Chris Neil dans la ligne de mire du Canadien?

L'agent de Chris Neil a confirmé à La Presse que... (Photo Adrian Wyld, archives PC)

Agrandir

L'agent de Chris Neil a confirmé à La Presse que le Canadien a démontré de l'intérêt pour son client.

Photo Adrian Wyld, archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À 38 ans et sans contrat, Chris Neil n'a pas encore fermé la porte sur la possibilité de disputer une 16e saison dans la LNH. Se pourrait-il que Montréal soit la solution?

L'agent de Chris Neil a confirmé à La Presse la rumeur ébruitée par le réseau Sportsnet, selon laquelle le Canadien a démontré de l'intérêt pour son client.

«Le Canadien fait partie des équipes qui ont démontré de l'intérêt cet été, a affirmé Todd Reynolds, en entrevue à La Presse. Chris a refusé des offres d'autres équipes pour des raisons familiales. Il souhaite demeurer proche de chez lui. Chris demeure dans la région d'Ottawa, donc vous comprenez qu'avec Montréal, le facteur géographique est important.»

Reynolds soutient que Marc Bergevin a offert un contrat d'essai (ce qu'Éric Gélinas détient en ce moment), mais que Neil vise un contrat à un volet dans la LNH. Le Tricolore n'a jamais déposé une telle offre, mais Reynolds sent que la situation peut encore changer. Qu'est-ce qui retarde les pourparlers?

«Ce serait une question pour Marc Bergevin, répond M. Reynolds. Mais il semble y avoir de l'intérêt des deux côtés pour que ça fonctionne.»

En attendant, Neil continue à s'entraîner dans la région d'Ottawa.

Production à la baisse

Dans une LNH de plus en plus axée sur la vitesse et la jeunesse, les joueurs au style comparable à celui de Neil sont en voie de disparition.

D'ailleurs, la saison dernière, le vétéran ailier n'a disputé que 53 matchs des Sénateurs, amassant quatre points. En séries, il a seulement participé à deux rencontres et a regardé les 18 autres du haut de la passerelle. Il a joué en moyenne 2 min 8 s dans ces deux matchs... En saison, cette moyenne était à peine de sept minutes.

En juin dernier, quand on a su que les Sénateurs ne souhaitaient pas renouveler le contrat de Neil, ce dernier a rejeté la responsabilité sur l'entraîneur-chef de l'équipe, Guy Boucher.

Cela dit, l'agent de Neil assure qu'il y a encore de la place pour son client dans la LNH. Il n'est pas évidemment pas neutre à 100% non plus...

«J'ai lu des commentaires de Rick Tocchet en Arizona aujourd'hui. Il disait que la façon d'intimider dans la LNH d'aujourd'hui était de patiner et de frapper. Tu mets de la pression, tu pousses l'adversaire à précipiter ses décisions. Ça, c'est une façon. L'autre façon, c'est par le respect. Chris est très respecté dans la ligue. Son leadership, ses habitudes de travail, sa façon de se comporter dans le vestiaire le rendent utile.»

Pour l'heure, un certain mystère persiste autour de l'identité du quatrième trio du Canadien pour amorcer la saison. Andrew Shaw, Torrey Mitchell et Paul Byron semblaient destinés à ce rôle à l'ouverture du camp, mais Shaw et Byron ont tous les deux grimpé dans la hiérarchie depuis. Mitchell et Ales Hemsky ont quant à eux perdu des plumes. C'est sans oublier Jacob De La Rose, qui progresse de jour en jour, et que le Canadien pourrait perdre au ballottage s'il n'est pas retenu. Peter Holland et Byron Froese sont deux autres candidats à des postes.

Difficile, donc, de voir où Neil cadrerait dans ce portrait.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • De mal en pis pour Alex Galchenyuk

    Hockey

    De mal en pis pour Alex Galchenyuk

    Alex Galchenyuk a amorcé les séries du printemps dernier au sein du quatrième trio. C'est à se demander où il amorcera la saison. »

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer