L'Impact revient sur terre

Marco Schallibaum a encaissé une première défaite à... (Photo Bernard Brault, La Presse)

Agrandir

Marco Schallibaum a encaissé une première défaite à la barre de l'Impact, samedi soir, contre l'une des équipes favorites pour le titre, le Sporting de Kansas City.

Photo Bernard Brault, La Presse

Partager

Sur le même thème

L'Impact a dit adieu à son parcours parfait en s'inclinant 2-0 sur la pelouse du Sporting Kansas City, samedi soir. Toujours aussi hésitant en possession, le onze montréalais n'a jamais trouvé la solution pour se dépêtrer de la pression intense de l'équipe de Peter Vermes, l'une des grandes prétendantes à la MLS Cup.

«Il faut dire la vérité, Kansas City a été la meilleure équipe. Les joueurs étaient premiers sur le ballon et ont fait un meilleur travail au niveau de la conservation et du pressing offensif», a admis l'entraîneur adjoint, Mauro Biello.

Étouffé par cette pression et dominé dans les duels, l'Impact a donc commis un nombre inhabituel d'erreurs dans son propre camp. Et alors que, depuis quatre matchs, il prenait un malin plaisir à exploiter celles de son adversaire, voilà qu'il a goûté à sa propre médecine. L'ouverture du score de Claudio Bieler, dès la cinquième minute, découle directement d'un ballon perdu de Patrice Bernier en direction d'Hassoun Camara. Tout au long du match, et surtout en première mi-temps, la défense montréalaise a multiplié les gestes de nervosité avec, également, un bloc moins compact qu'à Seattle et Portland.

«On savait qu'ils allaient nous presser de cette façon. Je pense que l'on a essayé de trop jouer dans l'axe au lieu d'aller sur les côtés, a assuré Biello. Ils nous ont fait mal sur ces ballons perdus et nous n'avons pas été bons lors de ces phases de transition. Après, cela n'a pas été facile de revenir dans le match.»

La réaction montréalaise a été extrêmement timide. Harcelé par Paulo Nagamura et Benny Feilhaber, Bernier n'a pas été en mesure de peser autant que lors des précédents matchs. Sur les côtés, Andres Romero a été transparent tandis que Justin Mapp a perdu davantage de ballons qu'il n'a réussi de passes. Andrea Pisanu n'a pas fait le voyage.

Battu dans l'entrejeu et inefficace sur les côtés, l'Impact n'a donc jamais placé Marco Di Vaio dans de bonnes conditions. Son premier tir cadré - le premier de l'Impact - n'est venu qu'à l'heure de jeu sur une volée. Avant cela, il était évident qu'il allait perdre la bataille physique devant Aurélien Collin, impérial dans les airs.

Si l'Impact a longtemps rêvé au point du match nul, c'est surtout en raison du manque d'efficacité de son adversaire devant le but de Troy Perkins. Par deux fois, Bieler aurait pu plier le match. Seth Sinovic a également eu le ballon du 2-0, mais a trop croisé sa frappe.

En fin de compte, le report du match à Los Angeles est salutaire pour l'Impact, qui aura maintenant deux semaines pour apprendre de cette première défaite. Contre le Crew de Columbus, le 13 avril, Alessandro Nesta devrait être guéri de sa blessure aux adducteurs. Marco Schällibaum sera automatiquement suspendu, après avoir été expulsé dans les dernières minutes du match de samedi. Selon plusieurs sources à Kansas City, il aurait lancé une bouteille d'eau en direction de l'un des officiels.

> Réagissez sur le blogue de Pascal Milano

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer