• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > L'ancien DG des Nordiques Maurice Filion s'éteint à 85 ans 

L'ancien DG des Nordiques Maurice Filion s'éteint à 85 ans

Dépisteur, entraîneur-chef et directeur général des Nordiques, Maurice... (PHOTO ROBERT NADON, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Dépisteur, entraîneur-chef et directeur général des Nordiques, Maurice Filion a connu tous les grands moments de l'équipe québécoise dans l'Association mondiale et dans la Ligue nationale.

PHOTO ROBERT NADON, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ancien directeur général des Nordiques de Québec Maurice Filion est décédé vendredi à l'âge de 85 ans.

Maurice Filion alors qu'il occupait le poste de... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Maurice Filion alors qu'il occupait le poste de préfet de discipline de la LHJMQ.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Maurice Filion a été embauché à titre de... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSSE CANADIENNE) - image 1.1

Agrandir

Maurice Filion a été embauché à titre de dépisteur par les Nordiques, en 1972.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSSE CANADIENNE

Né à Montréal, Maurice Filion a côtoyé les meilleurs joueurs de hockey à Québec, des Remparts et des Nordiques, pendant 20 ans.

Filion a accepté l'offre de Paul Dumont de diriger les nouveaux Remparts en 1969. Il avait tâté le succès avec les Rangers de Drummondville, mais pas comme il l'a fait à Québec.

Filion a dirigé les Guy Lafleur, Jacques Richard, André Savard, Réjean Giroux, Jacques Locas et Pierre Roy chez les Remparts. Ils n'ont perdu que sept de leurs 62 matchs en saison régulière et conclu 1970-1971 en remportant la Coupe Memorial. Vingt ans plus tard, dans L'Ombre et la Lumière, Lafleur a écrit que Filion était le meilleur entraîneur junior au Québec de son époque.

Filion préférait vanter ses équipiers. « À certains moments, je me surprenais à les regarder réussir leurs exploits comme si j'étais un amateur dans les gradins. Ils étaient tellement beaux à voir », s'est rappelé Filion un jour.

Il était juste et traitait tout le monde de la même façon. « Personne n'était plus gros que le club, a déjà dit Lafleur. Maurice n'accordait aucun traitement de faveur. Je me souviens d'un match pendant le temps des Fêtes, à Verdun. Maurice nous avait promis qu'on pourrait retourner à la maison si on gagnait. Mais on avait perdu. J'avais pris la décision d'aller quand même à Thurso. Maurice, pas de bonne humeur, m'avait dit que j'étais mieux d'être sur la patinoire à 11 h le lendemain pour l'entraînement habituel. Je suis allé à Thurso mais, pris de remords, j'ai repris la route et j'étais sur la patinoire à 11 h. C'était ça, les Remparts, Une affaire de famille. »

Après trois ans avec les Remparts, Filion est passé aux rangs professionnels. En 1972, l'Association mondiale a vu le jour et les Nordiques ont embauché Filion à titre de dépisteur, mais pas pour longtemps. Filion a succédé à Maurice Richard derrière le banc après... le premier match local. « On a vite réalisé que Maurice Richard était mal dans sa peau, a déclaré Filion. Mettez-vous à sa place : il passait d'une organisation gagnante de la Coupe Stanley à une équipe pas trop forte évoluant dans une nouvelle ligue. Pour lui, c'était le jour et la nuit.

« Si je reste, je serai un poids à porter, m'avait-il dit en mettant les valises dans son auto le jour de sa démission. Au lieu de nuire, je pars. Maurice n'était pas un hypocrite. On ne pourra jamais l'accuser de manquer de franchise. »

Filion occupait le poste de directeur général des Nordiques lorsque, en 1977, ils ont remporté la Coupe Avco, décernée aux champions de l'AMH. Jean-Claude Tremblay, Serge Bernier, Marc Tardif, Réal Cloutier et Richard Brodeur formaient le coeur de l'équipe.

L'AMH a fermé boutique en 1979, mais quatre de ses équipes ont joint les rangs de la Ligue nationale : les Oilers d'Edmonton, les Jets de Winnipeg, les Whalers de Hartford et les Nordiques.

Les rivalités

Dans la LNH, les Nordiques ont perdu leur premier match à domicile, 5-3 devant les Flames d'Atlanta, et leur premier à l'étranger, 3-1 au Forum. Ils ont gagné à leur troisième match, 5-2, au Colorado, contre les Rockies.

Après une saison de 25-44-11 à leurs débuts dans la LNH, les Nordiques ont porté un grand coup en attirant Peter, Marian et Anton Stastny en 1980. Les trois frères ont fui leur Tchécoslovaquie natale, avec l'aide de Marcel Aubut et Gilles Léger. Poursuivis par des agents secrets tchécoslovaques, ils se sont réfugiés à l'ambassade canadienne à Vienne avant de s'envoler pour Amsterdam, puis Montréal.

Ragaillardis par Peter et Anton, les Nordiques ont participé aux séries éliminatoires une première fois, en 1980-1981.

Tout en agissant comme directeur général des Nordiques, Filion a repris du service derrière le banc en 1980. L'expérience n'a duré que six matchs et Filion a laissé sa place à Michel Bergeron, le Tigre indomptable.

Bergeron a attisé la rivalité Montréal-Québec déjà intense. O'Keefe d'un côté, Molson de l'autre. Bergeron dans un camp, Jacques Lemaire dans l'autre.

Filion et les partisans des Nordiques ont vécu les moments les plus satisfaisants en 1982 et 1985. L'équipe québécoise a accédé à la troisième ronde, éliminant chaque fois le Canadien au passage.

Sous l'ère de Filion, les Nordiques ont aussi été sortis des séries deux fois par le Canadien. Aucune élimination n'a fait plus mal que celle de 1987. Dans le cinquième match de la division Adams, l'arbitre Kerry Fraser a refusé un but à Alain Côté, des Nordiques, - une décision très controversée - et le Canadien l'a emporté 3-2. Le Tricolore a triomphé en sept rencontres.

Les Nordiques ont été exclus des séries dans les cinq saisons suivantes. Filion les avait quittés quand ils sont revenus en séries en 1993. Ils ont alors été évincés par le Canadien en première ronde.

Filion est demeuré associé au sport, à titre de président de l'équipe de football du Rouge et Or de l'Université Laval, puis en qualité de préfet de discipline de la LHJMQ. Il a pris sa retraite en 2005. La LHJMQ l'a honoré en 2005-2006 en instaurant le trophée Maurice-Filion, remis au meilleur directeur général de la ligue.

« Un gars ne peut jamais être gagnant en occupant le fauteuil de préfet de discipline, a révélé Filion, nouvellement retraité. Tout le monde m'en voulait après une décision controversée. Presque tout le monde respectait ce que je faisais. C'était ma grande satisfaction. »

Des moments importants de sa carrière

>>> Maurice Filion a conduit les Remparts de Québec à la conquête de la Coupe Memorial en 1971. Guy Lafleur, Jacques Richard, André Savard et Réjean Giroux formaient le noyau de l'attaque.

>>> Il a succédé à Maurice Richard comme entraîneur-chef des Nordiques, de l'Association mondiale, en 1972 après... le premier match local.

>>> Il a aussi dirigé les Nordiques dans la Ligue nationale... le temps de six matchs. Michel Bergeron a hérité de sa place.

>>> Il a agi comme président de discipline de la Ligue junior majeur du Québec. La LHJMQ l'a honoré en instituant le trophée Maurice-Filion, remis au meilleur directeur général.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer