Anthony Mantha de retour dans la LNH

Anthony Mantha disputera samedi soir son premier match de... (Photo Rick Osentoski, archives USA Today)

Agrandir

Anthony Mantha disputera samedi soir son premier match de la saison dans la LNH, à l'occasion du duel Canadien-Red Wings.

Photo Rick Osentoski, archives USA Today

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le hasard fait parfois bien les choses. Pour une troisième année de suite, Anthony Mantha a été forcé d'amorcer la saison dans la Ligue américaine. Mais voilà que la porte s'est ouverte pour lui tout juste avant la visite des Red Wings à Montréal.

Mantha disputera donc samedi soir son premier match de la saison dans la LNH, à l'occasion du duel Canadien-Red Wings. Si l'on se fie aux trios observés ce matin à l'entraînement, le Québécois évoluera au sein du deuxième trio avec Tomas Tatar et Frans Nielsen.

Mantha a vécu son baptême de la LNH la saison dernière. En 10 matchs, il avait marqué deux buts... les deux contre le Canadien ! Chaque fois, il avait les deux patins bien plantés à quelques décimètres du demi-cercle du gardien. Le voici maintenant encore mieux outillé pour marquer de tels buts, puisqu'il a gagné en corpulence au cours de l'été.

« Il a compris qu'il a tout à gagner à développer une grosse présence au filet, a indiqué l'entraîneur-chef des Wings, Jeff Blashill. La clé pour lui, c'est le travail qu'il a accompli cet été pour devenir plus gros, plus fort. Quand tu as un gars de sa carrure, ça aide quand il se place devant le filet. »

Pour y parvenir, Mantha a mis les bouchées doubles à l'entraînement, mais il a aussi changé son régime alimentaire.

« J'étais rendu à huit repas par jour cet été, raconte Mantha. J'ai joué l'an passé à 214 lb, mais à la fin de l'année, je me suis fait enlever les dents de sagesse et j'ai perdu 11 lb, j'étais rendu à 203. J'ai monté à 225 cet été. La diète et l'entraînement ont changé tout ça. »

« Il a maintenant le corps d'un joueur de la LNH », a ajouté Blashill.

Mantha n'a pas volé son rappel. Dernier attaquant retranché au camp (« Il n'a rien fait de mal, mais il n'a pas volé la place de personne », explique Blashill), il s'est retroussé les manches à Grand Rapids. Il a marqué à chacun de ses quatre premiers matchs, une séquence marquée par un tour du chapeau à sa troisième rencontre. Le voici meilleur marqueur dans la Ligue américaine avec huit buts, à égalité avec Charles Hudon.

Mantha souhaite maintenant que ce rappel soit le bon. Il totalise maintenant 132 matchs d'expérience dans la Ligue américaine. Après avoir amassé 45 points en 60 matchs l'an passé, il en totalisait 10 en 10 cette saison.

« Si tu regardes l'historique des recrues [des Red Wings], ils ont toujours joué 110, 150 matchs dans les mineures. Donc je suis en plein dans ce nombre de matchs. Là, ce sont des blessés qui me donnent ma chance, donc je vais la prendre. »

Ouellet ronge son frein

S'il y a un joueur qui connaît bien cet historique de patience des Wings, c'est bien Xavier Ouellet.

Le défenseur de 23 ans a passé l'essentiel des trois dernières saisons à faire la navette entre Detroit et Grand Rapids. Il a été rappelé à 13 reprises au fil des années, mais n'a disputé que 36 matchs.

Samedi soir, l'ancien de l'Armada de Blainville-Boisbriand sera laissé de côté pour un cinquième match de suite, un 10e dans les 12 derniers. Difficile, pour un joueur, de composer avec la « patience » des Wings ?

« C'est plus dur que ça en a l'air !, lance-t-il. La patience n'est pas ma plus grande qualité, mais je suis quelqu'un de persévérant. Je continue à travailler. Ce n'est pas facile, tous les joueurs veulent jouer. Si c'était quelqu'un d'autre dans ma position, il se sentirait exactement comme moi. »

Par le passé, Ouellet pouvait retourner dans la Ligue américaine pour parfaire son apprentissage, quand il n'y avait pas de place pour lui. Il y a joué des saisons de 70, 52 et 61 matchs. Mais il a désormais un contrat à un volet et devrait passer par le ballottage si les Wings souhaitent le rétrograder. Bref, il est un peu victime du système de ballottage.

« Ça fait partie de la réalité de la LNH, de la profondeur de l'équipe, estime Ouellet. Je n'ai aucun contrôle là-dessus et ça fait trois ans que je le dis. Je peux seulement travailler le plus fort possible. »

Howard en feu

Malgré ses succès, Carey Price n'est pas 1er dans la LNH pour l'efficacité. Parmi les gardiens qui ont disputé au moins cinq matchs, un seul lui est supérieur, et c'est son vis-à-vis ce soir : Jimmy Howard.

Howard présente une fiche de 4-2-0 cette saison, avec une moyenne de 1,22 et une efficacité de ,961. Ses deux défaites : des revers de 2-1 et 1-0...

C'est un revirement spectaculaire dans son cas. Après avoir affiché une efficacité de ,923 au cours de la saison écourtée 2013, ce chiffre n'a fait que dégringoler depuis, pour s'établir à ,906. Son avenir semblait d'ailleurs incertain à Detroit, mais son gros contrat liait les mains des Red Wings.

« J'ai travaillé très fort cet été, je me suis adapté à la vitesse du jeu, par exemple en jouant de façon moins agressive que par le passé », a simplement expliqué Howard.

Trios à l'entraînement samedi matin

Nyquist-Zetterberg-Larkin

Tatar-Nielsen-Mantha

Abdelkader-Helm-Sheahan

Ott-Glendening-Bertuzzi

Défenseurs

De Keyser-Green

Ericsson-Marchenko

Smith-Kronwall

Gardien

Howard

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer