La MLS ne soulève pas encore les passions

La finale de la MLS entre le Dynamo... (Photo: AP)

Agrandir

La finale de la MLS entre le Dynamo de Houston et le Galaxy de Los Angeles n'a pas été un succès télévisuel.

Photo: AP

Partager

Alors que la MLS Cup a encore été boudée par les téléspectateurs américains samedi, RDS se déclare plutôt satisfait des cotes d'écoute obtenues par l'Impact lors de son année d'expansion.

En moyenne, les 12 matchs du onze montréalais diffusés sur ses ondes ont attiré 118 000 amateurs. La palme de la popularité revient au match d'ouverture à Vancouver, avec 224 000 téléspectateurs, ainsi qu'à celui l'opposant au Galaxy de Los Angeles.

Cependant, cette moyenne, plutôt bonne par rapport aux autres marchés de la MLS, est bien en deçà des rencontres des Alouettes, par exemple. Plus de deux fois moins, indique la chef des communications et des relations publiques de RDS, Katia Aubin.

«Les Alouettes obtiennent un chiffre supérieur, ce qui est un peu normal, explique-t-elle. Le public montréalais connaît l'équipe et les joueurs, comme Anthony Calvillo, depuis longtemps. Il y a un sentiment d'appartenance qu'un Patrice Bernier peut aider à développer.»

Partenaire officiel de l'Impact, TVA Sports diffusera encore la majorité des matchs la saison prochaine. L'an 1 a d'ores et déjà été jugé encourageant avec des matchs qui ont permis d'atteindre des parts de marché de 2,5% avec des pics contre Lyon et les Red Bulls de New York. En guise de comparaison, les parts de marché de TVA Sports cet été se situaient entre 0,3 et 0,6%.

Pas d'effet Beckham samedi

Grâce à une entente signée en 2011, TSN et RDS sont, quant à eux, les diffuseurs officiels de la MLS en sol canadien. Cela a permis au réseau francophone de diffuser une vingtaine de rendez-vous auxquels ne participait pas l'Impact. Là encore, la présence du club montréalais a largement contribué à un plus grand intérêt des Québécois.

«Pour bonifier notre propriété de la MLS, l'Impact nous a beaucoup aidés, tout comme le fait d'avoir des personnages comme David Beckham ou Thierry Henry, explique Aubin. Nous avons là des bons leviers pour promouvoir et faire connaître la MLS. Cela veut aussi dire de l'intégrer dans nos bulletins de nouvelles et de la couvrir davantage.»

Malgré tout, la MLS Cup n'a pas soulevé les passions des deux côtés de la frontière. Au Canada, TSN a révélé, hier, que 187 000 personnes avaient regardé le deuxième sacre du Galaxy. RDS n'avait pas encore dévoilé ce chiffre, hier.

Aux États-Unis, le dernier match de Beckham dans la MLS n'a pas dopé davantage les cotes d'écoute. Diffusée sur ESPN à 16h55, samedi, la grande finale a été largement devancée par un match de football universitaire et même par la troisième ronde du Championnat mondial de golf. Avec 797 000 spectateurs, elle a également été moins populaire que l'an dernier lorsque le match occupait la même plage horaire que le Sunday Night Football.

En saison régulière, ESPN a cependant enregistré une hausse de téléspectateurs de l'ordre de 6,5%. Prenant le relais de Fox Soccer Channel, NBC Sports a, de son côté, constaté une augmentation de 122%, avec une moyenne de 151 000 personnes par match.

Un duel entre les Sounders de Seattle et les Timbers de Portland, en juin, est devenu le troisième match des plus regardés de l'histoire de la ligue avec 888 000 curieux. En séries, la MLS a aussi indiqué avoir amélioré ses cotes d'écoute de 25% avec, en haut de liste, le match aller entre Los Angeles et Seattle (540 000).

> Réagissez sur le blogue de Pascal Milano

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer