Le duel Subban-Weber remplace la guerre Halak-Price

Subban et weber discutant, en juillet dernier, lors... (Photo d'archives Alain Roberge, La Presse)

Agrandir

Subban et weber discutant, en juillet dernier, lors du camp de perfectionnement à Brossard.

Photo d'archives Alain Roberge, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
François Gagnon
La Presse

Une saison du Canadien serait bien incomplète sans une petite controverse... ou deux. Sorti grand gagnant de la guerre qui l'opposait à Jaroslav Halak l'an dernier, Carey Price peut dormir tranquille cette année. Ses performances éblouissantes et le rôle moins que mineur d'Alex Auld à titre d'adjoint l'assurent jusqu'ici d'une saison bien tranquille.

S'il n'y a pas le début d'un commencement de signe de controverse devant le filet, voilà que le duel Subban-Weber se profile pour succéder à la guerre Halak-Price de l'an dernier.

Après deux matchs suivis du haut de la galerie de presse, P.K. Subban saura plus tard demain s'il effectuera un retour au jeu demain soir alors que les Sénateurs d'Ottawa seront les visiteurs au Centre Bell.

Après deux matchs solides contre les Devils du New Jersey et les Sharks de San Jose, Yannick Weber est loin d'avoir ouvert la porte à un tel retour. La tenue irréprochable d'Alexandre Picard à sa gauche et celles plus solides encore des quatre autres membres de la brigade défensive, n'aident en rien le retour de Subban.

«Je vous l'ai dit vendredi et je ne peux que répéter la même chose aujourd'hui: oui je veux jouer, mais je dois mériter ma place. D'ici à ce que cela arrive, je dois travailler fort et prendre mon mal en patience», a répété plusieurs fois P.K. Subban dont le sourire resplendissant des premières semaines a perdu de son éclat au cours des derniers jours.

Jacques Martin a eu une longue discussion avec Subban samedi. Une discussion dont l'entraîneur-chef a refusé de dévoiler le contenu. Après l'entraînement lundi, il a parlé pendant quelques minutes avec Yannick Weber avant d'échanger quelques secondes avec Tom Pyatt.

Que conclure de ces discussions? Que Weber prolongera à trois sa série de matchs consécutifs à la ligne bleue? Qu'il sera muté à l'aile au sein d'un quatrième trio à la place de Pyatt. Que Subban suivra une troisième rencontre du haut de la tribune de presse?

«Nous prendrons les décisions quant à notre formation demain seulement», s'est contenté de dire Jacques Martin.

Match solide

Après une partie «facile» contre les Devils du New Jersey jeudi, Yannick Weber avait une commande plus ardue sur les bras samedi face aux Sharks de San José.

«C'était un plus gros défi. Les Devils en arrachaient et jouaient un style qui m'allait mieux. En plus, nous avons obtenu des attaques massives. San Jose a un club plus gros, ils nous ont repoussés souvent dans notre zone. Il y avait plus de batailles rangées et nous n'avons pas obtenu une seule attaque à cinq. C'était moins mon genre de match, mais c'est ce qui me rend le plus heureux. Car je crois avoir très bien fait en défensive», assurait Weber qui a récolté une passe et terminé son après-midi de travail avec un différentiel de plus 3.

«Yannick a très bien joué samedi. Il s'est dressé devant des gars comme Ryan Clowe et les autres gros attaquants des Sharks», a commenté Jacques Martin.

Est-ce à dire que Weber fait maintenant partie du grand club, voire de la rotation de défenseurs réguliers?

«Yannick, comme P.K., est un jeune joueur en pleine progression. Il y a neuf joueurs dans la LNH qui sont âgés de 21 ans et moins et qui ont disputé plus de 10 matchs cette saison. Nous en avons deux (Subban et Eller). Ces joueurs, comme Weber, doivent continuer à progresser. À mes yeux une saine compétition au sein de l'équipe est le meilleur facteur de motivation qui soit», a plaidé l'entraîneur-chef du Canadien.

Compétition prévisible

Yannick Weber a souri lorsqu'on lui a demandé de commenter la compétition qui l'oppose à P.K. Subban.

«C'était prévisible et nous en avons souvent parlé ensemble. On joue à la même position, on tire tous les deux de la droite, nous avons été repêchés la même année - Subban 43e et Weber 73e en 2007 - nous nous sommes affrontés dans les rangs juniors et avons été coéquipiers et bons amis à Hamilton. Le fait de se battre pour une même place ne change rien à notre amitié. Je suis toujours à l'hôtel et je me déplace avec lui à bord de sa voiture. J'espère qu'il ne changera pas d'idée», a conclu Weber qui a obtenu deux passes en deux matchs disputés au point d'appui.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:2500684:box

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer