Un défi qui persiste pour David Desharnais

David Desharnais ne le dit pas comme tel,... (Photo andré pichette, la presse)

Agrandir

David Desharnais ne le dit pas comme tel, mais on a un peu l'impression qu'il se sent obligé de revoir ses objectifs offensifs à la baisse.

Photo andré pichette, la presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a un an, David Desharnais amorçait sa saison à bord du troisième trio. Un an plus tard, et à moins d'un revirement de situation majeur, c'est encore là que Desharnais va commencer sa saison : sur le troisième trio.

Ce rôle, le joueur québécois le connaît très bien, mais même un an plus tard, il reconnaît que ce virage plus défensif n'est pas si facile à négocier, lui qui a longtemps été un habitué des deux premiers trios.

« C'est sûr qu'en étant sur le troisième trio, il faut que je me donne de nouveaux objectifs, a-t-il fait savoir vendredi à Brossard, au camp d'entraînement du Canadien. Je ne peux pas espérer faire la même chose qu'au moment où je jouais sur l'un des deux premiers trios. Je dois aider l'équipe à gagner, produire une fois de temps en temps, et si j'ai la chance d'aller jouer à cinq contre quatre, essayer de me faire une place dans cette situation. »

David Desharnais ne le dit pas comme tel, mais on a un peu l'impression qu'il se sent obligé de revoir ses objectifs offensifs à la baisse. Il y a trois ans à peine, dans un rôle différent, il s'offrait une saison de 52 points, mais depuis, les chiffres ne lui sont plus aussi favorables : 48 points en 2014-2015, puis 29 points en 65 rencontres la saison dernière.

Des chiffres différents qui s'ajoutent à un style de jeu différent, qu'il a dû modifier en cours de route. Pour un joueur comme lui, porté sur l'attaque depuis toujours ou presque, ce changement se pose encore comme une sorte de défi, même un an plus tard.

« C'est sûr. Sur les deux premiers trios, tu mets beaucoup plus tes efforts sur l'offensive et on te juge là-dessus. Sur le troisième trio, les statistiques sont importantes aussi, oui, mais il s'agit beaucoup plus de créer une erre d'aller pour l'équipe, de ne pas accorder de buts à l'adversaire quand c'est ton trio qui est sur la glace. »

« C'est vrai que c'est un changement difficile à faire [...]. J'ai bien commencé la saison l'année dernière et après ça, ça a moins bien été, comme pour le reste de l'équipe. Mais j'ai déjà eu à faire cet ajustement la saison dernière, et je sais un peu plus à quoi m'attendre cette fois. Je dois jouer comme je l'ai fait il y a un an en début de saison. »

- David Desharnais

Peu importe, David Desharnais croit que le Canadien va marquer davantage de buts cette saison. Bien sûr, le camp d'entraînement de l'équipe commence à peine, mais déjà, le joueur de 30 ans voit des signes encourageants sur la glace.

« Je pense qu'on va marquer plus de buts. L'année dernière, notre équipe ne marquait pas beaucoup, mais en ajoutant un gars comme [Alexander] Radulov, en ajoutant aussi un gars de caractère comme Andrew Shaw, qui marque à peu près 20 buts par année... Et puis il y a nous autres, sur le troisième trio. Il va falloir qu'on produise nous aussi. »

L'autre gros changement n'a pas encore débarqué à Brossard, mais Desharnais a bien hâte de le voir de près. Ce changement se nomme Shea Weber, et le joueur québécois estime que le Canadien a fait un très bon coup en allant le chercher cet été.

« On s'entend, l'échange de P.K. Subban, ça a été le coup le plus surprenant de notre équipe. Mais en même temps, si on regarde le côté hockey de l'échange, je pense que ça va être bon pour nous. Carey [Price] l'a bien dit l'autre fois : le style de jeu de Weber cadre plus avec notre organisation. Ça va nous aider. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer