Revente de billets: Patrick Hickey accusé de complot à Rio

La police soutient que Patrick Hickey a conspiré avec... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

La police soutient que Patrick Hickey a conspiré avec un homme d'affaires pour transférer illégalement des billets à un vendeur non-autorisé, qui en faisait la revente à un prix élevé.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
Rio de Janeiro

Un procureur brésilien a déposé des accusations contre un dirigeant olympique haut placé en rapport avec une affaire de revente de billets qui s'est déroulée lors des Jeux olympiques de Rio, le mois dernier.

Marcos Kac, un procureur d'état, a dit mardi qu'il avait décidé d'accuser le président du Comité olympique irlandais, Patrick Hickey, et neuf autres personnes de revente de billets, de complot et de commerce à l'embuscade après avoir pris connaissance des conclusions de l'enquête policière.

«Nous avons assez de preuves liant Hickey à ce complot, a expliqué M. Kac à l'Associated Press. Ce sont des billets qui étaient vendus à des prix allant jusqu'à 8000$.»

Plus tôt dans la journée, les autorités ont révélé que Hickey, 71 ans, ne collaborait pas à l'enquête. Ce dernier n'a pas répondu aux questions des journalistes en sortant du poste de police de Rio.

Hickey a été emprisonné durant les Jeux olympiques. Il a été libéré la semaine dernière après qu'un juge eut déterminé qu'il ne représentait pas un risque pour l'enquête. Son passeport a été confisqué et il doit demeurer au Brésil jusqu'à ce qu'il subisse son procès.

La police soutient que Hickey a conspiré avec un homme d'affaires pour transférer illégalement des billets à un vendeur non-autorisé, THG Sports, qui en faisait la revente à un prix élevé. Le plan initial était d'empocher jusqu'à trois millions de dollars de cette manière.

Hickey a temporairement quitté son poste au sein du Comité olympique international.

Le président de THG Sports, Kevin James Mallon, a été arrêté le 5 août, mais a été remis en liberté comme Hickey. Il fait face aux mêmes accusations et doit demeurer au Brésil.

Les huit autres suspects sont des hommes d'affaires des compagnies Pro10 et THG Sports, qui ne sont pas au Brésil. Marcus Evans, qui détient la maison mère de THG Sports et le club de soccer anglais Ipswich Town, est l'un de ceux-là.

L'enquêteur Aloysio Falcao a révélé qu'il voulait discuter avec le président du CIO Thomas Bach à propos des échanges de courriels qu'il aurait eu avec Hickey en rapport avec les allocations de billets accordées à l'Irlande, mais il a appris que ce dernier a annulé son voyage au Brésil pour les Jeux paralympiques.

Le CIO a indiqué que Bach devait assister à des funérailles nationales en hommage à Walter Scheel, l'ancien président de l'Allemagne de l'Ouest.

Les enquêteurs ont aussi trouvé des éléments de preuve liant 35 autres comités olympiques nationaux au groupe de Marcus Evans. La police de Rio communiquera avec les autres gouvernements, mais ne poursuivra pas sa propre enquête.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer