Judo: Arthur Margelidon, le spectateur qui devait être sur le tatami

Arthur Margelidon... (PHOTO JULIO CORTEZ, ARCHIVES AP)

Agrandir

Arthur Margelidon

PHOTO JULIO CORTEZ, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sportcom
RIO DE JANEIRO

Ce n'est pas dans les estrades, mais bien sur la surface de combat que le judoka Montréalais Arthur Margelidon devait se retrouver lundi, à l'aréna Carioca 2 de Rio. Officiellement qualifié dans l'équipe canadienne, l'athlète s'est blessé à l'entraînement en faisant chuter un adversaire 18 jours avant le tournoi des moins de 73 kg. Margelidon s'est fracturé la tête du radius du bras droit et son rêve olympique brésilien s'est envolé.

« Nous étions fatigués et je n'ai pas saisi mon adversaire comme à l'habitude. C'est rare un bras cassé au judo », explique-t-il.

Le père du judoka avait déjà acheté ses billets pour voir son fils et le voyage au Brésil était réglé, alors l'athlète a tout de même fait le déplacement à Rio, même s'il reconnaît avoir des sentiments partagés.

« Aujourd'hui [lundi], c'est la journée la plus difficile à regarder, car c'est celle où j'aurais dû me battre. J'essaie de voir ça du bon côté et de vivre l'expérience à travers les athlètes qui vont performer, question de voir à quoi ressemblent vraiment les Jeux », a soutenu le judoka rencontré par Sportcom lundi, quelques minutes avant le début des premiers combats. « Je fais ça pour ne pas être surpris une fois que j'arriverai à Tokyo. »

Lorsqu'on lui demande s'il a fait son deuil sportif, Margelidon croit que ce sera en soirée qu'il pourra reléguer aux oubliettes ce fâcheux incident. « J'aurais dû combattre et aller chercher une médaille, alors c'est la journée la plus difficile à vivre. Après, je pourrai tout mettre de côté et aller de l'avant. »

Et cela se fera rapidement, car dès que la cérémonie de remise des médailles sera terminée, le cycle olympique vers les Jeux de Tokyo 2020 sera entamé.

« Je ne peux pas m'apitoyer sur mon sort et pleurer n'est pas la meilleure chose à faire pour se relever. Je préfère voir ça comme quelque chose qui va me faire grandir. Je me suis laissé convaincre que tout arrive pour une raison et peut-être que ce n'était juste pas mon moment et que le mien sera à Tokyo pour aller chercher l'or. Et après la cinquième place d'Antoine [Bouchard], ça m'a donné encore plus de motivation! »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer