Plekanec s'ennuiera de P.K.

Tomas Plekanec laisse entendre qu'il n'y a jamais... (PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Tomas Plekanec laisse entendre qu'il n'y a jamais eu de problème entre lui et P.K. Subban.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tomas Plekanec a été le premier symbole des spéculations entourant P.K. Subban et ses tensions avec le reste de l'équipe. Puis il y a eu Erik Cole et Max Pacioretty. Le centre tchèque se demande encore pourquoi, 24 heures après avoir vu son flamboyant coéquipier prendre le chemin de Nashville, son rapport avec lui a pu être stigmatisé de la sorte.

« J'ai eu une escarmouche avec P.K. durant un entraînement il y a environ sept ans, rappelle Plekanec. Combien de petits accrochages du genre ont eu lieu entre deux joueurs depuis ? C'est quand même drôle que chaque fois qu'il est question de P.K. à ce sujet, c'est mon nom qui ressort !

« Au sein de l'équipe, nous n'avons jamais eu de problème avec sa personnalité, a-t-il ajouté. On riait de ses vêtements et de ses chapeaux, mais ça fait partie de la chimie d'une équipe. On voit ça partout. »

Plekanec n'est pas prêt à dire non plus que les erreurs coûteuses qu'a pu commettre le défenseur vedette en sont venues à irriter ses coéquipiers.

« Il a fait des erreurs et j'en ai fait moi aussi, a noté l'attaquant ayant le plus d'ancienneté chez le Tricolore. On a tous fait des revirements qui ont mené à des buts de l'adversaire. Mais parce que c'était P.K., ça générait plus d'attention. »

« Les joueurs à Columbus font le même genre d'erreurs qu'à Montréal, mais puisque c'est Montréal les gens en parlent davantage », souligne Plekanec.

Le centre de 33 ans soutient même qu'il va s'ennuyer de Subban.

« Nous avons eu du plaisir avec lui et ce n'est pas un mauvais gars. Nous avons une corbeille de messagerie texte pour toute l'équipe et les gars lui ont écrit, hier. On l'a taquiné en plus de lui souhaiter bonne chance... »

DES PRÉSENCES FORTES

À l'instar du DG Marc Bergevin, Plekanec ne veut surtout pas amoindrir l'impact qu'aura Shea Weber à Montréal.

« Son tir en avantage numérique est la première chose qui me vient à l'esprit, mais c'est également un défenseur complet, a-t-il commenté. Il est dur à affronter et on n'a pas beaucoup de chances de marquer quand il est sur la glace.

« Quand Jonathan Toews, l'un des meilleurs joueurs de la ligue, tweete ce qu'il a tweeté [il a remercié Weber de quitter la division Centrale], ça en dit beaucoup... »

Le Tricolore n'a pas su se remettre de la perte de Carey Price l'an dernier et tout le monde s'attendait à ce que Marc Bergevin fasse l'acquisition de joueurs de caractère durant l'entre-saison afin d'aider le nouveau capitaine Max Pacioretty à garder le navire à flot quand l'adversité frappe. D'où l'acquisition de Weber, mais aussi d'Andrew Shaw.

« Ce n'est pas seulement Max qui va en profiter, ce sera bénéfique pour tout le monde d'avoir ces gars-là », estime Plekanec.

« Quand Price s'est blessé la saison dernière, ce n'est pas que nous n'avions pas une mentalité gagnante - nous voulions tous gagner nos matchs et bien jouer -, mais nous n'avions pas l'expérience de ce genre de joueurs. Ce sont deux très bons joueurs, un médaillé d'or aux Jeux olympiques et un champion de la Coupe Stanley. »

On ne sait pas encore si le Canadien sera meilleur ou moins bon la saison prochaine. Chose certaine, il ne sera plus le même.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer