Bartomeu reste président du FC Barcelone

Josep Maria Bartomeu... (PHOTO LLUIS GENE, AFP)

Agrandir

Josep Maria Bartomeu

PHOTO LLUIS GENE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BARCELONE

Josep Maria Bartomeu a été réélu samedi soir président du FC Barcelone avec 54,63 % des voix des socios du club, devançant largement son prédécesseur et rival Joan Laporta (33,03 %).

Bartomeu, 52 ans, choisi par 25 823 socios contre 15 615 à son principal adversaire, président de 2003 à 2010, dirigera le club champion d'Europe pour les six prochaines années.

Les deux autres candidats, l'homme d'affaires Agusti Benedito et l'avocat Toni Freixa, ont obtenu des scores minimes, respectivement 3386 voix (7,16 %) et 1750 voix (3,70 %).

«Notre engagement sera de continuer à croître et de continuer à gagner», a déclaré Bartomeu, applaudi par ses partisans.

Entre 9 h et 21 h, 47 270 socios, soit 43,12 % des presque 110 000 autorisés à prendre part au scrutin, se sont rendus au Camp Nou pour exprimer leur choix.

À la différence de la majorité des clubs de football, mais comme le Real Madrid, son grand rival, le Barça appartient à ses 150 000 membres et actionnaires, qui élisent tous les six ans sa direction.

Les élections étaient initialement prévues à la fin de la prochaine saison, mais Josep Bartomeu, porté au pouvoir sans élections en 2014 en remplacement de Sandro Rosell, a décidé en janvier de les avancer.

Le Barça était alors secoué par des tensions entre l'entraîneur Luis Enrique et la vedette argentine Lionel Messi.

La situation s'est améliorée depuis avec la triple victoire en Liga, en Coupe du Roi et en Ligue des champions, et le club a bouclé son exercice financier avec le bénéfice le plus élevé de son histoire, 608 millions d'euros.

Tensions internes

«Nous devons continuer à être le club numéro un et ces six années sont très importantes», a déclaré Bartomeu après avoir voté samedi matin.

Laporta avait à son crédit d'avoir embauché en 2008 l'entraîneur Pep Guardiola, adulé pour la cascade de trophées ramenés comme pour sa philosophie de jeu tournée vers la possession du ballon, mais son bilan financier était moins brillant que son bilan sportif.

Laporta s'est montré très agressif pendant la campagne, attaquant d'abord Bartomeu sur ses ennuis judiciaires: dans l'affaire d'escroquerie et de corruption présumée entourant le transfert du joueur vedette Neymar, Bartomeu a appris en mai qu'il serait jugé, tout comme le club.

Laporta avait également critiqué Bartomeu quant à sa position modérée sur l'indépendance catalane, et promettait un retour aux «valeurs» qui avaient, selon lui, prévalu à l'époque où il était au pouvoir: nationalisme catalan, plus de joueurs issus de La Masia, le prestigieux centre de formation, et le retour du logo de l'Unicef sur les maillots.

L'organisation de l'ONU pour l'enfance a en effet été remplacée par la compagnie aérienne Qatar Airways, que certains soupçonnent de liens avec des organisations islamistes.

«Nous avons essayé d'éviter que le club ait un président inculpé, et lié au Qatar, mais il faut accepter les résultats», a déclaré Laporta après l'annonce des résultats.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer