La FIFA perd encore trois gros commanditaires

La FIFA, que Sony et la compagnie aérienne Emirates avaient déjà cessé de... (Photo Arnd Wiegmann, Reuters)

Agrandir

Photo Arnd Wiegmann, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Londres

La FIFA, que Sony et la compagnie aérienne Emirates avaient déjà cessé de parrainer depuis novembre 2014, a été quittée par trois autres commanditaires, a annoncé vendredi le quotidien britannique The Daily Telegraph.

La compagnie pétrolière Castrol, les pneus Continental et le géant mondial de la santé Johnson and Johnson ont décidé eux aussi de ne pas renouveler leurs contrats, arrivés à échéance, selon le journal.

«Nous ne sommes plus commanditaires de la FIFA depuis, je pense, la Coupe du monde de l'an dernier», a confirmé un porte-parole de Johnson and Johnson, cité par The Daily Telegraph.

«Cela a été une grande plateforme pour nous, et maintenant nous utilisons le soccer à un niveau régional», a, de son côté, expliqué Continental au journal.

Dans une réaction transmise à l'AFP, la FIFA a jugé «naturel» que des entreprises fassent évaluer leurs stratégies de commandite.

«Les changements à la fin d'un cycle de parrainage sont classiques dans l'industrie du sport et ont toujours eu lieu depuis le début de la commercialisation liée à la Coupe du monde», estime Thierry Weil, directeur du marketing de la FIFA.

«Les contrats avec Castrol, Continental et Johnson and Johnson ont toujours été prévus pour courir jusqu'à fin 2014 et ils ont donc expiré le 31 décembre 2014», a-t-il ajouté.

Selon lui, la FIFA est en «discussions avancées» avec plusieurs entreprises pour de nouveaux contrats de commandite, et ce, dans les trois catégories de parrainages mises en place par la FIFA.

Le député conservateur anglais Damian Collins, qui milite pour des réformes à la FIFA, a tout de même vu dans ces pertes de parrainages la preuve que l'organisation est devenu «une marque toxique».

La FIFA a en revanche été rejointe en 2013 par le conglomérat russe Gazprom en prévision de la prochaine Coupe du monde 2018 en Russie.

De nombreux observateurs et acteurs du monde du soccer réclament de grands changements à la FIFA, présidée depuis 1998 par le Suisse Joseph Blatter, 78 ans, et minée par les soupçons de corruption autour de l'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar. M. Blatter brigue un cinquième mandat à la présidence lors de l'élection prévue le 29 mai.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer