Dopage: Victor Conte fustige l'Agence mondiale antidopage

« Je pense que les athlètes aimeraient mieux être... (PHOTO PAUL SAKUMA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

« Je pense que les athlètes aimeraient mieux être propres. Mais pour l'instant, pour rester compétitifs, ils doivent se doper », dit Victor Conte, ancien propriétaire du laboratoire Balco. Au tournant du siècle, il a été impliqué dans un des plus grands scandales de dopage de l'histoire. Sur la photo, datant de 2004, Victor Conte se rend à son procès.

PHOTO PAUL SAKUMA, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(RIO DE JANEIRO) L'ancien propriétaire du laboratoire Balco, impliqué dans un des plus grands scandales de dopage de l'histoire, pense que le mouvement olympique et les autorités antidopage ont été trop cléments envers la Russie. Victor Conte juge que le Comité international olympique (CIO) et l'Agence mondiale antidopage (AMA) ne sont tout simplement pas crédibles dans leur lutte contre le dopage.

« Je crois sincèrement qu'ils ne veulent pas attraper les tricheurs. Alors quel message cela envoie-t-il aux athlètes ? Ils se disent que les compétiteurs se dopent, qu'ils ne seront pas pris, alors il faut se doper pour rester dans la course », a dit Conte en entrevue avec La Presse.

Dans le long entretien, Conte a également rappelé qu'il s'était entretenu avec l'avocat montréalais Richard (Dick) Pound en 2007. Au cours de cette rencontre dont le contenu est resté secret, Conte affirme avoir nommé plusieurs athlètes et agents impliqués dans le dopage. Ceux-ci n'ont jamais été inquiétés par l'AMA, et le procès-verbal de leur réunion a été détruit, accuse-t-il.

« Je sais que l'Agence mondiale antidopage ne veut pas voir la réalité en face. Qu'a-t-elle fait avec toute l'information que je lui ai donnée ? Elle l'a détruite. »

- Victor Conte, ancien propriétaire du laboratoire Balco

Conte est la deuxième personne en quelques jours à accuser l'Agence mondiale antidopage de mollesse dans sa lutte contre le dopage. Jeudi, l'ancien enquêteur en chef de l'AMA a affirmé que l'agence avait ralenti ses recherches et ignoré plusieurs de ses informations sur la Russie. Dans une entrevue à la BBC, Jack Robertson a dit que l'enquête de l'AMA sur le dopage russe n'a été déclenchée qu'après des révélations des médias.

Victor Conte est quant à lui connu pour avoir fondé le laboratoire Balco. Au tournant du siècle, il fournissait des stéroïdes à plusieurs athlètes de renom, dont Barry Bonds et Marion Jones. Conte a purgé en 2005 quatre mois de prison.

À sa sortie, il a lancé sa marque de suppléments sportifs, mais dit depuis ne pas enfreindre la loi. C'est à ce moment que la rencontre entre lui et Dick Pound, alors président de l'AMA, a été organisée. Conte était alors, et est toujours, considéré comme l'un des plus grands spécialistes des techniques de dopage.

La rencontre a eu lieu à New York. Les médias l'ont relatée à l'époque. Un article du Toronto Star notait ainsi « qu'aucun nom n'[avait] été mentionné » lors des discussions.

Dix ans plus tard, Conte affirme non seulement qu'il a donné plusieurs noms à Dick Pound, mais ajoute que celui-ci n'a jamais inquiété les personnes mises en cause. Vendredi, il a été impossible de parler à M. Pound pour corroborer les informations de M. Conte, malgré une demande d'entrevue faite à l'AMA.

« Je lui ai donné une tonne d'informations. Je lui ai dit, par exemple, que je savais qu'une technicienne d'un laboratoire de l'AMA en Europe acceptait des échantillons d'urine d'un agent représentant 24 athlètes de renom en athlétisme, explique Conte. Ils la payaient pour faire des tests avant les Mondiaux et les Jeux pour s'assurer que toute trace de drogue avait quitté le système des athlètes. »

« Cet agent est encore dans les affaires et il fait encore exactement la même chose », lance Conte.

UNE « MAJORITÉ ÉCRASANTE » DE DOPÉS

Conte affirme aussi avoir dénoncé la situation en Jamaïque. « Je connaissais des athlètes qui étaient partis s'entraîner en Jamaïque et s'étaient fait aborder par des gens qui fournissaient en produits dopants les sprinteurs jamaïcains », dit-il.

« J'ai donné le nom d'une femme en Jamaïque qui s'était adressée à un de mes athlètes, Dwain Chambers, en se présentant comme le Victor Conte de la Jamaïque. Elle donnait des agents dopants à une panoplie d'athlètes jamaïcains », ajoute Conte.

« J'ai dit tout ça à Dick Pound. Je lui ai même donné le numéro de téléphone de la dame. Et l'AMA n'a rien fait », déplore-t-il.

En 2013, des vérifications ont révélé que l'agence antidopage de Jamaïque (JADCO) n'avait à peu près pas testé les athlètes de l'île dans les six mois précédant les Jeux de Londres.

La rencontre de 2007 a duré trois heures et demie, se souvient Conte. « Il y avait un avocat américain sur place qui notait chacun de mes mots », indique-t-il.

Trois ans plus tard, il aurait reproché à Dick Pound de n'avoir rien fait avec toute l'information divulguée. Il lui aurait demandé de ressortir le procès-verbal de leur rencontre. « Quelques jours plus tard, il m'a rappelé et m'a dit que le procès-verbal de notre rencontre du 12 décembre 2007 avait été détruit », note Conte.

Ce dernier précise « avoir beaucoup de respect pour Dick Pound ». Il pense par contre que l'AMA n'a pas de réelle volonté de lutter contre le dopage.

« À mon avis, l'AMA n'a pas été créée pour attraper les tricheurs, ou pour sauvegarder la santé et la sécurité des athlètes propres. Elle a été créée pour réduire les risques de contrôles positifs et leurs effets sur l'argent des commanditaires. Ç'a toujours été une question d'argent. »

- Victor Conte

Il est toutefois d'accord avec la recommandation de l'AMA sur la Russie : bannir tous ses athlètes de Rio. Le Comité international olympique a finalement décidé de laisser à chaque sport le soin de trancher.

« La décision du CIO envoie un message de faiblesse. Je pense qu'il a commis une erreur. La dissension entre l'AMA et le CIO envoie un drôle de message », croit-il.

Selon lui, « une majorité écrasante des athlètes » présents à Rio s'est dopée dans les 12 mois avant les Jeux.

« Je pense que les athlètes aimeraient mieux être propres. Mais pour l'instant, pour rester compétitifs, ils doivent se doper », dit Victor Conte.

« Les Jeux olympiques sont une escroquerie, poursuit-il. Ils sont présentés comme une compétition juste et égalitaire entre les athlètes. Mais il n'en est rien. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer