Québec garde espoir de ravoir ses Nordiques

Un amateur des Nordiques lors de l'inauguration de... (Photo Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil)

Agrandir

Un amateur des Nordiques lors de l'inauguration de la place Jean-Béliveau, devant le Centre Vidéotron, à Québec.

Photo Jean-Marie Villeneuve, Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Michel Lamarche
La Presse Canadienne
Québec

L'espoir de ramener le hockey de la LNH à Québec est toujours bien vivant dans la Vieille capitale. Mais l'engouement du début de la décennie, exacerbé par l'annonce de la construction d'un nouvel amphithéâtre, a cédé la place à un certain réalisme parmi les partisans du projet.

Lorsque Jérôme Landry et Mario Roy ont lancé des initiatives distinctes en ce sens, en 2010, la cible leur semblait à portée de vue. Quelque sept ans plus tard, les deux hommes n'ont pas perdu espoir de voir leur rêve se réaliser, mais ils constatent une baisse de l'effervescence au sein de leur communauté.

«Le "buzz" est moins fort. Ce n'est pas que les gens ne le souhaitent plus, mais ils ont le sentiment qu'on a fait tout ce qu'on avait à faire, et qu'on ne peut pas faire plus. Les partisans ont l'impression qu'ils ont fait leur part», affirme Landry, un animateur radiophonique et cofondateur de la Nordique Nation avec Denis Gravel et Patrice Demers.

Roy, agent d'assurances, est celui qui a été l'instigateur de la fameuse Marche bleue sur les Plaines d'Abraham au début d'octobre 2010. Cette manifestation d'amour pour le hockey et les Nordiques a attiré entre 50 000 et 75 000 personnes selon les diverses estimations qui ont circulé à l'époque.

«En 2010, je me disais que dans une fenêtre de cinq ou six ans, ce serait probablement très près d'être fait. Maintenant, ça fait sept ans. S'il faut que ça prenne encore deux ou trois ans, on va attendre. De toute façon, l'infrastructure est là. Tout est prêt», mentionne-t-il en faisant allusion au Centre Vidéotron, inauguré en 2015.

L'événement avait attiré d'anciennes gloires de l'équipe, dont les frères Stastny et Michel Goulet. Aujourd'hui établi à Denver, l'ancien prolifique marqueur des Nordiques est conscient que l'attente est longue et difficile.

«Aucun doute que Québec va être capable de supporter un club de hockey. J'en suis convaincu, dit Goulet. Quand je retourne en ville, on voit qu'il y a plus de monde et que la ville est en meilleure santé que jamais. Pour moi, c'est juste une question de temps, mais c'est dur de toujours devoir attendre.»

Comme Goulet, Roy continue de croire au retour des Nordiques même s'il note aussi une baisse de l'engouement. Il prône la patience, en s'appuyant sur ce qui est arrivé à Winnipeg en 2011.

«C'est sûr qu'on les voudrait l'année prochaine, nos Nordiques. Il faut être patient, attendre le bon moment. Dès qu'il y aura une conférence de presse pour annoncer le retour éventuel d'une équipe, Québec va s'allumer. J'en suis convaincu.»

En mettant sur pied la Nordique Nation, qui a sillonné les amphithéâtres de l'Amérique du Nord pendant plusieurs années pour étaler la passion du hockey des Québécois, Landry avait un rêve encore plus ambitieux que celui de son compatriote.

«Je me rappelle encore du midi lors duquel nous avons créé ça. Nous étions convaincus que nous étions à deux ou trois ans du retour des Nordiques, soit par une expansion ou un déménagement», mentionne-t-il aujourd'hui.

En attendant, et pendant que Las Vegas est sur le point de lancer sa saison inaugurale dans la LNH, le Centre Vidéotron sert de domicile permanent aux Remparts de Québec, de la LHJMQ. Lundi soir, il sera la scène du premier de deux matchs hors-concours du Canadien de Montréal, un de plus que par les années passées, contre Patrice Bergeron et les Bruins de Boston. Le 27 septembre, ce sera au tour des Maple Leafs de Toronto de faire escale dans la Vieille capitale.

À première vue, il n'y a pas ruée aux guichets pour la rencontre de lundi, ce qu'a lui-même constaté Landry. Mais il y sera, après avoir acheté une paire de billets à 147,50 $ l'unité, un prix qu'il juge élevé surtout pour un match préparatoire. Et il compte aussi être présent pour la visite des Maple Leafs.

«Il faut que je sois cohérent. Ça fait des années que je répète que Québec est un bon marché potentiel pour la ligue, que nous avons les ressources financières pour soutenir ce produit, pour soutenir une équipe, pour payer les billets. La LNH s'en vient, je vais être là. Je vais joindre l'utile à l'agréable et je vais y aller avec mon fils qui est un partisan des Bruins, comme moi.»

En raison d'un conflit d'horaire, Mario Roy comptait se limiter à assister au match contre la formation de la Ville Reine. Toutefois, il se demande si les amateurs de hockey de Québec vont continuellement piger dans leur portefeuille, bon an mal an, pour assister à ces matchs sans réelle signification.

«On n'a plus de démonstration à faire aux yeux de la Ligue nationale de hockey. Ceci dit, je souhaite qu'il y ait du monde dans l'amphithéâtre, lundi. Cependant, il ne faudra pas demander aux gens de Québec de payer le prix régulier d'un billet pour aller voir des équipes C et D toutes les années. À un moment donné, il va y avoir de l'essoufflement», prévient-il.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer