La passion de Jaromir Jagr

Malgré son âge avancé (45 ans), Jaromir Jagr... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Malgré son âge avancé (45 ans), Jaromir Jagr n'a visiblement pas l'intention de prendre sa retraite, même si son contrat expire à la fin de la saison.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Sunrise, Floride) Ce matin à l'entraînement des Panthers, Jaromir Jagr a été parmi les premiers à rentrer au vestiaire. Une dizaine de minutes plus tard, ses coéquipiers ont commencé à l'imiter.

Les journalistes se sont alors dirigés vers le vestiaire des Panthers, où il a fallu attendre cinq autres minutes. Personne ne se faisait d'illusions. Au moment où les portes s'ouvriraient, le casier de Jagr serait vide. «Il est probablement déjà au soleil dans sa décapotable!», a blagué un collègue.

Jagr a confondu les sceptiques. À l'ouverture des portes, il était assis confortablement à son casier, n'avait enlevé que ses gants et son casque, et transvidait d'un verre à l'autre le breuvage qu'il boit après ses entraînements.

«C'est un des gars les plus lents. Il fait toujours ça», explique un relationniste de l'équipe.

Jagr est rendu à 45 ans. «16 buts, une quarantaine de points [43]», a rappelé son entraîneur-chef et directeur général, Tom Rowe, en admiration. 

Malgré son âge avancé, Jagr n'a visiblement pas l'intention de s'arrêter là, même si son contrat expire à la fin de la saison. «De la façon dont je vois ça, je joue déjà dans le futur, a blagué le numéro 68.

«J'aime toujours autant le hockey et chaque fois que je saute sur la patinoire, je pense encore à m'améliorer. Ça n'a pas changé dans les 20 dernières années. La passion est toujours là et je crois que je peux encore travailler pour devenir meilleur. J'adore le hockey, donc on verra.»

S'il revient bel et bien en 2017-2018, le fera-t-il en Floride? Rowe a refusé de se prononcer, mais Jagr a clairement dit qu'il aimait sa situation.

«J'ai aimé jouer pour cette équipe dès le premier jour. Ils ont été très bons pour moi pour moi en me donnant une chance après avoir conclu une transaction pour m'obtenir. J'ai pu jouer avec de bons jeunes joueurs talentueux. J'adore ma situation ici et rien n'a changé même si nous ratons les séries.»

Aimer son travail

Jagr vient au troisième rang de la LNH pour les buts (765). Il devra jouer deux autres saisons pour marquer les 36 buts qui le séparent de Gordie Howe, mais on le voit mal rattraper Wayne Gretzky et ses 894 filets.

Il totalise 1911 points, ce qui fait de lui le meilleur «des autres». Gretzky en compte 2857. Au mieux, il pourrait prendre le premier rang pour les matchs joués la saison prochaine. Il lui en manque 60 pour rejoindre Howe au premier rang.

Jagr a remporté la Coupe Stanley à deux reprises.

Avec ce bilan, qu'est-ce qui pousse un joueur à s'accrocher au hockey?

«Si tu me poses cette question, c'est que tu ne comprends pas réellement ce que le hockey signifie pour moi, a-t-il répondu à un collègue. Le hockey, c'est ma vie. J'adore le hockey. C'est un peu comme si je te disais que tu as 70 ans et que la plupart de tes amis sont morts. Souhaiterais-tu vivre une année de plus? Si tu veux encore vivre, alors moi, je veux encore jouer au hockey. C'est pareil.»

L'auteur de ces lignes lui a alors rappelé que tous les joueurs de la LNH aiment le hockey, mais qu'ils ont souvent d'autres intérêts qui les amènent à accrocher leurs patins, même si le corps suit encore.

«Certaines personnes aiment leur travail plus que d'autres, a-t-il répondu. Ce n'est pas seulement au hockey. C'est la même chose pour vous, dans les médias. Personne n'est pareil. C'est un travail ou une passion. Pour moi, c'est une passion.»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer