Mark Streit part sans regret

Après une carrière de 11 saisons dans la... (Photo Timothy T. Ludwig, archives USA TODAY Sports)

Agrandir

Après une carrière de 11 saisons dans la Ligue nationale, Mark Streit a choisi l'option de la retraite.

Photo Timothy T. Ludwig, archives USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Incapable de trouver du boulot dans la LNH, Mark Streit a décidé qu'il en avait assez.

Ainsi, après une carrière de 11 saisons dans la Ligue nationale, le défenseur suisse de 39 ans a choisi l'option de la retraite. Dans l'immédiat, il devra subir sous peu une opération à une épaule, à Philadelphie, avant de rentrer en Suisse au mois de décembre.

«Je n'arrête pas à cause de mon épaule, ce n'est pas la raison, a-t-il expliqué hier en entrevue téléphonique à La Presse. Je traîne ça depuis décembre dernier quand je jouais encore avec les Flyers, et un docteur m'avait alors conseillé de passer à la table d'opération une fois ma carrière terminée.»

Streit aurait pu poursuivre sa carrière sur les glaces d'Europe, mais après mûre réflexion, il a choisi de ne pas aller jouer en Suisse, où le club de Berne, sa ville natale, lui avait démontré de l'intérêt. Il ne portera pas non plus les couleurs nationales lors du prochain tournoi olympique, en février.

«Non, c'est vraiment terminé pour moi, a-t-il ajouté. Je voulais finir ma carrière dans la Ligue nationale, et c'est ce que je vais faire. Retourner jouer en Suisse, c'était une possibilité, et il y a eu des offres, mais après y avoir bien pensé, je préfère tout arrêter. J'ai gagné la Coupe Stanley la saison dernière avec les Penguins de Pittsburgh, et je me sens bien, je suis en bonne santé. Je crois que c'est le bon moment.»

«Ça n'a pas fonctionné à Montréal»

Streit reconnaît toutefois qu'il aurait préféré se retirer dans des circonstances plus heureuses. Cette retraite a été précipitée par la décision du Canadien, qui a choisi de mettre un terme à son contrat en le plaçant au ballottage le 12 octobre, après lui avoir accordé un contrat d'une saison pour 700 000 $ l'été dernier.

Malgré ce nouveau contrat, le vétéran défenseur n'a jamais vraiment semblé faire partie des plans du Canadien, et le club montréalais lui a montré la porte après lui avoir fait disputer seulement deux rencontres cette saison.

« Malheureusement, ça n'a pas fonctionné à Montréal, et je n'ai aucune idée de la raison, a-t-il répondu. Vous allez devoir aller poser ces questions au directeur général [Marc Bergevin].  Je suis allé à Montréal et j'étais prêt pour la saison, et ensuite, j'ai seulement pris part à deux matchs. Je pense que ça dit tout.»

«J'ai espéré et j'ai voulu y croire. Ça aurait été différent si j'avais pu prendre part à 10 matchs. En 10 matchs, tu as l'occasion de pouvoir montrer un peu ce que tu peux faire. L'équipe n'a pas connu un bon départ à la saison, je voulais aider, mais ça n'a pas été le cas. C'est la vie, et ce sont les affaires dans le monde du hockey. Je n'ai pas de mauvais sentiments.»

Pour un joueur de petite taille qui avait dû jouer en attaque et en défense à ses premiers pas dans la LNH, avec le Canadien lors de la saison 2005-2006, Mark Streit aura connu une carrière plus que respectable. C'est avec 786 matchs au compteur qu'il quitte la glace pour toujours, ayant récolté 96 buts et 338 passes pour 434 points lors de cette période.

Il part aussi sans le moindre regret.

«C'est le bon temps pour partir, a-t-il ajouté. Nous allons rester ici [à Philadelphie] jusqu'en décembre et nous allons rentrer en Suisse pour y célébrer Noël en famille. Je ne sais pas encore ce que je vais faire ensuite. On verra...»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer