Filip Zadina veut être le meilleur

L'attaquant tchèque Filip Zadina aboutira-t-il dans l'organisation du... (PHOTO JEFFREY T. BARNES, ARCHIVES AP)

Agrandir

L'attaquant tchèque Filip Zadina aboutira-t-il dans l'organisation du Canadien ?

PHOTO JEFFREY T. BARNES, ARCHIVES AP

(Buffalo) Andrei Svechnikov ou Filip Zadina ? S'il est déjà acquis que le défenseur Rasmus Dahlin sera le tout premier joueur réclamé dans trois semaines à Dallas, la suite du repêchage de la LNH n'est pas aussi limpide.

Andrei Svechnikov... (PHOTO DHIREN MAHIBAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE) - image 1.0

Agrandir

Andrei Svechnikov

PHOTO DHIREN MAHIBAN, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Les Hurricanes de la Caroline parleront au deuxième rang, tout juste devant le Canadien (3e) et les Sénateurs d'Ottawa (4e). Les Hurricanes devraient alors choisir entre Svechnikov, qui a survolé la Ligue de l'Ontario cette saison, et Zadina, qui a excellé à Halifax. À moins qu'ils n'optent pour le fougueux Brady Tkachuk, de Boston University.

Cela dit, pour bien des observateurs, le débat du meilleur attaquant se joue entre Svechnikov et Zadina, probablement les deux plus grands talents purs parmi les avants de la cuvée 2018. Et le balancier penche le plus souvent en faveur de Svechnikov.

La Presse avait rendez-vous avec Zadina, hier, dans un restaurant aux abords du KeyBank Center, où a lieu le camp d'évaluation de la LNH. Au milieu d'une entrevue d'une vingtaine de minutes, on lui a donc tout bonnement demandé s'il avait pour objectif d'être le premier attaquant sélectionné cette année. Les joueurs ont tendance à être prudents face à ce type de question, mais Zadina s'est ouvert.

« Oui, évidemment, j'adorerais ça, a répondu le Tchèque de 18 ans. On verra ce qui arrivera. Il pourrait y avoir des transactions. Ça dépend des équipes, si elles aiment plus [Svechnikov] que moi. Il est très bon, c'est un joueur spécial. Nos habiletés sont du même niveau. On aura la surprise le 22 juin. »

Puis nous lui avons demandé de se comparer au Russe.

« Je l'ai affronté au Championnat du monde des moins de 18 ans, mais je le connaissais alors très peu. Mais au Mondial junior à Buffalo, je le savais très bien, les médias parlaient de lui comme du futur deuxième choix au repêchage. Oui, ça m'a motivé. Je suis très exigeant envers moi-même. Je veux être le meilleur partout où je passe. On s'est aussi affrontés dans le match des meilleurs espoirs du hockey junior canadien. »

« Chaque fois que je l'ai affronté, je crois avoir prouvé que j'étais meilleur que lui. »

Voilà un propos qui n'est pas banal ! Cela dit, les statistiques lui donnent raison. Le 26 décembre, au tour préliminaire du Mondial junior, Zadina a inscrit un but et une aide, aidant ainsi les Tchèques à battre les Russes 5-4. Svechnikov, lui, a été blanchi et limité à 11 minutes de jeu. Un mois plus tard, au match des meilleurs espoirs, Zadina a enfilé deux buts, ce qui a aidé Équipe Cherry à l'emporter 7-4 contre Équipe Orr. Svechnikov a été de nouveau tenu à l'écart de la feuille de pointage.

Au-delà de ces deux matchs, Zadina croit que lui et Svechnikov sont relativement « similaires ». « Nous sommes tous les deux ailiers, il a un assez bon tir, lui aussi. C'est dur de dire ce que je fais de mieux ou ce qu'il fait de mieux. »

Ce n'est pas un hasard si Zadina a tout de suite pensé à comparer les tirs. S'il y a une qualité du Tchèque qui ressort dans tous les rapports de dépisteurs, c'est son tir.

« Tout le monde m'en parle. C'est probablement ma plus grande force. J'ai toujours travaillé mon tir. J'ai toujours possédé ce talent, mais j'ai dû y travailler. Oui, j'ai un très bon tir, mais je veux avoir le meilleur dans la LNH. »

Comme il le dit, il veut être le meilleur partout où il passe...

Montréal et Plekanec

Si les Hurricanes repêchent Zadina au deuxième rang, il n'y sera pas en terrain inconnu. L'organisation compte en effet un autre espoir tchèque de premier plan dans ses rangs, Martin Necas, qu'elle a sélectionné au premier tour (12e au total) l'an dernier.

« On est de bons amis. On a joué ensemble au Championnat du monde junior et dans d'autres tournois. C'est un joueur spécial. On a une bonne cohésion. Il est centre et je suis ailier. S'ils me repêchent, on pourrait jouer ensemble. Ça serait bien. »

Necas n'a qu'un seul match d'expérience dans la LNH, disputé en début de saison dernière. Il est ensuite retourné en République tchèque pour y disputer le reste de la campagne.

Dans l'entourage du Canadien, Zadina connaît toutefois un joueur qui a à son actif 997 matchs de plus : Tomas Plekanec. Zadina l'a rencontré par l'entremise de son agent, et les deux compatriotes communiquent régulièrement depuis.

Plekanec n'est plus membre du CH depuis la transaction du 25 février dernier qui l'a envoyé à Toronto. Mais il aura l'occasion de revenir à Montréal le 1er juillet, quand il deviendra joueur autonome sans compensation. Si, bien sûr, le CH souhaite le rapatrier à ce moment-là.

« J'aimerais vraiment jouer dans la même équipe que Plekanec. Il serait mon mentor, ma gardienne [babysitter] ! C'est un joueur spécial, un des meilleurs Tchèques des dernières années », a dit Filip Zadina.

« Je sais qu'il y a de la pression sur l'équipe, car les gens s'attendent à des résultats, et je sais que les gens sont fâchés quand l'équipe est mauvaise. Je les comprends. Tout le monde veut une bonne équipe ! Mais on ne peut pas gagner tous les matchs. J'aimerais avoir ces partisans à tous les matchs. Les gradins sont toujours remplis. »

Zadina ignore évidemment si c'est chez le Canadien qu'il aboutira. Notons toutefois que Montréal faisait partie des 12 équipes qu'il rencontrait cette semaine. « [Les gens du Canadien] étaient très sérieux. Peut-être qu'ils seront mes patrons l'an prochain. »




la boite:1600166:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer