Mondial féminin: mission accomplie pour le Canada

Ashley Lawrence (à gauche) a procuré l'avance au... (Photo Nicholas Kamm, AFP)

Agrandir

Ashley Lawrence (à gauche) a procuré l'avance au Canada à la 10e minute, au grand bonheur de ses coéquipières et de plus de 45 000 spectateurs réunis au Stade olympique.

Photo Nicholas Kamm, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est avec la première place du groupe A dans les valises que le Canada retournera dans l'ouest du pays pour la suite de la Coupe du monde.

La sélection de John Herdman a atteint son objectif, devant 45 420 spectateurs lundi au Stade olympique, malgré un match nul de 1 à 1 contre les Pays-Bas. Le résultat a été suffisant pour finir en tête du groupe puisque, dans le même temps, la Chine et la Nouvelle-Zélande se sont également quittées sur un match nul (2-2).

«Je peux bien dormir en sachant que mon équipe a atteint la deuxième phase, a rigolé le sélectionneur après le match. C'est bien de pouvoir continuer le tournoi en essayant de prendre du rythme.»

Les Canadiennes, qui se sont fait peur en fin de match, peuvent maintenant attendre de connaître l'identité de leurs prochaines adversaires, demain, et profiter de cinq jours de repos. Elles affronteront l'une des équipes classées au troisième rang dans les groupes C, D ou E.

«En terminant deuxième de notre groupe, on aurait été assurés d'affronter la Suisse ou le Cameroun. Maintenant, on pourrait croiser la Suède, les États-Unis, l'Australie ou le Nigeria, a énuméré Herdman. Mais notre objectif était de terminer au premier rang et on l'a atteint.»

Ashley Lawrence, 20 ans, a inscrit le seul but canadien à la 10e minute, récompensant un bon début de match des joueuses locales. Au bout d'une rentrée de touche et d'une combinaison dans la surface, la milieu de terrain s'est retrouvée seule avant de tromper la vigilance de la gardienne Loes Geurts.

L'ADN de l'équipe n'étant pas composé de festival offensif, pour paraphraser Herdman, les Rouges ne sont pas parvenues à se mettre à l'abri malgré 16 tentatives. Comme lors des matchs précédents, elles ont commis trop de maladresses devant le but adverse et surtout misé sur des tirs lointains.

En jouant à ce jeu dangereux et en perdant trop de ballons au milieu, elles ont permis à leurs adversaires de revenir dans le match. Après plusieurs demi-occasions en première mi-temps, les Néerlandaises ont enchaîné les tentatives, au terme de contre-attaques. Et si Manon Melis a perdu son duel contre Erin McLeod, à la 85e minute, Kirsten Van de Ven n'a, elle, pas raté le cadre deux minutes plus tard. Herdman avait senti qu'un changement s'imposait, en milieu de terrain, au cours du match.

«En deuxième période, les Néerlandaises ont commencé à avoir le dessus, puis après nos deux changements, on a repris le dessus. L'idée était de renforcer le milieu de terrain avec [Melissa] Tancredi et Desiree Scott. On voulait avoir une joueuse d'expérience dans ce secteur.»

Quatre changements

Herdman avait promis que son onze partant allait être composé de quelques nouveaux visages. Il a tenu parole en effectuant quatre changements et en modifiant chacun des secteurs de jeu. En défense centrale, Carmelina Moscato a injecté une dose d'expérience aux côtés de Kadeisha Buchanan, auteure d'un autre grand match, lundi soir.

En milieu de terrain, il a lancé Jessie Fleming et Kaylyn Kyle dans le bain, ce qui a eu comme effet de pousser Sophie Schmidt - par la suite sortie sur blessure - un cran plus haut sur le terrain. Finalement, Adriana Leon a été titularisée pour la première fois après avoir apporté beaucoup d'énergie dans les matchs précédents du tournoi. Dans le couloir droit, elle a été un peu trop discrète durant les 45 premières minutes, avant d'être plus vive par la suite.

Comment Herdman a-t-il jugé le travail de ses jeunes joueuses, dont Buchanan, Fleming et Lawrence? «Je suis fier d'elles. Ce n'est pas facile de jouer dans une telle ambiance, et elles se sont très bien débrouillées. Lawrence a su se créer des ouvertures, en milieu de terrain, par sa vitesse et a été très calme au moment de marquer. Elle avait raté des occasions contre la Chine, mais elle a été une guerrière [lundi] soir.»

Tel qu'anticipé, le Stade olympique a été investi par plus de 45 000 spectateurs, lundi, dans ce qui sera la seule visite canadienne de la compétition. Trois heures avant le coup d'envoi, des milliers de partisans vêtus de rouge avaient déjà envahi la rotonde et les alentours de l'enceinte.

«Je veux remercier la foule montréalaise. C'était fantastique et je sais que, quand on fait ce métier, on rêve de jouer devant une telle atmosphère. Elles étaient heureuses d'être ici, et on espère avoir le même genre d'appui tout au long du tournoi», a lancé Herdman.

Les partisans néerlandais, reconnus pour suivre leurs équipes sportives aux quatre coins du monde, se sont aussi mêlés à l'événement en y ajoutant la traditionnelle touche d'orange. Pour eux, la suite de l'aventure au Canada passera par une autre journée d'incertitude et, probablement, une place en huitièmes de finale en tant que meilleures troisièmes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer