• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Match préparatoire: les États-Unis gagnent 4-2 face au Canada 

Match préparatoire: les États-Unis gagnent 4-2 face au Canada

Les Américains, visiblement désireux de déboulonner le mythe... (Photo AP)

Agrandir

Les Américains, visiblement désireux de déboulonner le mythe canadien et de faire descendre leurs rivaux de leur piédestal, ont joué dès le début avec une hargne qui ne mentait pas.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Columbus) Le Canada et les États-Unis viennent de réinventer le concept de match préparatoire. Vous pensiez qu'un 9 septembre, à leur premier match depuis des mois, ces hockeyeurs allaient se préparer en douce en vue de la Coupe du monde? Qu'ils allaient méthodiquement préparer leurs troupes en attendant le lancement officiel? Erreur.

Les Américains, visiblement désireux de déboulonner le mythe canadien et de faire descendre leurs rivaux de leur piédestal, ont joué dès le début avec une hargne qui ne mentait pas. Escarmouches, coups de bâton, mêlées devant le filet - oh! et quelques jolies pièces de jeu aussi - ont pimenté cette première manche qu'ils ont fini par remporter 4-2.

Les deux formations remettent ça à Ottawa dès ce soir.

La LNH n'aurait pu rêver d'une meilleure mise en place à l'aube de son tournoi car la rivalité entre les deux formations laisse croire que les joueurs en ont gros sur le coeur depuis plusieurs semaines déjà!

C'est dans ce contexte déstabilisant que Carey Price a effectué son retour après plus de neuf mois d'absence. Qu'il ait accordé trois buts sur 24 lancers ne change pas grand-chose. Qu'il ait tenu les 60 minutes et qu'il se soit bien senti importe davantage.

« Il avait l'air d'un gardien qui n'avait pas joué depuis neuf mois et demi, mais on s'y attendait, a commenté l'entraîneur des gardiens Stéphane Waite.

« Il va être correct. Il va être bien correct. »

C'était tout un test que de revenir au jeu face aux États-Unis dans un match d'une telle intensité. 

« Ça a été une aventure par moments, a reconnu Price en souriant. Ce n'est pas facile d'être absent aussi longtemps et de reprendre là où on a laissé. Je suis content que ce premier match soit derrière moi.

« J'ai du travail à faire, entre autres pour reconnaître les jeux et gérer la circulation devant moi. C'est le genre de chose qu'on ne voit pas en jouant des matchs amicaux durant l'été.»

Du sérieux

En dirigeant 43 lancers sur le filet américain, on pourrait plaider que le Canada a dominé la rencontre. Lorsqu'il sera plus à même de compléter ses jeux, les résultats basculeront en sa faveur. Mais les Etats-Unis ont démontré leur sérieux. Ce tournoi-là est important à leurs yeux, peu importe ce qu'en diront ceux qui regardent la Coupe du monde avec un brin de sarcasme. Ils en ont donné la preuve vendredi.

Les hommes de John Tortorella n'ont pratiquement pas touché à la rondelle lors des 12 premières minutes et n'ont dirigé que deux lancers sur Price durant cette séquence. Les gardiens qui reviennent de blessure veulent souvent être testé rapidement afin de se remettre en selle, mais Price a dû patienter.

Mais ils ont ensuite ouvert la machine en cadrant 16 tirs au cours des huit dernières minutes. Zach Parise, sur un tir dévié de la pointe, et Patrick Kane - qui a saisi son propre retour afin de battre Price d'un angle restreint - ont donné l'avance 2-0 aux Américains après 20 minutes.  

En fin de deuxième, Price a accordé un généreux retour de lancer devant le but dont Joe Pavelski s'est emparé pour redonner aux États-Unis une avance de deux buts.

Il n'a guère été occupé en troisième puisque les Américains n'ont tiré aucune fois en sa direction. Price avait retraité au banc lorsque Derek Stepan a fermé la marque dans un filet désert. 

À l'autre bout de la patinoire, Jonathan Quick affichait une grande forme. Il s'est imposé à plusieurs reprises face au trio de Sidney Crosby en plus d'arrêter habilement Steven Stamkos sur un tir redirigé. Patrice Bergeron fut le seul à le déjouer.

Il a fallu l'entrée en scène de Ben Bishop en troisième pour que le Canada resserre l'écart. Drew Doughty a déjoué le gardien du Lightning de Tampa Bay à l'aide d'un véritable boulet de canon. 

Kesler chassé du match

Si l'exécution n'était pas tout à fait à la hauteur de ce que ces joueurs vedettes offrent lorsqu'ils sont au sommet de leurs capacités, l'intensité déployée de part et d'autre a surpris. Du jeu non seulement robuste, mais hostile aussi. 

Ils ont parfois dépassé les bornes, comme lorsque Logan Couture a temporairement quitté le match en deuxième après avoir frappé la bande tête première lors d'une mise en échec de T.J. Oshie. Le geste est demeuré impuni.

Les officiels se sont repris en fin d'engagement en chassant Ryan Kesler de la rencontre pour avoir plaqué Shea Weber par derrière.

La crainte de voir des joueurs se blesser n'arrête visiblement pas ces messieurs, pas même en matchs préparatoires.

Dans un tel environnement, c'est encore heureux pour Carey Price que Chris Kreider, alias le faucheur de gardiens, n'ait pas été retenu au sein de l'équipe américaine!

La table est mise pour le prochain affrontement entre les deux équipes qui aura lieu ce soir à Ottawa. Braden Holtby amorcera le match devant le filet du Canada.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer