Le PSG réalise un quadruplé inédit

Le capitaine Thiago Silva soulève la Coupe de France.... (PHOTO FRANCK FIFE, AFP)

Agrandir

Le capitaine Thiago Silva soulève la Coupe de France.

PHOTO FRANCK FIFE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Keyvan NARAGHI
Agence France-Presse
PARIS

Ce fut beaucoup plus dur et compliqué que prévu mais le Paris Saint-Germain a fini par vaincre Auxerre, modeste équipe de 2e division, en finale de la Coupe de France (1-0) samedi, pour terminer sa saison en beauté, sur un quadruplé historique sur la scène nationale.

Durant plus d'une heure, Auxerre a fait plus que résister face à des vedettes parisiennes jouant à l'économie et la différence de budget abyssale entre les deux formations (480 millions d'euros pour Paris, à peine 13 millions pour Auxerre) a été difficilement perceptible sur le terrain. Mais le PSG a été plus fort que la fameuse «magie de la coupe» et les Bourguignons sont subitement rentrés dans le rang sur une tête d'Edinson Cavani (64).

Paris n'a pas brillé et s'est contenté du minimum syndical. Mais l'essentiel était ailleurs pour le club de la capitale, entré dans les annales du football français au bout d'un exercice qui l'aura vu remporter tous les trophées en jeu sur le plan domestique (Ligue 1, Coupe de France, Coupe de la Ligue, Trophée des champions).

Cette razzia n'effacera pas le troisième échec d'affilée subi en quart de finale de Ligue des champions, le Graal du Qatar, devenu propriétaire du PSG en 2011. Mais les vedettes parisiennes auront au moins eu le mérite de tuer toute concurrence en France, avec comme épilogue le seul trophée qui manquait à QSI (Qatar Sports Investments) depuis son arrivée à la tête du club.

Avec cette neuvième Coupe de France, le PSG n'est plus qu'à une unité du record de victoires, détenu par son vieil ennemi marseillais (10). Laurent Blanc peut également jubiler, lui qui a raflé sept titres en deux ans sur le banc parisien.

Un rythme de sénateur

Tout le monde s'attendait à une raclée parisienne et à une avalanche de buts dès l'entame de la rencontre mais les premières minutes ont donné le ton de la soirée avec une AJA évoluant sans complexes et mordant dans le ballon, face à des joueurs de la capitale évoluant sur un rythme de sénateurs.

Il a fallu attendre la 17e minute pour voir la première fulgurance parisienne avec un gros sprint de Lucas suivi d'un centre gâché par Cavani. Le bolide brésilien, préféré à Ezequiel Lavezzi en l'absence de Javier Pastore, suspendu, avait des jambes alors que Zlatan Ibrahimovic a eu du mal à faire la différence, perdant deux duels avec Donovan Leon, le portier bourguignon (31e, 36e).

Le poteau trouvé par Thiago Motta (39) pouvait laisser penser à une finale galère pour Paris, ainsi que la tête de Cavani parfaitement captée par Leon (54).

Mais le «matador» uruguayen a fini par trouver la faille et se muer en sauveur pour le PSG. Quelle revanche pour cet attaquant, critiqué une bonne partie de la saison avant de terminer l'exercice en trombe. Son avenir dans la capitale est encore incertain et un doute réel subsiste sur sa capacité à être un tueur sur la scène européenne, le véritable juge de paix pour les Parisiens et leurs actionnaires. Mais en France, il se balade. Comme le PSG.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer