La victoire du CH assombrie par la blessure de Subban

  • En troisième période, P. K. Subban est atteint à la tête. Après plusieurs longues minutes passées allongé sur une civière, il est évacué du Centre Bell. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    En troisième période, P. K. Subban est atteint à la tête. Après plusieurs longues minutes passées allongé sur une civière, il est évacué du Centre Bell.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 1 / 7
  • Plus tôt dans la rencontre, le Canadien avait salué son engagement communautaire en lui remettant le trophée Jean-Béliveau. C'est la veuve du Grand Jean, Élise Béliveau, qui le lui a remis sur la patinoire. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Plus tôt dans la rencontre, le Canadien avait salué son engagement communautaire en lui remettant le trophée Jean-Béliveau. C'est la veuve du Grand Jean, Élise Béliveau, qui le lui a remis sur la patinoire.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 2 / 7
  • Michel Therrien face à Lars Eller, Tomas Plekanec, Dan Lacroix, Pierre Gervais, Alex Galchenyuk en deuxième période. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Michel Therrien face à Lars Eller, Tomas Plekanec, Dan Lacroix, Pierre Gervais, Alex Galchenyuk en deuxième période.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 3 / 7
  • Mike Condon et Tomas Plekanec face à Sam Reinhart et Evander Kane, en deuxième période. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Mike Condon et Tomas Plekanec face à Sam Reinhart et Evander Kane, en deuxième période.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 4 / 7
  • Mike Condon, Alexei Emelin face à Evander Kane, en deuxième période (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Mike Condon, Alexei Emelin face à Evander Kane, en deuxième période

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 5 / 7
  •  (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 6 / 7
  • P.K. Subban et Josh Gorges, en deuxième période. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    P.K. Subban et Josh Gorges, en deuxième période.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 7 / 7

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une blessure à la tête de P.K. Subban en fin de rencontre a porté ombrage à la victoire de 3-2 du Canadien, jeudi soir face aux Sabres de Buffalo.

>>> Consultez le sommaire du match

Avec moins de trois minutes à faire dans la rencontre, le défenseur vedette a été impliqué dans une bataille en coin de patinoire avec Marcus Foligno et s'est retrouvé à genoux aux côtés de l'attaquant des Sabres. Alexei Emelin s'amenait en renfort pour récupérer la rondelle mais sa jambe a heurté la tête de Subban de plein fouet. Ce dernier est demeuré étendu un long moment sur la patinoire et il a dû être transporté hors de la glace en civière. On a visiblement craint pour son cou. 

Subban n'a toutefois jamais perdu connaissance et n'a pas cessé de bouger les doigts tout au long de l'intervention des médecins.

Plus tôt dans la rencontre, le Canadien avait salué son engagement communautaire en lui remettant le trophée Jean-Béliveau. C'est la veuve du Grand Jean, Élise Béliveau, qui le lui a remis sur la patinoire.

L'arrière de 26 ans n'a encore raté aucun match en raison d'une blessure depuis le début de sa carrière, mais il va sans dire que cette séquence est désormais menacée.

Galchenyuk ne dérougit pas

Même si Torrey Mitchell a marqué le but vainqueur face à son ancienne équipe avec 6:39 à jouer en troisième, cette victoire avait d'abord et avant tout l'empreinte d'Alex Galchenyuk.

Depuis quelque temps, les buts viennent en paquet de deux pour Galchenyuk et ça a encore une fois été le cas jeudi. Le centre américain - vous permettez qu'on le désigne comme un joueur de centre? - vit une séquence torride qui, de mémoire, est la plus productive qu'ait connu un marqueur du Canadien depuis des années. 

Ce qui s'en approche le plus, ce sont les 11 buts en 11 matchs qu'avait marqué Michael Cammalleri durant les séries éliminatoires de 2010. Mais Galchenyuk chauffe à une plus haute température encore. Il a maintenant récolté 11 buts en seulement huit rencontres. Et il aurait pu en ajouter un autre dans un filet désert s'il n'avait pas touché le poteau dans les derniers instants de la rencontre.

Durant cette folle séquence, Galchenyuk a maintenu un taux d'efficacité de 48%. C'est complètement hors de ce monde!

Il s'agissait en outre d'un sixième match de deux buts au cours des 13 dernières parties du Tricolore.

Il faut également considérer à quel moment certains de ces buts ont été marqués. Ses neuf derniers buts ont tous donné l'avance au Canadien (dans un cas, la victoire) ou ont égalé la marque.

Et au cours des trois derniers matchs, Galchenyuk a eu le don de riposter rapidement à un but de l'adversaire. À Winnipeg, il a inscrit son premier de la soirée 1:13 seulement après que les Jets eurent ouvert le pointage. Face aux Stars de Dallas, mardi, il a marqué 36 secondes seulement après Jason Spezza. Et jeudi, neuf secondes seulement après Nicolas Deslauriers. 

Trois buts égalisateurs rapides!

Lent à démarrer

Le match a mis du temps à trouver son rythme. Le premier vingt a été particulièrement soporifique et semblait donner raison à ceux qui ne voyaient dans ce match qu'un duel sans intérêt entre deux formations de bas de classement.

Heureusement que ça s'est animé à partir du moment où Nicolas Deslauriers a fait dévier le tir de Jake McCabe et qu'il a lancé les Sabres en avant. Ça prenait un but pour décloisonner un match jusque-là ponctué de nombreux arrêts de jeux et dépourvu de rythme.

Ça a permis à Galchenyuk, de plus en plus l'homme des grandes occasions, de se donner en spectacle et de faire pencher la balance en faveur du Canadien. 

Mais au fil des ans, les Sabres ont trouvé la recette pour causer des ennuis au Tricolore au Centre Bell. Avant le match de jeudi, ils avaient remporté 10 de leurs 13 derniers affrontements à Montréal. Et c'est un peu ce que Brian Gionta est venu rappeler à tout le monde en troisième période lorsqu'il a fait dévier le tir d'Evander Kane derrière Mike Condon. Andrei Markov semblait furieux qu'on ait laissé son ancien capitaine manoeuvrer à sa guise devant le filet...

Kane a peut-être été le meilleur attaquant des Sabres dans cette rencontre. Fougueux, acharné en échec-avant, il a fait montre d'une belle complicité avec la recrue Jack Eichel et les deux se sont concoctés plusieurs belles chances de marquer.

Ça aura pris le huitième but de la saison de Mitchell - et le premier point de Stefan Matteau dans l'uniforme du Canadien - pour que l'équipe vogue vers la victoire.

Les deux équipes se retrouveront mercredi prochain à Buffalo, mais déjà, on sent que cette rencontre a mis le couvercle sur les aspirations de ceux qui espéraient voir le Canadien terminer parmi les équipes de queue et bénéficier d'un haut choix au repêchage. Les Sabres sont justement l'une des formations qui leur barrent la route vers le bas.

Le Tricolore semble bien décidé à se battre et à terminer le calendrier de façon plus encourageante.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Sports

Tous les plus populaires de la section Sports
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer