• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > Mondial féminin: l'élimination du Canada aura été «une occasion ratée» 

Mondial féminin: l'élimination du Canada aura été «une occasion ratée»

Christine Sinclair s'est effondrée après la défaite de... (Photo Darryl Dyck, La Presse Canadienne)

Agrandir

Christine Sinclair s'est effondrée après la défaite de son équipe lors des quarts de finales le 27 juin dernier.

Photo Darryl Dyck, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
VANCOUVER

Victor Montagliani soutient que l'élimination du Canada lors des quarts de finale de la Coupe du monde féminine de soccer a été «une occasion ratée» de vraiment saisir l'attention du pays hôte.

Le président de l'Association canadienne de soccer participait à la conférence de presse de la FIFA en clôture du tournoi, vendredi, et il a mentionné que la défaite du Canada face à l'Angleterre avait été décevante, mais il a ajouté que l'équipe avait établi des bases pour l'avenir.

«Évidemment, quand vous accueillez un événement - peu importe le sport - et que vous ne gagnez pas ou que vous n'atteignez pas la finale, c'est une occasion ratée, a dit Montagliani. Je ne pense pas qu'il y ait un moyen de dire les choses autrement.»

Les Canadiennes ont perdu 2-1 face aux Anglaises lors des quarts de finale le week-end dernier devant plus de 54 000 personnes au BC Place de Vancouver.

Les États-Unis affronteront le Japon en finale, dimanche à Vancouver, tandis que l'Angleterre croisera le fer avec l'Allemagne pour la troisième position, samedi à Edmonton.

«Notre objectif a toujours été d'atteindre la finale de dimanche, et l'objectif secondaire était de participer à la demi-finale à Edmonton le jour de la fête du Canada, a raconté Montagliani. Nous n'y sommes pas parvenus. D'une certaine manière, c'est difficile à digérer.»

Malgré la déception, Montagliani a déclaré que le Canada pouvait retenir certaines leçons sur la planification et le développement des joueuses pour les compétitions majeures.

«L'équipe s'est améliorée pendant le tournoi, a-t-il noté. Je pense que nous devons retenir leçon, non seulement pour la Coupe du monde, mais pour tous les tournois et bâtir sur cette expérience, sur cette déception.»

Tel qu'anticipé, le président de la FIFA, Sepp Blatter, et son bras droit, le secrétaire général Jérôme Valcke, n'étaient pas présents lors de la conférence de presse, vendredi, et ils n'assisteront pas à la finale, dimanche. Un porte-parole avait déclaré plus tôt cette semaine que les deux hommes allaient rester à Zurich «en raison de leurs engagements actuels».

Valcke devait assister aux cérémonies d'ouverture du tournoi le mois dernier, mais avait changé ses plans en raison du scandale de corruption qui a ébranlé la FIFA. Blatter devait assister à la finale, mais il a aussi annulé son voyage.

Blatter a toujours remis le trophée à l'équipe gagnante de la Coupe du monde féminine depuis qu'il a été élu président de la FIFA en 1998. La FIFA n'a toujours pas annoncé qui allait remettre le trophée aux gagnantes dimanche.

«Je pense que la capitaine de l'équipe gagnante se fout un peu de qui lui remet le trophée, a déclaré Montagliani. Je pense même que dans le contexte actuel, les projecteurs devraient être sur les joueuses et non sur les personnes qui dirigent le soccer, comme moi.»

Le secrétaire général de l'Association canadienne de soccer, Peter Montopoli, a mentionné que le décompte total de la vente de billets devrait atteindre environ 1,35 million pour le tournoi de 52 matchs, soit environ 90% de l'objectif de 1,5 million de billets. Notons que la FIFA compte un billet pour un programme double comme deux billets.

Si l'on exclut les Coupes du monde masculines, Montopoli a déclaré qu'il s'agissait du plus grand nombre de billets vendus pour un tournoi de la FIFA.

Sans le dire clairement, Montopoli et Montagliani ont laissé entendre que le succès du tournoi féminin place le Canada en bonne position pour déposer sa candidature dans l'objectif d'accueillir la Coupe du monde masculine.

«Nous allons avoir accueilli toutes les compétitions majeures de la FIFA sauf la Coupe du monde masculine, a rappelé Montopoli. Nous avons prouvé notre valeur en tant qu'hôte et nous aimerions certainement le faire à nouveau si l'occasion se présente et que le contexte est bon.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer