Manuel Osborne-Paradis termine 2e en Norvège

Manuel Osborne-Paradis... (PHOTO CORNELIUS POPPE, AFP)

Agrandir

Manuel Osborne-Paradis

PHOTO CORNELIUS POPPE, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
KVITFJELL, Norvège

Le Canadien Manuel Osborne-Paradis a pris une longue marche cette semaine afin de songer à son avenir. Le skieur de North Vancouver âgé de 31 ans a eu son lot de chutes cette saison, et la peur commençait à l'affliger.

«Tout le monde me demandait «Pourquoi est-ce que tu ne pousses pas?', a admis Osborne-Paradis. Je répondais «Je suis satisfait de ma vitesse. Je ne veux pas être plus rapide'. Quand tu fais de la descente, ce n'est pas bon signe... Ne pas prendre de risque à chaque porte, ce n'est pas skier comme les meilleurs au monde, c'est seulement participer à une compétition.

«Je me disais «Ta tête n'est pas au ski, tu as peur, tu as peur de skier', a-t-il ajouté. Je me suis alors dit «Est-ce que c'est comme ça que ta carrière va se terminer? J'ai été victime de quelques chutes et maintenant je vais me laisser sortir du top-30 mondial?'» Samedi, la réponse d'Osborne-Paradis était de toute évidence 'non', puisqu'il a excellé et pris le deuxième rang de la descente de Kvitfjell, en Norvège, dans le cadre de la Coupe du monde de ski alpin.

L'Autrichien Hannes Reichelt a remporté l'épreuve avec seulement 30 centièmes de seconde de priorité sur Osborne-Paradis. Le champion du monde de super-G l'a emporté après avoir complété le parcours Olympiabakken en une minute et 29,65 secondes.

Le Britanno-Colombien, qui a triomphé à Kvitfjell il y a six ans, fut le plus rapide samedi, avec une vitesse de pointe qui a dépassé les 150 kilomètres à l'heure. C'est la deuxième médaille d'Osborne-Paradis cette saison, après celle d'argent acquise en descente à Lake Louise en Alberta.

En route vers le sommet, le Canadien s'est dit «Trouve le courage, trouve la volonté de gagner'.

«Je crois que j'y suis parvenu, a-t-il mentionné lors d'une conférence téléphonique. C'est la seule façon d'être rapide, en le voulant. Je me sentais bien aujourd'hui, mis à part le résultat... j'ai eu du plaisir à skier aujourd'hui. Laissez-moi vous dire que lorsque tu skies à 140 km/h et que tu ne veux pas skier à 140 km/h, alors tu as la frousse, la frousse de ta vie.»

L'Italien Werner Heel a fini en troisième place.

Reichelt a ainsi savouré sa deuxième victoire de suite en descente, rétrécissant du même coup son déficit à 24 points derrière le meneur au classement de la spécialité, Kjetil Jansrud, avec une seule course à faire au calendrier de la Coupe du monde. Il fut également le plus rapide de la première descente d'entraînement présentée jeudi, ainsi que lors des trois journées de compétitions, incluant la descente d'entraînement de Garmisch-Partenkirchen le week-end dernier.

Reichelt a 485 points de classement à l'approche de la dernière descente de la saison à Méribel, en France, le 18 mars. Il est donc parvenu à mettre de la pression sur les épaules de Jansrud, qui aurait pu s'adjuger le globe de cristal de la discipline devant ses compatriotes samedi.

Deux erreurs ont fait mal au Norvégien, qui a abouti en septième place à 0,54 seconde de Reichelt.

Un autre Canadien, Benjamin Thomsen, a terminé en 17e position. Ses compatriotes Morgan Pridy et Broderick Thompson ont respectivement pris les 48e et 56e échelons de l'épreuve. Le Québécois Dustin Cook, de Mont Sainte-Marie, n'a pas pris le départ de la première manche.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer