Dilly Duka a passé quatre jours dans le noir

Dilly Duka, de l'Impact, a subi une commotion... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Dilly Duka, de l'Impact, a subi une commotion cérébrale, le 30 mai, après avoir reçu un ballon au visage dans le match contre le Fire de Chicago.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Après un exercice devant le but, Dilly Duka a enchaîné les tours de terrain sans ressentir la moindre gêne, hier midi. Aucun doute, le milieu montréalais est sur la bonne voie après avoir subi une commotion cérébrale lors du match à Chicago, le 30 mai.

«Ça fait du bien d'être à l'extérieur et de pouvoir courir, mais je dois y aller au jour le jour en suivant le protocole. Je suis un joueur et je veux être de retour le plus vite possible», a espéré Duka.

Les 10 derniers jours n'ont cependant pas été du même acabit pour le numéro 11. Tout a débuté par un dégagement d'Adailton que Duka a reçu en plein visage, à la 89e minute. «Par fierté» contre l'une de ses anciennes équipes, il s'est alors tenu le visage pendant une poignée de secondes avant de rebondir comme un ressort pour conclure le match. Frank Klopas avait effectué ses trois changements à ce moment-là. «Après l'impact, j'avais envie de filer directement aux vestiaires. Je ne me sentais pas bien du tout, s'est-il souvenu. Je me suis relevé si vite que personne, à part moi, ne savait vraiment que j'étais blessé. Adailton a l'air d'un bon gars, et je ne crois pas qu'il m'ait visé volontairement.»

Dans le vestiaire, un malicieux coéquipier a lancé à Duka que son nez ressemblait, en raison du choc, à celui de Nacho Piatti. Le joueur a également subi les premiers tests dans les minutes qui ont suivi le coup de sifflet final.

«Pas un bon sentiment»

De retour à Montréal, Duka a alors été contraint de prendre du repos jusqu'à ce que sa condition s'améliore. Il a alors relégué le soccer au second plan.

«Le lendemain de la blessure, on ne pense même pas à un retour au jeu, mais plutôt à pouvoir bien dormir et ne plus avoir de maux de tête. [...] Je suis resté dans mon appartement pendant quatre jours consécutifs. J'étais dans le noir. C'est ma première véritable commotion et je peux dire que ce n'était pas un bon sentiment du tout.»

Il est encore trop tôt pour savoir quand Duka aura le feu vert des médecins pour revenir au jeu. Les prochains jours seront déterminants à ce chapitre.

«On suit le protocole. Quand il n'aura plus de symptômes, il pourra recommencer à s'entraîner et s'intégrer au reste du groupe. [Hier], il a bien travaillé, et on verra comment il se sent dans les prochains jours. Jusqu'à présent, ça s'est bien passé», a mentionné Mauro Biello.

Une chose est cependant certaine: les derniers jours ont modifié la perception de Duka face aux blessures à la tête. La prochaine fois, il restera au sol après un tel choc. Déjà, son discours est empreint de prudence. «Ce n'est qu'une question de temps [avant un retour], mais si je ne me sens pas bien, c'est sûr que vous n'allez pas me voir ici.»

L'infirmerie va se vider

Avec Duka, Dominic Oduro, blessé à l'aine, est le joueur le plus proche d'un retour complet à l'entraînement. Dans le cas d'Hassoun Camara, il faudra attendre un peu plus longtemps. «Il en est aux dernières étapes avec les physiothérapeutes. Après, il fera du travail avec [le préparateur physique] Paolo Pacione, et si c'est positif, il pourra rejoindre le groupe. Ça pourrait prendre deux ou trois semaines», a estimé Biello.

_____________________________________________

En bref

Bologne en Serie A

Un an après sa relégation en Serie B, le Bologne FC a arraché son retour au sein de l'élite italienne, lundi, grâce à un match nul de 1 à 1 face à Pescara (0 à 0 à l'aller). Le club de Joey Saputo a ainsi remporté ce barrage grâce à son meilleur classement lors de la saison. «Dès le début, l'objectif était la promotion en Serie A, alors nous pouvons dire mission accomplie. Le chemin pour y arriver a été long et ardu, mais nous avons réussi, a-t-il indiqué dans une déclaration écrite envoyée par l'Impact à La Presse. Maintenant que nous y sommes, nous voulons y rester. Nous ne voulons certainement pas revivre cette situation de nouveau et la vague d'émotions vécue durant ce processus.»

«Embarrassant» de jouer au Yankee Stadium

Jack McInerney va droit au but. Ce fan des Braves d'Atlanta n'est pas forcément enthousiasmé par la perspective d'affronter le New York City FC au Yankee Stadium. «Honnêtement, je dirais que c'est plutôt embarrassant de jouer dans un stade de baseball. Ce sera cool de voir l'ambiance et tout, mais nous y allons pour gagner un match, pas pour nous concentrer sur le lieu où nous jouons.»

Tissot dans la liste provisoire

L'Impact pourrait bien devoir se passer de Maxim Tissot à l'occasion de la Gold Cup. Le milieu gauche fait partie de la liste provisoire du Canada en vue de cette compétition qui démarrera le 7 juillet. Tissot, qui a quatre sélections à son actif, va affronter la Dominique, ce soir, lors du match aller du deuxième tour des qualifications pour la Coupe du monde 2018.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer