Hockey féminin: le Canada écrase la Russie 8-0

Blayre Turnbull trébuche sur Anna Shukina devant la... (Photo Carlos Osorio, AP)

Agrandir

Blayre Turnbull trébuche sur Anna Shukina devant la gardienne Maria Sorokina.

Photo Carlos Osorio, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Donna Spencer
La Presse Canadienne
PLYMOUTH, Michigan

Le Canada s'est qualifié pour les demi-finales du Championnat du monde de hockey féminin, avec le coup de pouce de leurs meilleures ennemies.

La victoire de 8-0 du Canada aux dépens de la Russie combinée à la défaite de 5-3 de la Finlande en temps réglementaire contre les États-Unis lundi soir a permis aux Canadiennes d'atteindre le carré d'as, en compagnie des Américaines.

Les États-Unis ont conclu la phase préliminaire au sommet du groupe A avec une fiche de 3-0, et la Finlande s'est retrouvée en triple égalité en deuxième place avec le Canada et la Russie en vertu de leurs dossiers identiques de 1-2.

Les Canadiennes ont terminé deuxième de leur groupe à cause du différentiel de buts, supérieur à celui de la Finlande, qui a fini troisième, et de la Russie, quatrième.

L'Allemagne et la Suède ont respectivement pris les premier et deuxième échelons du groupe B à 2-1. Les Allemandes affronteront la Russie, tandis que les Finlandaises croiseront le fer avec les Suédoises mardi soir en quarts de finale. Les médailles seront remises vendredi.

Le Canada et les États-Unis se sont affrontés en finale du Mondial de hockey féminin à 17 reprises, et les représentantes de l'unifolié ont triomphé en 10 occasions.

Une défaite surprise de 4-3 contre la Finlande plus tôt dans la phase préliminaire avait contraint le Canada à espérer un coup de pouce des Américaines pour obtenir une journée de repos supplémentaire.

Mais les Canadiennes ont fait leur part pour demeurer dans la course à l'obtention d'un laissez-passer pour les demi-finales. Elles devaient battre la Russie par deux buts, mais ont finalement malmené les gardiennes russes après avoir éprouvé des ennuis en attaques lors des deux matchs précédents.

Les joueuses canadiennes ont toutefois dû déployer les efforts pour y parvenir. Car ça prend du sang-froid pour se dresser devant un lancer frappé de Jennifer Wakefield.

C'est exactement ce qu'a fait Haley Irwin, permettant au Canada de connaître un départ canon et d'enregistrer une victoire écrasante de 8-0 contre la Russie.

«Si une gardienne ne peut voir le tir, alors c'est plus difficile de l'arrêter, a expliqué Irwin. C'est difficile de se mettre dans la trajectoire d'un tir, car tu sais que tu vas payer le prix devant le filet, mais tu seras récompensée.

«Je crois que j'ai été chanceuse aujourd'hui. Je n'ai été atteinte qu'une seule fois. Parfois, la rondelle te frappe plus souvent. J'ai discuté un peu avec elle afin qu'elle baisse son tir. Tout a bien été.»

Wakefield a marqué deux buts et amassé une mention d'aide pour permettre au Canada de conclure la phase préliminaire dans le groupe A avec une fiche de 1-2.

Les Canadiennes doivent maintenant attendre le résultat du match entre les États-Unis (2-0) et la Finlande (1-1) en soirée afin de connaître l'identité de leur adversaire en éliminatoires.

Emily Clark, Natalie Spooner, Erin Ambrose, Brianne Jenner, Meghan Agosta et Sarah Potomak ont également toutes noirci la feuille de pointage pour le Canada.

La gardienne no 1 du Canada, Shannon Szabados, a repoussé 17 tirs en route vers le jeu blanc, à son deuxième départ du tournoi.

La gardienne russe Maria Sorokina a cédé à six reprises sur 35 lancers avant d'être remplacée par Nadezhda Alexandrova en troisième période. Alexandrova a accordé deux buts supplémentaires en six tirs pour les Russes (0-3).

Les Canadiennes étaient les favorites dans ce match - la Russie n'a jamais vaincu les représentantes de l'unifolié en hockey féminin auparavant -, et elles avaient besoin de cette victoire pour reprendre confiance, après deux défaites consécutives en début de tournoi.

«C'était une belle opportunité pour nous définir comme équipe, a mentionné l'entraîneuse canadienne Laura Schuler. Ils croient dans notre plan de match.

«Nous avons discuté de la bonne manière d'inscrire des buts, et ceux que nous avons marqués étaient le résultat des petits détails qui sont essentiels au succès d'une équipe.»

Le Canada a inscrit plus de buts que lors de ses deux premiers matchs combinés, dont quatre en avantage numérique, et il a neutralisé deux supériorités numériques russes en début de deuxième tiers.




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer