• Accueil > 
  • Sports > 
  • Soccer 
  • > FIFA: le prince Ali dénonce la «culture de l'intimidation» 

FIFA: le prince Ali dénonce la «culture de l'intimidation»

Le prince Ali bin Al Hussein est en... (Photo Matt Dunham, AP)

Agrandir

Le prince Ali bin Al Hussein est en lice pour détrôner le président actuel de la FIFA Joseph Blatter.

Photo Matt Dunham, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
Londres

Le prince Ali, candidat à la présidence de la FIFA dont il est actuellement vice-président, a dénoncé la «culture de l'intimidation» au sein de l'institution et appelé à un «débat public», mardi à Londres lors d'une conférence de presse.

«À l'évidence, il y a un peu la culture de l'intimidation, si l'on peut dire ainsi, à la FIFA», a déclaré le Jordanien de 39 ans, président de sa Fédération et membre de la famille royale, en présentant son projet. «Je ne peux développer qu'en rappelant que, dans le passé, certains qui ont pris des positions de principe, ont fini par être punis pour cela».

Le prince Ali bin Al Hussein est, avec le Néerlandais Michael van Praag et le Portugais Luis Figo, en lice pour détrôner le président actuel Joseph Blatter, grand favori pour un cinquième mandat.

«Et si l'on parle de transparence, j'aimerais voir avant l'élection un débat public en présence également du président en exercice pour que tout le monde puisse voir les positions de chacun», a-t-il souhaité.

«Blatter est le président et le président doit être tenu responsable de ce qu'il se passe, a-t-il poursuivi alors que la FIFA fait face à des accusations de corruption dans le cadre de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022.

«J'ai beaucoup de respect pour ce qu'il (Blatter) a fait dans le passé. Mais si l'on aborde à proprement parler la réforme, je ne pense pas qu'on puisse dire qu'on l'ait vu. Il a aussi fait la promesse qu'il ne se représenterait pas et manifestement, ce n'est pas le cas. En toute honnêteté, je pense qu'il faudrait donner leur chance à d'autres, y compris moi-même», a-t-il encore estimé.

«Cela dit, j'ai conscience que certaines Confédérations organisent dans quelques mois leurs propres élections. J'espère juste que les choses se dérouleront équitablement, qu'elles iront dans la bonne direction», a-t-il conclu.

Le prince Ali a également indiqué qu'il avait reçu les parrainages, outre celui de son pays, de la Biélorussie, de Malte, de l'Angleterre, des États-Unis et de la Géorgie pour le scrutin du 29 mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer