Les grands championnats toujours plus déséquilibrés

L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti (veston noir)... (Photo archives AFP)

Agrandir

L'entraîneur du Real Madrid Carlo Ancelotti (veston noir) célèbre avec ses joueurs lors d'une de leur victoire cette saison.

Photo archives AFP

Agence France-Presse
Lausanne, Suisse

Les cinq grands championnats de soccer européens n'ont jamais été aussi déséquilibrés que cette saison, pointe l'Observatoire du football dans une étude statistique publiée mardi.

> L'étude de l'Observatoire du football (PDF)

«Pendant la saison en cours, les trois clubs les mieux classés par championnat ont obtenu 75,5% des points qu'il était possible de réaliser», souligne ce groupe de recherche du Centre international d'étude du sport (CIES) de Neuchâtel, en Suisse, qui dissèque les championnats à la loupe statistique.

Depuis le début de leur étude en 2008/09, ce taux n'a jamais été aussi haut. Il a même bondi de 5 points par rapport aux deux dernières saisons, durant lesquelles les quinze clubs présents sur les podiums avaient amassé 70,5% des points en jeu.

Dans quatre des cinq championnats, en Espagne, en Italie, en Allemagne et en France, ces taux marquent aussi un nouveau pic cette saison.

En Liga, l'Atletico Madrid, Barcelone et le Real Madrid cumulent ainsi 80,9% des points en 32 journées, un peu plus qu'en Italie, où la Juventus Turin, l'AS Rome et Naples arrivent à une moyenne de 77,8%.

En France, où le sacre du Paris SG est imminent, le trio de tête actuel a raflé 71,2% des points, alors qu'au temps du podium Lille-Marseille-Lyon de 2010/2011, ces trois équipes étaient loin d'être aussi dominatrices (60,8%).

Alors que le Bayern Munich a déjà mis la main sur le titre en Allemagne, les trois premiers se sont offert 73,2% des points à cinq journées de la fin.

En Angleterre, Liverpool, Chelsea et Manchester City ont inscrit à leur compte aussi près de trois quart des points (74,2%), soit un peu moins du sommet de 2008/09 (75,7%).

«Cette convergence montre un processus assez bien établi de déséquilibre compétitif», souligne Raffaele Poli, le directeur de l'Observatoire du football, interrogé par l'AFP.

Aux premières places se retrouvent aussi au moins les deux, voire les trois clubs les plus riches, selon lui. Cette corrélation fait que les championnats sont devenus de plus en plus prévisibles. L'Observatoire du football, qui avant le début de saison s'amuse à prédire les 15 clubs qui finiront sur les podiums, en a 12 de juste pour l'instant.




Rondelle Libre >

123302:liste;4317250:box; 300_billet-brunet.tpl:file;
la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer