Le Canadien vaincu 4-3 par les Red Wings

Anthony Mantha marque dans les filets de Ben... (PHOTO PAUL SANCYA, AP)

Agrandir

Anthony Mantha marque dans les filets de Ben Scrivens, en deuxième période.

PHOTO PAUL SANCYA, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Detroit) Que goûte le verre a moitié plein? La satisfaction pour le Canadien de ne pas s'être laissé démonter par un retard de 4-0 face aux Red Wings de Detroit. La veille, après tout, le Canadien avait vu son club-école bousiller une avance de 5-1 en troisième période pour finalement s'incliner 6-5 en temps règlementaire...

>>> Consulter le SOMMAIRE du match

>>> Relisez le clavardage de notre journaliste

Et le verre à moitié vide? Il a ce goût terreux de s'être creusé un aussi gros trou après 40 minutes.

Bref, c'était un match savoureux à plusieurs égards, mais le Tricolore a quand même fini par s'avouer vaincu 4-3.

C'est en deuxième période que tout a dérapé pour les hommes de Michel Therrien alors qu'ils ont concédé 19 lancers aux Wings... et tout une panoplie de chances de marquer.   

Ce qui manquait aux Wings pour déclasser le Canadien durant cette deuxième période, c'était un but en supériorité numérique. L'attaquant recrue Anthony Mantha s'en est chargé à la quatrième opportunité des siens, marquant de cette façon son tout premier but dans la Ligue nationale.

Ça allait s'avérer le but gagnant.

« Je n'ai pas encore eu mon premier but mais ce soir pourrait être le grand jour », avait dit Mantha de façon un peu prophétique en matinée. Aurait-il pu demander mieux pour son premier match en carrière au Joe Louis Arena ? ‪

« De marquer contre Montréal ça n'aurait pas pu mieux tomber, a-t-il confié au réseau Sportsnet au terme de la deuxième période. C'était le fun que ma famille et mes amis puissent assister à tout cela. C'est incroyable, je suis excité. »

Mantha a sauté sur un retour de lancer offert par Ben Scrivens alors qu'il restait 2:33 à la période. Explosion de joie sur la patinoire comme dans les gradins pendant que son grand-père André Pronovost, stoïque, filmait la scène sur son iPad!

But refusé à Plekanec

C'était un tout autre genre de film pour le Canadien. À un certain moment, on pouvait davantage parler d'un film d'horreur.

Très tôt dans la rencontre, une première frustration. Tomas Plekanec s'est vu refuser un but car il aurait semble-t-il donné un double-échec à Kyle Quincey lors d'une mêlée devant le filet. Or, le défenseur des Wings semblait tout à fait intéressé à prêter main-forte à ses coéquipiers aux prises avec la rondelle libre devant le filet. Ce qui embrouille davantage les choses, c'est que personne n'a semblé entendre le sifflet. Les arbitres, au moment de justifier pourquoi le but ne ferait pas l'objet d'une révision vidéo, ont invoqué le fait qu'il y avait eu sifflet avant le but. Mais le sifflet était fantôme et la punition l'était tout autant.

Plekanec riait de dépit au banc des punitions.

Heureusement pour le centre tchèque, Petr Mrazek lui a fait cadeau d'un but en troisième période, ce qui lui a permis d'inscrire son premier but en 20 matchs.

Dure deuxième

Si le Canadien avait été en mesure de garder la tête hors de l'eau en première, ne cédant qu'avec 73 secondes à faire à la période, la deuxième a été sans pitié pour eux. 

Ça a commencé avec une deuxième décision des arbitres qui a fait tiquer le Canadien. Brendan Smith n'a pas été puni pour sa mise en échec à l'endroit de Stefan Matteau qui, il est vrai, patinait la tête basse et n'a jamais vu arriver Smith. Le jeune ailier a dû quitter la rencontre afin de suivre le protocole de dépistage des commotions cérébrales. Lorsqu'il est revenu, les Wings avaient ajouté deux buts.

Des bâtons menottés - entre autres celui de Lucas Lessio - et un gardien étendu ont mené au but de Luke Glendening. Puis, à peine 12 secondes plus tard, Sheahan a marqué son deuxième de la soirée à la suite d'un revirement en zone neutre qui a ouvert la porte à une échappée.

... Puis la remontée

On ne donnait plus cher de la peau du CH à ce moment-là. Mais...

Il y a eu ce but de Plekanec, puis celui de Paul Byron, et enfin cette étrange séquence où le défenseur Niklas Kronwall a fait dévier un tir de Max Pacioretty au moment d'entrer en contact avec son gardien Mrazek. La contestation de l'entraîneur-chef Jeff Blashill semblait tenir beaucoup plus du temps d'arrêt que de la contestation...

Pacioretty avait eu quelques bonnes chances auparavant, entre autres lorsque Mrazek lui a refilé le disque directement dans l'enclave en première. Il a dominé les siens avec six lancers.

À son retour au jeu après avoir raté les 17 derniers matchs, Desharnais a amorcé le match au centre de McCarron et de Stefan Matteau, mais il a été muté à la gauche de Tomas Plekanec lorsque le match en milieu de rencontre alors que les choses étaient en train de déraper.

Le centre québécois a retrouvé sa position naturelle au dernier engagement mais cette fois avec Matteau et Danault à ses côtés. Un trio tout québécois!

Notons que Mike Brown a quitté le match en troisième période, victime d'une blessure au bas du corps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer