• Accueil > 
  • Sports > 
  • Hockey 
  • > Trophée des Présidents: sentiments mitigés chez les Capitals 

Trophée des Présidents: sentiments mitigés chez les Capitals

Avec un palmarès de 29-7-2, les Capitals présentent... (PHOTO AP)

Agrandir

Avec un palmarès de 29-7-2, les Capitals présentent la meilleure fiche du hockey à domicile.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stephen Whyno
La Presse Canadienne
Washington

Les joueurs ne peuvent pas boire dans le trophée des Présidents, décerné à la meilleure équipe de la saison régulière dans la LNH. De toute façon, les joueurs des Capitals de Washington ne le voudraient pas.

Les Capitals se sont assurés le trophée des Présidents et l'avantage de la patinoire tout au long des séries éliminatoires grâce à une victoire contre les Blue Jackets de Columbus, lundi soir. Pourtant, après tant d'éliminations prématurées en séries éliminatoires, y compris une défaite au premier tour en 2010 après avoir pourtant terminé au sommet de la ligue, les sentiments sont mitigés face à cette réussite.

«Honnêtement, personne ne se soucie vraiment du trophée des Présidents, a révélé le défenseur Karl Alzner. Ça fait plaisir d'avoir réussi à le gagner, mais ce n'était pas l'objectif au début de l'année.»

Finir la saison avec le plus grand nombre de points au sein de la ligue - et de surcroît avec six matchs à disputer - est digne de mention. Les Capitals ont survolé la compétition dans la LNH et ils tiennent le rôle de favoris pour gagner la coupe Stanley.

Le souvenir de ce qui est arrivé il y a six ans est gravé dans la mémoire des six joueurs qui font encore partie du club, dont le capitaine Alex Ovechkin et le centre vedette Nicklas Backstrom. Les Capitals de 2009-10 faisaient figure de grands favoris jusqu'au moment où ils se sont butés à un gardien dominant, Jaroslav Halak, en première ronde. Ils se sont finalement inclinés en sept matchs face au Canadien de Montréal.

Backstrom n'a certainement pas oublié cet épisode lorsqu'il analyse la signification de la conquête du trophée des Présidents pour l'équipe de cette année.

«Pour être honnête avec vous, ça ne veut rien dire, a reconnu Backstrom. C'est bon d'avoir l'avantage de la patinoire tout au long des séries éliminatoires. Il n'y a même rien à dire parce que nous avons été éliminés la dernière fois au premier tour quand nous avons gagné le trophée des Présidents.»

Avec un palmarès de 29-7-2, les Capitals présentent la meilleure fiche du hockey à domicile. L'avantage de la patinoire au Verizon Center est donc appréciable. Alzner a fait allusion à la série de première ronde contre les Islanders de New York la saison dernière et a prétendu que le fait de ne pas avoir l'avantage de la patinoire pourrait avoir été déterminant.

L'histoire est aussi ambigue. Seulement huit des 29 vainqueurs du trophée des Présidents ont gagné la coupe Stanley, les Blackhawks de Chicago de 2013 étant les derniers en lice. Trois ont perdu en finale, six se sont inclinés en finale d'Association, six en deuxième ronde et six en première ronde.

Ce n'est donc pas une garantie de succès. Mais si les Capitals parviennent à sortir de l'Association Est, ils pourront opposer les trios de leur choix contre les champions de l'Ouest, un avantage non négligeable.

«En séries éliminatoires, la différence est minime, a mentionné T.J. Oshie, qui a passé les sept dernières saisons avec les Blues de St. Louis, l'une des équipes de tête dans l'Ouest. Il y a tellement de matchs qui se règlent par la marge d'un but, ou d'un but avec un but dans un filet désert, que je pense qu'il s'agit d'un petit avantage lors d'un septième match lorsque vous avez droit au dernier changement de joueurs sur la patinoire. Je pense que c'est vraiment important, surtout quand vous voulez choisir qui va affronter les joueurs clés de l'autre équipe.»

Avec le début des séries éliminatoires dans un peu plus de deux semaines, les Capitals tentent de se mettre dans ce mode. Et s'ils n'ont pas célébré leur conquête du trophée des Présidents, il convient de faire une pause et de souligner cette réussite.

«Je pense que les gars en retirent une certaine satisfaction, a déclaré l'entraîneur Barry Trotz. Il n'y aura pas une fête au champagne ou quelque chose du genre. Je pense qu'il y a un sentiment de contentement face à ce que nous avons accompli jusqu'ici. Mais nous avons encore des choses à accomplir.»

Ultimement, les Capitals veulent la coupe Stanley, un trophée dans lequel ils peuvent boire le champagne. La concession ne l'a jamais gagnée et le noyau de cette équipe doit encore franchir le deuxième tour.

L'édition 2015-16 des Capitals forme le groupe le plus aguerri de la dernière décennie avec les additions des défenseurs Brooks Orpik et Matt Niskanen ainsi que les attaquants Oshie et Justin Williams, en plus du développement du centre et meilleur marqueur Evgeny Kuznetsov et du gardien Braden Holtby. Sur papier, ce groupe est supérieur à celui qui a perdu en première ronde il y a six ans, mais les joueurs sont impatients de le prouver après tant de succès en saison régulière.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer