déterminé dans le cadre du tirage préliminaire de la FIFA tenu samedi à Saint-Pétersbourg, en présence du président de la FIFA, Sepp Blatter, et du président russe Vladimir Poutine.

Le premier des deux matchs aller-retour sera présenté le vendredi 4 septembre, au BMO Field de Toronto. Le second sera disputé le mardi 8 septembre, au Belize.

«Nous pouvons dire que le Belize est une équipe qui a réalisé des progrès positifs et réguliers, a affirmé l'entraîneur-chef Benito Floro.

«C'est bon pour nous puisqu'il ne sera pas facile de traverser cette ronde éliminatoire. Nous devons nous concentrer sur ces deux premiers matchs avec beaucoup d'intensité.»

Le Canada, classé 103e au monde, affiche un dossier à vie de 2-0 contre le Belize, après avoir remporté une ronde de qualifications pour la Coupe du monde par un score combiné de 8-0, en 2004. Les deux rencontres avaient été jouées à Kingston parce que le Belize n'avait pas un stade adéquat à l'époque.

Le Canada a accédé au troisième tour des qualifications de la CONCACAF après avoir battu la Dominique, détentrice du 174e rang mondial, par un score combiné de 6-0, en juin dernier.

Douze équipes participeront au troisième tour des qualifications, et les six équipes gagnantes passeront au quatrième tour. Elles rejoindront alors les six pays les mieux classés, soit le Costa Rica, le Mexique, les États-Unis, le Honduras, le Panama ainsi que Trinité-et-Tobago.

Si le Canada vient à bout du Belize, il fera partie du groupe A avec le Mexique, le Honduras, et soit le Curaçao ou le Salvador, et les rencontres s'étendront de novembre 2015 à septembre 2016.

«Je crois que toutes les équipes du groupe où nous nous retrouverons si nous battons le Belize ont un niveau semblable, estime Floro.

«Il est vrai que le Mexique a une longueur d'avance sur tout le reste. Nous devons toutefois faire confiance à nos joueurs parce que l'histoire a démontré qu'il est possible de passer en ronde finale de qualification.»

Le Honduras avait humilié le Canada lors des qualifications en vue de la Coupe du monde de 2014, l'emportant par un score de 8-1 lors d'un match disputé à San Pedro Sula.

Le Canada affiche un piètre dossier cumulatif de 3-16-7 contre le Mexique, et à peine meilleur contre le Honduras (6-10-5). Il présente cependant une fiche positive de 7-4-3 contre le Salvador.

Les deux meilleures équipes de chaque groupe accéderont à la ronde finale de qualification à six équipes de la région CONCACAF. Les trois meilleures formations de ce groupe de six se qualifieront pour la Coupe du Monde de la FIFA 2018 tandis que l'équipe de quatrième rang disputera un barrage intercontinental aller-retour contre une équipe de l'Asie.

«Bien sûr, notre concentration portera uniquement sur le Belize pour l'instant puisque si nous ne les battons pas, nous n'avons pas à penser aux groupes, a rappelé Floro.

«Pour nous, cela est très important et nous ne devons pas en douter.»

La Coupe du monde de 2018 se déroulera en Russie, du 14 juin au 15 juillet.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer