Soccer: Neymar emmène le Brésil en demi-finale

Neymar a inscrit son premier but dans le tournoi des JO-2016 et ainsi guidé le... (REUTERS)

Agrandir

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Neymar a inscrit son premier but dans le tournoi des JO-2016 et ainsi guidé le Brésil vers les demi-finales en surmontant l'obstacle houleux de la Colombie (2-0), samedi à Sao Paulo.

Dans le dernier carré, la «Seleçao olimpica» affrontera le Honduras, mercredi au Maracana de Rio.

Après ses deux 0-0 initiaux contre l'Afrique du Sud et l'Irak qui lui avaient fait craindre une nouvelle humiliation, le Brésil est sorti du tunnel en battant le Danemark (4-0) et donc la Colombie (2-0).

Le rêve d'une conquête de son premier sacre olympique, de surcroît dans son mythique temple du «futebol», n'est plus si éloigné. Même si le Brésil se méfie des demi-finales disputées à domicile, après un certain 7-1...

Mais déjà, il fallait écarter la Colombie. Et entre Neymar et elle, le différend perdure.

Au Mondial-2014, le défenseur Zuniga l'avait sérieusement blessé d'un coup de genou dans le dos, le forçant à abréger son tournoi. A la Copa America 2015, à la fin d'un match de poule, il avait pris part à une altercation et récolté un carton rouge et quatre matches de suspension.

Samedi soir à Sao Paulo, le match Neymar-Colombie a donné lieu à des coups francs et moins francs, des fautes et des cartons jaunes, des échauffourées et des simulations.

L'issue était cette fois positive pour l'attaquant barcelonais, car c'est justement au bout d'un moment chaud qu'est arrivée son ouverture du score.

Palacios faisait une grossière poussette sur «Ney», et écopait d'un carton jaune, provoquant une première séquence de palabres véhéments. Neymar marquait sur le coup franc consécutif (10e), et comme décidément la soirée était violente, les Brésiliens défonçaient la barrière ceignant le terrain en s'écrasant dessus lors de leur célébration.

Contrat sur Neymar

Les dix dernières minutes de la première période tournaient carrément au contrat sur Neymar. C'était à quel Colombien aurait sa peau, ou plutôt sa cheville gauche.

Les Cafeteros savaient bien qu'il se l'était tordue mercredi contre le Danemark. Il était apparu le lendemain boitant bas, des électrodes sur la cheville endolorie.

Agression de Lerma précisément sur cette cheville gauche (39e). Carton jaune. Neymar se venge sur Roa et se voit lui aussi averti (41e). Éclate une échauffourée générale, impliquant certains membres des staffs.

Puis, alors que le ballon n'est plus là, Barrios  pousse du bras Neymar, qui s'écroule. Le Colombien prend un jaune (45e»1). Et à chaque prise de balle, le capitaine brésilien est séché plus ou moins violemment, par Pabon (faute, 45e»1) et Preciado, pour une faute (45e»2) et un carton (45e»3).

Score à la pause: 14-8 en fautes et 4-1 en avertissements en faveur de la Colombie.

La deuxième période rendait au foot ses droits, les esprits cette fois bien apaisés, même si les dernières minutes du match ont encore fait fleurir deux cartons jaunes pour des Colombiens, une fois que le match était plié et la frustration établie, avec pas mal de mots échangés entre adversaires.

Dans le jeu, les Brésiliens ont eu la maîtrise, comme lors de leurs précédentes sorties. Autour de Neymar meneur de jeu omniprésent, Gabigol et Gabriel Jesus ont eu peu d'impact, contrairement à Luan, récompensé d'un but sur une frappe lobée (84e).

A noter aussi l'abattage de Renato Augusto au milieu, et la défense toujours invaincue, en quatre matches. Le Brésil peut voir venir. Mais n'y est pas encore.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer