Le Dr Lacroix et le CH mettent fin à leur association

Le Dr Vincent Lacroix était revenu dans le giron... (PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Le Dr Vincent Lacroix était revenu dans le giron du CH en 2012 après avoir oeuvré à titre de médecin adjoint de l'équipe de 1994 à 2003.

PHOTO BERNARD BRAULT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le Dr Vincent Lacroix a quitté vendredi le giron du Tricolore. Il affirme qu'il n'y avait pas de dissension au sein de l'équipe médicale.

Les docteurs Vincent Lacroix et David Mulder commentant... (PHOTO DENIS COURVILLE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Les docteurs Vincent Lacroix et David Mulder commentant l'opération subie par Donald Audette en décembre 2001.

PHOTO DENIS COURVILLE, ARCHIVES LA PRESSE

Le Dr Vincent Lacroix a été sur la ligne... (Photo Martin Chamberland, Archives La Presse) - image 1.1

Agrandir

Le Dr Vincent Lacroix a été sur la ligne de feu lors d'incidents marquants comme les lacérations subies par Trent McCleary et Donald Audette ou encore à l'occasion du cancer de Saku Koivu (notre photo).

Photo Martin Chamberland, Archives La Presse

Après plus de 12 années auprès du Canadien, dont les trois dernières à titre de médecin en chef de l'équipe, le Dr Vincent Lacroix quitte le Tricolore.

Ce dernier a expliqué qu'il souhaitait consacrer plus de temps à ses centres de médecine sportive et à l'essor des cliniques Axio, dont il est président et premier actionnaire.

« Nous avons eu des discussions, Marc Bergevin et moi, dès le début du mois de juillet, a expliqué le Dr Lacroix à La Presse. Pour ma part, je viens de finir une tournée de financement pour nos centres et travailler pour le Canadien s'avérait très exigeant. »

Le Dr Lacroix continuera néanmoins d'occuper ses fonctions de médecin en chef chez les Alouettes de Montréal.

« Cela fait plus de 20 ans que je suis avec les Alouettes et j'ai une allégeance particulière envers eux, a-t-il expliqué. De plus, la saison de football est beaucoup plus courte et même les dates des matchs éliminatoires sont connues d'avance. C'est plus facile à gérer. »

En 2012, au terme du plus récent lock-out, Lacroix avait pris le relais du vénérable Dr David Mulder en tant que médecin en chef du Canadien. Au fait, c'est ce dernier qui reprendra la responsabilité du personnel médical de l'équipe en vue de la prochaine saison.

« UN PRIVILÈGE ET UN HONNEUR »

Des bruits ont couru voulant qu'il ait eu une forme de dissension au sein de l'équipe médicale du CH. Mais Vincent Lacroix affirme qu'il n'en est rien.

« C'est une équipe d'experts où chacun apporte sa spécialité afin de fournir un excellent service au Canadien, a-t-il indiqué. Les gars qui vont continuer le travail sont de bons collègues et de bons amis.

« Ça a été un privilège et un honneur de travailler pour une entreprise qui est parmi les plus prestigieuses dans le monde du sport en Amérique du Nord. Ce qui m'aura été le plus précieux, ça aura été de collaborer avec l'équipe médicale pour aider les joueurs à revenir au sommet de leurs capacités. »

Seule déception perceptible dans sa voix : même s'il a quitté le Canadien au terme de pourparlers avec Marc Bergevin, l'organisation n'a pas fait l'annonce de son départ. Aucun mot sur les années de services d'un homme qui, avant même de devenir médecin en chef de l'équipe, avait passé près d'une décennie (de 1994 à 2003) aux côtés de David Mulder à prendre en charge des cas délicats, que ce soit les dangereuses lacérations dont avaient été victimes Trent McCleary et Donald Audette, ou encore le cancer de Saku Koivu.

« C'est la façon dont ça a été géré », a-t-il dit laconiquement.

PRICE ET LES COMMOTIONS

Le départ de Vincent Lacroix ne serait pas davantage lié à la façon dont certains dossiers ont été gérés, en particulier la blessure de Carey Price.

« Comme je l'avais décrit à la fin de la saison, la blessure de Carey Price n'était pas complexe tant par sa nature que par sa relation avec la position que joue Price », a insisté le Dr Lacroix, dont l'équipe médicale a essuyé son lot de critiques la saison dernière.

« Ça demande des gestes et une excellence dans les déplacements qui font en sorte qu'il ne pouvait pas se permettre de revenir au jeu sans être à 100 %. La demande physiologique sur le ligament croisé interne - compte tenu du style papillon, de son gabarit, des prouesses que ça demande et aussi de la façon dont le hockey a évolué - fait en sorte que ça ne lui était pas possible de revenir. »

Plus encore que la blessure du gardien vedette, le Dr Lacroix retiendra le défi que posent désormais les commotions cérébrales.

« Elles prennent de plus en plus de place dans le hockey - et même dans plusieurs autres sports - et elles ne sont pas faciles à prendre en charge. On doit composer avec les attentes du joueur, celles des fans, il faut appliquer les restrictions liées à notre profession et quand même donner une voix à des joueurs qui veulent performer.

« C'est une situation que vivent toutes les ligues au chapitre des commotions. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer