Le Canadien domine les Penguins 4-0

Alex Galchenyuk célè‹bre le but de Max Pacioretty... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Alex Galchenyuk célè‹bre le but de Max Pacioretty en début de 1re période.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le rituel du flambeau est devenu un incontournable des présentations de début de saison. Celles de mardi soir se sont conclues avec l'apparition surprise de Jacques Demers qui, depuis sa chaise roulante, a brandi le flambeau à Max Pacioretty.

> Regardez la remise du flambeau

Le capitaine l'a porté bien haut durant tout le match, aidant le Canadien à disposer des Penguins de Pittsburgh par la marque de 4-0.

Le sommaire du match

«J'ai appris à connaître Jacques (Demers) davantage que la majorité des légendes de l'équipe, il a été beaucoup dans notre entourage l'an dernier et j'ai beaucoup parlé avec lui, a indiqué Pacioretty. Les nouvelles quant à son état de santé ont été difficiles à accepter. J'étais content de le voir dans le tunnel avant le match. 

«Cette soirée signifiait beaucoup pour lui, mais je pense qu'elle signifiait encore davantage pour l'équipe et moi.»

Le capitaine a inscrit le premier but de la saison à domicile après seulement 23 secondes de jeu, ce qui selon Elias Sports éclipse la marque pour le but du Canadien le plus rapide lors d'un match d'ouverture local. En 1963, Bobby Rousseau avait marqué après seulement 25 secondes. 

Pacioretty a été menaçant en plusieurs occasions et s'est entre autres fait complice du premier but de David Desharnais au deuxième vingt, lorsqu'il a repéré son ami complètement libre devant le filet. On doit dire que le centre québécois avait de bonnes habitudes de travail, mardi, lui qui d'ordinaire est celui qui cherche à alimenter ses coéquipiers. Il s'est tenu à distance de confidence du gardien Marc-André Fleury et ça lui a rapporté une seconde fois lorsque Jeff Petry l'a rejoint, lui aussi avec une magnifique passe.

Il s'agissait du premier match de deux buts de Desharnais depuis le 28 février 2015.

L'autre but est allé au dossier d'Alexander Radulov, qui a marqué son premier de la saison au cours d'un avantage numérique. À voir l'accueil chaleureux que lui avait réservé la foule lors de la présentation des joueurs, les fans avaient envie de le célébrer et de scander son nom.

Radulov joue avec une énergie qui ne ment pas. Certes, cette énergie le fait parfois basculer dans l'indiscipline, mais on ne le confondra jamais avec certains de ses compatriotes aux allures désintéressées. Le public l'a immédiatement reconnu, et si l'attaquant garde le pied sur l'accélérateur, il aura de nombreux fans au cours de cette saison.

Jacques Demers a transporté le flambeau lors de... (PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Jacques Demers a transporté le flambeau lors de la cérémonie d'ouverture.

PHOTO ANDRÉ PICHETTE, LA PRESSE

Encore Montoya

Kirk Muller et Shea Weber ont eu aussi eu droit à un accueil des grandes occasions avant la rencontre, à l'instar de Carey Price, seul représentant de l'équipe à ne pas avoir enfilé l'équipement.

L'allure de l'entraînement du CH mercredi permettra de mieux déterminer si Price pourra enfin amorcer sa saison, jeudi face aux Coyotes de l'Arizona.

Mais entre-temps, Montoya s'acquitte très bien de sa tâche. Il a repoussé 17 lancers au cours d'une première période fort occupée. C'est durant cet engagement que les Penguins se sont montrés les plus menaçants. D'égaler la marque, à tout le moins, aurait pu envoyer le match dans une autre direction.

Mais Montoya a résisté aux assauts jusqu'à ce que les Penguins, qui avaient joué la veille face à l'Avalanche du Colorado, commencent à baisser de régime. Montoya a pu obtenir son premier blanchissage depuis le 31 décembre 2013, à l'époque où il portait les couleurs des Jets de Winnipeg.

Sa première étoile de la rencontre était pleinement méritée.

«Al a très bien joué lors des trois premiers matchs, mais particulièrement ce soir, a indiqué Pacioretty. Il s'est imposé lorsque les Penguins ont attaqué après notre premier but. Il a nous a sorti du pétrin en quelques occasions dans les deux premières périodes. Ça nous a donné le temps de trouver notre rythme.»

Tout n'a pas été parfait dans ce match, cela dit.

Le Tricolore a péché par indiscipline en plusieurs occasions et éprouvé certaines difficultés dans ses sorties de zone en première moitié de match. La nervosité, peut-être. On remarquait celle de Mikhail Sergachev, qui a été l'un de ceux à être victime de revirements dans son territoire.

D'ailleurs, c'est à se demander combien de temps le Canadien attendra avant de le céder à son équipe junior.

Vrai que les nombreuses punitions ne l'ont pas servi, mais Michel Therrien n'a fait appel à lui que durant 8:30. Il n'a effectué que deux présences en troisième période, y compris dans cette séquence où le match était devenu hors de portée des Penguins.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer