Guy Lafleur: «Les joueurs exploitent les propriétaires»

Guy Lafleur (à droite) et Jacques Demers (à... (Photo: André Pichette, La Presse)

Agrandir

Guy Lafleur (à droite) et Jacques Demers (à gauche) se sont rappelé de bons souvenirs en compagnie d'Henri Richard lors du tournoi de golf annuel du Canadien, mercredi, à L'Île-Bizard.

Photo: André Pichette, La Presse

Partager

On peut souvent compter sur Guy Lafleur pour des déclarations incendiaires. C'est encore plus vrai quand un lock-out menace le sport qu'il aime tant, le sport qu'il a pratiqué pour un salaire qui n'a rien à voir avec la réalité d'aujourd'hui.

En raison du conflit de travail que l'on sait, il n'y avait pas un seul membre régulier du Canadien de 2012-13 au tournoi de golf du club, mercredi à L'Île-Bizard. Mais il y avait plusieurs anciens.

Et c'est l'ancien numéro 10 qui s'est chargé de voler la vedette.

«Ça devrait être 50-50... comme dans un divorce. Pas de chicane, tout le monde est heureux!», a lancé Lafleur, quand on lui a demandé de commenter et de proposer une solution au conflit de travail qui implique l'Association des joueurs et la Ligue nationale de hockey depuis le 15 septembre.

Comme ancienne gloire du CH, Lafleur suit de près ce qui se passe dans l'univers du hockey... et comme restaurateur aussi.

«J'espère que ça va se régler avant Noël, a-t-il ajouté. En tant que commerçant, ça affecte toutes les entreprises en rapport avec le hockey.»

Lafleur n'a pas hésité à critiquer les joueurs au passage, affirmant que la nouvelle réalité n'a rien à voir avec sa réalité à lui, celle qu'il connaissait jadis avec les autres hockeyeurs de son époque.

«C'est difficile pour nous de comprendre ce qui se passe... Une situation comme celle-là, ça n'existait pas dans notre temps. Les propriétaires exploitaient peut-être plus les joueurs qu'ils ne le font aujourd'hui. Aujourd'hui, ce sont les joueurs qui exploitent les propriétaires... C'est incompréhensible. Ce qu'ils vont perdre comme argent, ils ne le reprendront pas.»

Cette situation est encore plus frustrante pour Lafleur parce qu'au final, le dossier des anciens joueurs ne fait presque jamais partie de ces discussions. L'ex-numéro 10 a d'ailleurs tenu à rappeler que plusieurs anciens joueurs de son époque ont du mal à joindre les deux bouts.

«À l'âge de 45 ans, on devait recevoir 100 000 $ par année avec notre pension, a-t-il tenu à dire. Mais avec tout ce qui s'est passé concernant (Alan) Eagleson, je reçois 2000 $ par mois... C'est malheureux que L'Association des joueurs ne convient pas à offrir une petite compensation dans le fonds des anciens joueurs.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer