La saison de Jesse Marsch en quatre temps

Malgré une saison satisfaisante, l'entraîneur Jesse Marsch a... (Photo: PC)

Agrandir

Malgré une saison satisfaisante, l'entraîneur Jesse Marsch a été emporté par la philosophie de l'Impact, unique dans la MLS, axée sur une approche résolument italienne.

Photo: PC

Partager

«Des différences de philosophie». Voilà la principale raison invoquée par Joey Saputo pour expliquer la rupture «d'un commun accord» entre l'Impact de Montréal et l'entraîneur Jesse Marsch, samedi. Il y a moins de 14 mois pourtant, Nick De Santis parlait plutôt d'un coup de foudre professionnel. Que s'est-il passé pour que, malgré une première saison honorable dans la MLS, le discours du club évolue autant? Retour sur le court mandat de l'Américain.

L'embauche

Lors de la présentation aux médias, le 10 août 2011, De Santis indiquait que Marsch avait été le premier candidat rencontré, dès le mois d'avril. «Ses qualités, sa personnalité et ses accomplissements», donc sa longue expérience dans la MLS, ont pesé très fort dans la balance. Alors que l'état-major montréalais s'était plutôt tourné vers l'Europe pour son recrutement de 2010 et 2011, Marsch apportait son savoir de la MLS après 14 ans comme joueur et 18 mois comme entraîneur adjoint de la sélection américaine. La lune de miel pouvait alors commencer, même si Martin Rennie avait également reçu une offre du club. Ce dernier, dont la philosophie est aussi à l'opposé de celle de l'Impact, a plutôt choisi les Whitecaps de Vancouver.

Le début de saison

Lors du match d'ouverture à Vancouver, le onze partant portait logiquement la griffe de Jesse Marsch. La grande majorité des joueurs avait été acquis par le repêchage d'expansion, les transactions ou encore son voyage en Suisse. Le début de campagne a été très pénible, avec un seul point glané lors des cinq premiers matchs. De façon inexplicable, Marsch s'est ensuite passé des services de Patrice Bernier lors de six des neuf matchs de MLS disputés en avril et en mai. «Comme fan, c'était décevant d'avoir un tel joueur sur le banc», a admis Joey Saputo la semaine dernière, tout en ajoutant que cette année, il se «tenait plus loin vis-à-vis des décisions techniques.»

Parallèlement, un premier fossé entre les joueurs avec une expérience internationale et le personnel d'entraîneurs s'est dessiné dès les premiers mois. En cause, le manque de rythme et de planification dans les entraînements, mais aussi des remplacements, en cours de match, trop souvent décidés à l'avance.

Alessandro Nesta et Marco Di Vaio... (Photo: PC) - image 2.0

Agrandir

Alessandro Nesta et Marco Di Vaio

Photo: PC

La correction du recrutement

Petit à petit, la perte d'influence de Marsch a transparu dans les transactions réalisées par l'équipe. Avec Marco Di Vaio et Alessandro Nesta, le visage du club a évidemment changé de façon radicale. Lors des arrivées de la légende milanaise et celle de Dennis Iapichino, De Santis avait déjà évoqué la possibilité d'évoluer avec trois arrières centraux. Ce schéma, encore très populaire en Serie A, ne s'est toutefois jamais matérialisé. Au même moment, Matteo Ferrari soulignait à La Presse qu'avec Nesta, Nelson Rivas et lui dans le même groupe, «tu dois essayer de nous faire jouer ensemble.» Il n'imaginait pas qu'il puisse se retrouver comme latéral, position qu'il n'affectionne guère.

Les départs estivaux de Justin Braun, Tyson Wahl et Donovan Ricketts - trois joueurs choisis par Marsch finalement très décevants - ont également symbolisé ce glissement de pouvoir. En réparant les erreurs commises en début d'année, la direction avait déjà compris que la différence de philosophie ne faisait que s'accentuer.

Le bilan de saison

Lors de son allocution dans le cadre du bilan de fin de saison, Saputo n'a même pas évoqué le nom de son entraîneur. Il a, par contre, mentionné la nécessité de ne plus encaisser «autant de buts en fin de matchs». Voilà l'une des grandes faiblesses de l'Impact, qui a concédé 28 de ses 51 filets lors de la dernière demi-heure de jeu. Si ce mal peut être mental, la fraîcheur physique a parfois joué un rôle majeur. Même si les matchs s'espaçaient, en fin de calendrier, la forme des joueurs déclinait considérablement en deuxième période.

En même temps, l'Impact a fait preuve d'une extrême faiblesse sur les coups de pied arrêtés. Le travail de Ricketts, peu à l'aise dans des sorties aériennes et dans sa communication avec sa défense, a largement été mis de l'avant. A-t-il été préparé adéquatement? Preston Burpo, l'ex-entraîneur des gardiens, était également responsable de disséquer les coups de pied arrêtés des adversaires. Or, l'Impact a cédé une vingtaine de buts sur corners, coups francs directs et indirects. Dans ce contexte, les départs de Burpo et du préparateur physique Adam Rotchstein, deux proches de Marsch, ne sont pas une surprise et ont dû accélérer le clivage.

Conclusion

Malgré une saison satisfaisante conclue avec 12 victoires, 16 défaites et 6 nulles, Marsch a été emporté par la philosophie du club, unique dans la MLS, axée sur une approche résolument italienne. Au fil des mois, ses choix, parfois discutables certes, et ses opinions ont semblé de moins en moins pris en compte. Même si l'Impact avait atteint les séries, le mariage italo-américain semblait voué à l'échec. Dans ces cas-là, il vaut mieux se quitter trop tôt que trop tard.

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Philippe Cantin | Le jeu dangereux de l'Impact

    Philippe Cantin

    Le jeu dangereux de l'Impact

    Le prochain entraîneur de l'Impact est mieux d'être un type flexible, prêt à accepter les recommandations de Joey Saputo, Nick De Santis, Alessandro... »

  • Jesse Marsch et l'Impact se séparent

    Soccer

    Jesse Marsch et l'Impact se séparent

    L'Impact et son entraîneur Jesse Marsch ont décidé de mettre un terme à leur association «d'un commun accord», a indiqué le président Joey Saputo,... »

  • Ronald King | La journée des mauvaises surprises

    Ronald King

    La journée des mauvaises surprises

    Samedi matin... Comme beaucoup de gens du sport, j'ai failli m'étouffer avec mon thé au beurre de yak en apprenant, comme premier contact avec la vie... »

  • Impact: Mauro Biello entraîneur-chef par intérim

    Soccer

    Impact: Mauro Biello entraîneur-chef par intérim

    Quarante-huit heures après la «séparation à l'amiable» avec son entraîneur Jesse Marsch, l'Impact de Montréal a annoncé que Mauro Biello agira comme... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer