Caroline Ouellette s'approche d'un autre record

Caroline Ouellette n'est qu'à un but de devenir la... (Photo PC)

Agrandir

Caroline Ouellette n'est qu'à un but de devenir la meilleure marqueuse de l'histoire de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF).

Photo PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Donna Spencer
La Presse Canadienne

Les coéquipières de Caroline Ouellette sont prêtes. Elles veulent qu'elle ait un souvenir de la page d'histoire qu'elle s'apprête à écrire en hockey féminin.

Ouellette n'est qu'à un but de devenir la meilleure marqueuse de l'histoire de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF). Avec ses 130 buts, l'attaquante des Canadiennes de Montréal se retrouve à égalité avec l'attaquante du Thunder de Brampton Jayna Hefford, maintenant retraitée.

Il ne reste que quatre parties à jouer à la saison des Canadiennes, incluant une série de deux matchs contre les Furies de Toronto, samedi et dimanche.

Si elle parvient à marquer ce but historique, Ouellette ne pensera sûrement pas à s'emparer de la rondelle, mentionne sa coéquipière Lauriane Rougeau.

«Elle ne se dirigera pas vers la rondelle pour la prendre, a exprimé Rougeau, en entrevue à La Presse canadienne. Je crois que nous allons nous battre pour savoir qui lui remettra l'objet.»

Ce ne sont pas les trophées, les médailles ou les sommets en carrière qui poussent Ouellette à continuer de jouer au hockey.

«J'adore les émotions que me procurent les parties serrées et de contribuer aux succès de mon équipe en faisant un beau jeu offensif ou en bloquant un tir, a affirmé Ouellette. Ce sentiment que nous avons en tant qu'athlète, ces frissons quand un but important est marqué, c'est ce qui va me manquer quand je prendrai ma retraite.»

Âgée de 38 ans, Ouellette a déjà atteint un impressionnant plateau en devenant la première joueuse de la LCHF à enregistrer 300 points en carrière, le 11 décembre. Elle avait amassé deux aides dans un gain de 5-3 contre l'Inferno de Calgary, les championnes en titre de la coupe Clarkson.

Elle avait été blanchie de la feuille de pointage la veille, lors d'une défaite de 1-0 en tirs de barrage contre l'Inferno. Près de 6000 spectateurs s'étaient réunis au Centre Bell pour assister à ce duel.

«Nous avons travaillé si fort pour promouvoir cette ligue. Selon moi, c'était un gros test pour le hockey féminin», a insisté Ouellette.

La native de Montréal a obtenu 15 buts et 16 mentions d'aide en 20 parties cette saison dans l'uniforme des Canadiennes. Elle fait partie des invitées à prendre part au match des étoiles de la LCHF, qui se déroulera au Air Canada Centre de Toronto, le 11 février.

«Caro est comme le bon vin. Elle est meilleure avec l'âge, a comparé Rougeau. C'est une compétitrice féroce. Nous le voyons lors de chaque match cette saison. Elle veut marquer le prochain but. C'est ce qui est reflété dans ses statistiques.»

Ouellette a mis la main sur trois coupes Clarkson, en 2009, 2011 et 2012, et elle a amassé 308 points en 168 parties en carrière.

Elle est une des cinq athlètes au monde à remporter une médaille d'or lors de quatre Jeux olympiques d'hiver consécutifs. Ses anciennes coéquipières Hayley Wickenheiser, qui a pris sa retraite le mois passé, et Hefford font partie du nombre.

Ouellette occupe le troisième rang de l'équipe canadienne au chapitre des points, derrière Wickenheiser et Hefford. En 220 rencontres internationales, elle a enregistré 87 buts et 155 mentions d'assistance.

Pendant encore combien de temps jouera-t-elle au hockey? Elle pense à cette décision «d'année en année».

«Je pense que je vais effectuer une transition vers le poste d'entraîneuse. J'ai déjà amorcé ce processus, a-t-elle dit. Mon objectif serait d'un jour revenir au sein de l'équipe nationale, mais en tant qu'entraîneuse.»




publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer