Le rendement de Carey Price à la Coupe du monde soulage le CH

Carey Price... (Photo Nathan Denette, La Presse Canadienne)

Agrandir

Carey Price

Photo Nathan Denette, La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Laval

Sans se dire surpris de voir que Carey Price semble être au meilleur de sa forme depuis le début de la Coupe du monde de hockey, on pouvait quand même sentir un certain soulagement chez les joueurs du Canadien et son président Geoff Molson, mardi.

Le défenseur Jeff Petry, lui-même entièrement rétabli d'une hernie sportive pour laquelle il a été opéré en mars, ne s'est montré nullement étonné des performances de Price jusqu'à maintenant.

Le gardien du Canadien, qui devrait affronter les États-Unis mardi soir, a totalement fermé la porte à son coéquipier Tomas Plekanec et aux autres joueurs de la République tchèque dans un gain de 6-0, samedi.

«Tous les jours l'an dernier, il se rendait au gymnase dans le but de revenir au jeu et il faisait tout son possible pour reprendre sa place, a témoigné le défenseur originaire du Michigan avant de se rendre sur les allées du Club Laval-sur-le-Lac pour le traditionnel tournoi de golf du Canadien.

«Il n'est pas le genre de joueurs à rentrer à la maison et se détendre. Il a travaillé avec ardeur pour en arriver là où il en est en ce moment, et il n'y a rien d'étonnant de le voir offrir de telles performances. Mais je mentirais si je disais que je ne suis pas soulagé», a ajouté Petry.

«En effet, il joue avec beaucoup de brio, a renchéri Alex Galchenyuk. Il ressemble au Carey Price que nous connaissons, et personne n'est plus heureux que nous tous de le voir jouer à ce niveau.»

Brendan Gallagher a souri lorsque questionné sur le rendement de son compatriote de la Colombie-Britannique dans un tournoi de haut niveau, où l'intensité ne ressemble nullement à ce que l'on peut voir lors de rencontres préparatoires.

«Quand vous le regardez à la télé, c'est le même Carey que nous sommes habitués de voir depuis tant d'années. Il est tellement calme et en plein contrôle devant le filet. Vous pouvez voir à quel point les joueurs devant lui ont confiance et à quel point il leur rend la tâche facile. Il n'y a aucun doute que c'est plaisant à voir.»

Alors que plusieurs joueurs ont décidé de faire l'impasse sur la Coupe du monde pour soigner des blessures, Price avait fait savoir dès le printemps dernier qu'il comptait participer au tournoi. Cette décision a semé l'inquiétude chez certains partisans du Canadien, qui ne veulent pas voir l'équipe disputer une autre saison sans celui qui est devenu le joueur le plus indispensable du Tricolore.

«On ne s'inquiète jamais de la possibilité de subir des blessures, soutient Gallagher. Ça fait partie de notre profession. Lorsque vous sautez sur la patinoire, vous vous souciez de ce que vous avez à faire. Et l'été sert à travailler avec ardeur pour vous préparer à survivre pendant 82 matchs et à rester en santé pendant toute la saison. Je connais Carey, je sais tout le travail qu'il a consacré et on ne s'inquiète pas des blessures quand on le voit jouer de la sorte.»

Le président Geoff Molson était lui aussi d'avis que c'était approprié pour Price de revenir au jeu pendant la Coupe du monde.

«Ça ne m'inquiétait pas. Il aurait pu commencer l'année passée vers la fin de la saison, mais il n'était pas prêt. Il fallait commencer quelque part. Il a bien joué jusqu'à maintenant et ça fait du bien de voir ça. Il s'est beaucoup entraîné pendant les neuf derniers mois pour se préparer à retourner aux matchs et à jouer. C'est le meilleur gardien au monde, on veut qu'il reste en santé et on croise les doigts pour qu'il demeure en santé.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer