Le CH contre des Sénateurs qui ne marquent pas

Les Sénateurs d'Ottawa n'ont marqué que cinq buts en... (Photo Patrick Woodbury, Le Droit)

Agrandir

Les Sénateurs d'Ottawa n'ont marqué que cinq buts en temps réglementaire à leurs quatre derniers matchs.

Photo Patrick Woodbury, Le Droit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les grands experts le disent, pour gagner au hockey, il faut marquer des buts. Mais cette simple règle échappe aux Sénateurs d'Ottawa.

Ces Sénateurs, les visiteurs ce soir au Centre Bell, n'ont marqué que cinq buts en temps réglementaire à leurs quatre derniers matchs. Pire encore, à huit reprises cette saison, ils n'ont pu faire mieux qu'un seul but lors d'un même match. Les joueurs d'Ottawa n'ont d'ailleurs marqué que 40 buts cette saison, et dans l'Association de l'Est, seuls les Sabres de Buffalo ont fait pire à ce chapitre. 

«La prochaine étape, c'est de jouer avec des filets de soccer, a ironisé l'entraîneur Guy Boucher ce midi au Centre Bell. À un moment donné, il va bien falloir convertir nos chances de marquer. On joue ce soir contre Carey Price et on sait qu'il est au sommet de son art, ça va être difficile, mais il y a plusieurs bons gardiens dans cette ligue. Peu importe qui est devant le filet adverse, il faut qu'on soit capables de marquer.»

Les Sénateurs débarquent ici avec deux défaites de suite à leur fiche, et ils devront se débrouiller ce soir sans l'attaquant Bobby Ryan, blessé. Un autre attaquant, Mike Hoffman, sera de retour après avoir déclaré forfait lors deux derniers matchs.

«On rate tellement d'occasions, a ajouté Guy Boucher. On a raté trop de buts et à un certain moment, ça devient psychologique, les joueurs doivent batailler avec cette idée.»

Craig Anderson sera devant le filet des Sénateurs, ce qui signifie que le réserviste Mike Condon n'aura pas l'occasion de revenir sur la glace du Centre Bell devant ses anciens partisans, lui qui était tout récemment un membre des Penguins de Pittsburgh.

«Je suis juste content d'avoir une chance avec les Sénateurs, a expliqué Condon ce midi. En tant que gardien, on se bat pour un poste à chaque jour, c'est comme si chaque jour est une nouvelle audition. Tout peut arriver, alors je ne prends pas mes aises d'aucune façon.»

Pour Condon, l'arrivée à Ottawa est un autre déménagement, mais il commence à s'y faire. «Je déménage depuis que je suis sorti de l'université... Je voyage léger! Mais c'est tout ce que je connais, je n'ai jamais rien connu d'autre.»

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer