La rentrée de Nikita Nesterov

Nikita Nesterov a joué en moyenne 16 minutes par... (Photo Tim Heitman, archives USA TODAY Sports)

Agrandir

Nikita Nesterov a joué en moyenne 16 minutes par match cette saison avec le Lightning de Tampa Bay.

Photo Tim Heitman, archives USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Canadien devrait avoir amplement de forces fraîches en défense pour attaquer la dernière ligne droite de la saison.

Il reste 32 matchs à disputer au Tricolore, en incluant celui de ce soir contre les Sabres de Buffalo. Et après avoir dû composer avec une formation dépareillée depuis deux mois, Michel Therrien peut commencer à voir la lumière au bout du tunnel.

Ce sera particulièrement vrai à la ligne bleue. Acquis jeudi du Lightning de Tampa Bay, Nikita Nesterov fera ses débuts avec le Tricolore. Ce sera pour lui l'occasion d'un nouveau départ, puisqu'il n'a disputé que 35 matchs à Tampa cette saison, à raison de 16 minutes par match.

«Je suis content d'être ici, c'est une belle ville, une bonne équipe», a déclaré Nesterov au cours d'un point de presse plutôt bref, hier, puisque l'anglais du nouveau venu du CH est limité.

On en sait bien peu sur Nesterov, si ce n'est qu'il a un certain talent offensif caché. Son ancien coéquipier du Lightning Victor Hedman en a parlé en fin de semaine, et Mark Barberio l'a réitéré hier. «Il a l'habileté de créer des jeux et il joue en confiance avec la rondelle.»

Par contre, des doutes sur son ardeur au travail ont parfois été soulevés. Seul le temps dira s'ils étaient légitimes. À Montréal, il repartira à zéro, puisque Michel Therrien assure - comme il l'avait dit pour Alexander Radulov - qu'il ne s'attarde pas à la réputation de ses nouveaux joueurs.

«Je l'ai rencontré, je lui ai expliqué nos standards, a raconté Therrien. Il est très au courant. Avec les performances, on prendra les décisions. Ce sera une occasion pour lui. Dans le passé, il y a de belles histoires, des genres de joueurs comme ça dont on a soutiré le maximum. On espère faire la même chose avec lui.»

Congestion

Andrei Markov et Greg Pateryn s'approchent eux aussi d'un retour, puisqu'ils ont retrouvé leurs coéquipiers à l'entraînement, hier. Therrien a confirmé que Pateryn devra patienter encore, mais il n'exclut pas la possibilité d'un retour de Markov dès aujourd'hui. 

«C'était son premier entraînement, j'aurai une discussion avec lui et on prendra une décision avant l'entraînement [de ce matin]. Je ne peux pas me prononcer, mais [c'est de bon augure]. Je veux d'abord m'asseoir avec lui», a tempéré l'entraîneur-chef, en anglais.

Markov et Pateryn sont absents depuis décembre, tandis que Nesterov a sauté plusieurs tours à Tampa. Avec la semaine de relâche à compter du 12 février, la fatigue ne devrait pas être un problème à la ligne bleue du Canadien d'ici aux séries éliminatoires.

Le jour de la marmotte

Ils sont défenseurs. Ils sont gauchers. Ils ont des capacités offensives. Ils n'ont que trois ans de différence.

Par leur style de jeu, leur âge et leur position dans la hiérarchie, Nesterov et Barberio ont longtemps été en compétition chez le Lightning. «On luttait pour les postes de défenseur numéro 5, 6, 7», se souvient Barberio.

Voilà que le manège pourrait recommencer pour eux à Montréal.

Quand Markov reviendra au jeu (ce soir ou très bientôt), ils seront en effet cinq gauchers dans le giron de l'équipe, avec Nesterov, Barberio, Alexei Emelin et Nathan Beaulieu. Comme Markov, Emelin et Beaulieu ne devraient pas être inquiétés pour leur poste, c'est donc dire que Barberio et Nesterov devraient se retrouver en lutte pour le poste à droite au sein du troisième duo, avec Pateryn, un droitier naturel. Les deux premières cases à droite sont occupées par Shea Weber et Jeff Petry.

«C'est bon. Avec l'équipe qu'on a, c'est important d'avoir de la profondeur. Les choses changent vite dans une saison. La compétition, ça garde tout le monde sur le droit chemin», a souligné Barberio.

Pateryn, lui, voit également la compétition s'intensifier devant lui. Au moment de se blesser, le 6 décembre, il venait de disputer six matchs de suite, après avoir été laissé de côté à quelques reprises. Sans dire qu'il avait cimenté son poste, disons qu'il commençait à jouir d'un brin de stabilité, chose qu'il n'a pas vraiment vécue depuis son arrivée à Montréal.

«Le côté importe peu. Certaines équipes ont cinq ou six défenseurs gauchers. Être droitier ne garantit pas que tu auras une place, a reconnu Pateryn. Je ne pense pas trop à ça, je veux surtout me concentrer à revenir, et tout rentrera dans l'ordre.»

Une première victime

En attendant que la situation s'éclaircisse, le surplus de défenseurs a déjà fait une victime chez le Canadien. Zach Redmond a été soumis au ballottage, hier. Les équipes ont donc jusqu'à midi aujourd'hui pour le réclamer.

Quand Markov et Pateryn seront entièrement rétablis, le Tricolore comptera donc sur huit défenseurs de la LNH en santé. À moins d'une transaction, le ballottage pourrait être de nouveau une option, puisque Marc Bergevin n'a pas l'habitude de garder huit arrières dans l'entourage de l'équipe.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer