Marc-André Fleury affrontera le Canadien

À ses trois derniers départs au Centre Bell,... (Photo Charles LeClaire, USA Today Sports)

Agrandir

À ses trois derniers départs au Centre Bell, Marc-André Fleury a remporté trois victoires et maintenu un impressionnant taux d'efficacité de ,978.

Photo Charles LeClaire, USA Today Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le hasard avait l'air de bien faire les choses. Une semaine à peine après avoir été soumis au ballottage par le Canadien, le gardien Mike Condon aurait pu affronter son ancienne équipe à l'occasion du match inaugural au Centre Bell.

Les Penguins de Pittsburgh, qui ont réclamé Condon la semaine dernière pour agir à titre de police d'assurance, sont en effet les visiteurs ce soir.

Or, c'est le vétéran Marc-André Fleury qui obtiendra le départ même s'il a affronté l'Avalanche d‎u Colorado hier soir. Fleury n'est pas vraiment importuné à l'idée de jouer deux matchs en deux soirs. Le gardien originaire de Sorel a vécu une cinquantaine de fois au cours de sa carrière des situations où il a participé à deux matchs en deux soirs. Ce ne sera rien de nouveau pour lui. 

Fleury a connu sa part d'ennuis face au Tricolore durant sa carrière, mais ils se sont davantage vérifiés à Pittsburgh qu'à Montréal. Même qu'à ses trois derniers départs au Centre Bell, il a remporté trois victoires et maintenu un impressionnant taux d'efficacité de ,978. 

Condon, lui, attend toujours d'obtenir un premier départ avec les Penguins. Il était l'un des trois joueurs de sa formation à participer à l'entraînement facultatif ce matin. 

Il aurait été assurément très motivé à l'idée d'affronter l'équipe‎ qui lui a donné sa première chance.

«Ç'aurait été un match rempli d'émotions, a confié Condon à La Presse. Ça aurait été non seulement une bonne histoire, mais une soirée folle pour moi.»

En dépit de l'embauche d'Al Montoya l'été dernier, Condon soutient qu'il ne s'attendait pas à être soumis au ballottage par le Canadien. 

«J'ai été sous le choc quand on m'a annoncé la nouvelle, raconte-t-il. Je n'étais pas triste, mais plutôt ébranlé. J'ai conduit jusqu'à Boston cet après-midi là et les six heures de route m'ont permis d'encaisser la nouvelle.

«Je ne sais pas où les choses ont pris le mauvais tournant, mais je n'envie pas le travail de Marc Bergevin qui a des décisions difficiles à prendre pour améliorer son équipe.»

‎Au moment d'être réclamé au ballottage par les Penguins, Condon a pris la peine de remercier l'organisation du Canadien sur son compte Instagram pour la classe et la confiance qu'elle lui avait témoignée.

«À la fin de ma dernière saison universitaire je n'avais que huit victoires, a-t-il rappelé. Malgré cela, le Canadien a été la SEULE équipe à m'offrir un contrat de la LNH et ça, je ne l'oublierai jamais.»

Il reste à voir combien de temps le gardien américain demeurera dans le giron des Penguins. Le jeune gardien Matt Murray, qui s'est blessé à une main à la Coupe du monde, doit reprendre l'entraînement avec le reste de l'équipe très bientôt. Une fois qu'il sera rétabli, le DG Jim Rutherford aura des décisions à prendre à l'égard de ses trois gardiens et il ne serait pas surprenant que Condon se retrouve de nouveau au ballottage.

Ce dernier sait désormais qu'il ne lui sert à rien de se soucier de l'avenir. Il va prendre les choses comme elles viennent, sachant que son statut dans la LNH est plus précaire qu'il ne l'était à la même date l'an passé.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer