Alain Vigneault peut dormir tranquille

Alain Vigneault vient de connaître deux saisons consécutives... (Photo James Guillory, USA TODAY Sports)

Agrandir

Alain Vigneault vient de connaître deux saisons consécutives de plus de 100 points avec les Rangers de New York.

Photo James Guillory, USA TODAY Sports

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Malgré une élimination hâtive - et sans appel - des Rangers de New York aux mains des Penguins de Pittsburgh, le poste d'Alain Vigneault ne serait pas en danger.

Plusieurs sources le confirment, de Pierre Lebrun, d'ESPN, au chroniqueur du New York Post Larry Brooks.

Vigneault vient après tout de connaître deux saisons consécutives de plus de 100 points. Son équipe a atteint le carré d'as l'an dernier et la finale de la Coupe Stanley la saison précédente.

Ses deux principaux défenseurs, Ryan McDonagh et Dan Girardi, ainsi que son gardien Henrik Lundqvist étaient diminués. Girardi a raté trois matchs et McDonagh, deux. Les piliers à l'attaque, Mats Zuccarello, Derek Stepan et Chris Kreider, n'ont pas répondu. Rick Nash mais surtout Eric Staal affichaient une usure certaine.

Vigneault a préféré laisser retomber la poussière avant de faire de grandes déclarations.

«Vous venez de répondre vous-même à votre question en la posant, il est trop tôt pour parler de remanier le noyau, a-t-il répondu lors de son point de presse après l'élimination des Blue Shirts, samedi. Nous allons évaluer avec beaucoup de minutie la saison de nos joueurs. Nous nous exprimerons tous, les entraîneurs, les dirigeants, pour trouver des solutions, permettre à notre équipe de passer à une autre étape l'an prochain.»

Quelle relève?

Le directeur général Jeff Gordon aura du pain sur la planche. Son prédécesseur, Glen Sather, a négligé la relève au cours des dernières années.

Henrik Lundqvist est désormais âgé de 34 ans. Ryan McDonagh est le seul défenseur régulier de moins de 27 ans, et il est aux prises avec de multiples commotions cérébrales.

Les choix de deuxième tour l'an dernier et de premier tour cette année ont été échangés aux Coyotes de l'Arizona pour obtenir Keith Yandle, qui deviendra joueur autonome sans compensation à compter du 1er juillet. Le meilleur espoir de l'organisation, Anthony Duclair, est aussi passé aux Coyotes dans la transaction.

L'acquisition de Martin St-Louis a coûté Ryan Callahan et un choix de premier tour en 2014. Le choix de premier tour en 2013 a été échangé aux Blue Jackets de Columbus avec Artem Anisimov et Brandon Dubinsky pour Rick Nash.

Ces transactions ont permis aux Rangers de connaître du succès à court terme, mais la relève est mince.

On a en outre gaffé en 2010 en optant pour le colosse Dylan McIlrath au 10e rang du premier tour alors que Vladimir Tarasenko, Cam Fowler et Jaden Schwartz étaient encore disponibles. On ne peut se permettre de telles bévues quand on compte si peu de choix de premier tour.

Gordon a suivi la philosophie de son prédécesseur en échangeant ses choix de deuxième tour en 2016 et 2017 pour Eric Staal, en plus de l'espoir Aleksi Saarela. La transaction de Carl Hagelin pour Emerson Etem a fait mal. Etem n'a pas répondu aux attentes et on l'a déjà échangé pour une bouchée de pain.

On souhaite bon courage à Alain Vigneault. Il en aura besoin.

> Réagissez sur le blogue de Mathias Brunet

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer