Impact: Anthony Jackson-Hamel revient de loin

Anthony Jackson-Hamel (à gauche) a mis la table... (Photo Eric Bolte, archives USA Today)

Agrandir

Anthony Jackson-Hamel (à gauche) a mis la table pour le but gagnant d'Ignacio Piatti, mercredi soir, contre les Whitecaps de Vancouver.

Photo Eric Bolte, archives USA Today

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Anthony Jackson-Hamel a parfaitement mis à profit les quelques minutes que lui a accordées Frank Klopas, mercredi, contre les Whitecaps de Vancouver. C'est lui qui, après une remise en touche, a démarré l'action qui a conduit au but décisif. Il s'est, dans la foulée, procuré une bonne occasion d'inscrire son premier but à ce niveau.

«C'est un sentiment vraiment spécial. Tu entres dans le jeu et tu es capable de créer quelque chose comme ça. Surtout, l'action s'est bien finie ensuite avec des gars comme Andrés [Romero] et Nacho [Piatti], qui ont bien fait le travail. C'est un bon feeling de participer à ce but-là, surtout avec la victoire qui vient après», a-t-il indiqué.

«C'est bon pour sa confiance, a poursuivi Frank Klopas. Quand il était entré en jeu à Chicago, ce n'était pas un match facile. C'était lui demander beaucoup et il a tout essayé. Mais mercredi, le plan de match a changé en cours de route, et on avait besoin d'un autre attaquant. C'était bien de voir qu'il est entré avec énergie et une volonté de faire la différence.»

Le sentiment est d'autant plus doux que Jackson-Hamel revient de loin. Tandis que les joueurs luttaient pour leur poste, au camp d'entraînement, lui se remettait d'une chirurgie pour une hernie sportive. Il a alors vu le repêchage de Romario Williams, l'éclosion accélérée de Cameron Porter et l'arrivée de Kenny Cooper. À cause de blessures, seul le premier est toujours en lice pour être la doublure de Jack McInerney. «Tu ne souhaites jamais ça à des gars qui jouent avec toi, mais ce sont autant d'opportunités [pour les autres]. Et on est là pour les saisir», a-t-il dit, plaçant son intensité à la base des choix des entraîneurs.

«Je donne tout ce que j'ai aux entraînements et aux matchs, que ce soit dans la USL ou peu importe. Je donne mon 100% et ça paye à la fin», s'est réjoui celui qui a récemment investi dans un salon de coiffure pour hommes dans le Mile End.

Pas de réunion pour Bernier

Patrice Bernier dément avoir demandé une rencontre avec la haute direction afin de discuter de sa situation. «Je n'ai rencontré personne [hier]. Oui, je rencontre la direction de temps en temps, mais ça a rapport avec l'équipe ou d'autres choses avec le club. Il n'y a pas de rencontre d'ici les prochains jours quant à ma situation.» Le capitaine, en manque de temps de jeu, n'a été titularisé qu'à deux reprises, dans la MLS, notamment contre les Whitecaps. «Quand tu n'as pas l'habitude de jouer 90 minutes, tu le ressens beaucoup plus après le match, mais je me suis bien senti sur le terrain. Ç'a été un bon match dans l'ensemble.»

Les ajustements de Lefèvre

Reverra-t-on la paire Laurent Ciman et Wandrille Lefèvre en défense centrale sur le terrain du Crew de Columbus, demain? Le Français a livré une autre bonne prestation aux côtés du général belge. Il croit d'ailleurs avoir franchi un nouveau cap dans un rôle de défenseur central qu'il a dû apprivoiser, ces dernières saisons. «Je me considérais un peu trop comme un joueur de ballon et j'oubliais peut-être que mon poste est défenseur. J'aborde les matchs comme ça: si je peux faire de bonnes relances tant mieux, mais mon vrai travail est d'être solide, rigoureux et concentré pendant 90 minutes.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer